1. Médecine : de l’amphi à une immersion progressive à l’hôpital
Décryptage

Tout savoir sur les études de médecine

Envoyer cet article à un ami
Avant d'exercer, les futurs médecins ont un long et périlleux chemin à accomplir. // © Sturti/iStock
Avant d'exercer, les futurs médecins ont un long et périlleux chemin à accomplir. // © Sturti/iStock

Envie de devenir médecin ? Il faut compter une dizaine d’années d’études vous permettant d’abord d’acquérir des bases théoriques avant de faire une plongée à l’hôpital comme "externe" puis de faire votre internat.

Si vous souhaitez devenir médecin, préparez-vous à faire dix ans d’études, au moins. Tout d’abord, il vous faudra passer le cap de la première année, très sélective. Trois parcours de formation s’offrent désormais à vous. Adieu à la PACES, première année commune aux études de santé, à partir de la prochaine rentrée. Place à une première année de l’enseignement supérieur avec une majeure santé. Ou bien à une licence avec des "mineures santé". Vous pourrez également tenter votre chance si vous avez un diplôme d’auxiliaire médical de trois ans, comme celui d’infirmier, par exemple.

Une formation générale

Ensuite, vous intégrerez le premier cycle des études médicales qui mène au DFGSM (diplôme de formation générale en sciences médicales, au grade de licence). Il inclut, en plus de la première année, le DFGSM2 et le DFGSM3.
Au programme, l’approfondissement de bases théoriques. Puis en début du DFGSM2, vous commencerez les stages à l’hôpital. Les enseignements sont pluridisciplinaires et permettent de comprendre le fonctionnement global des "appareils" (cardiovasculaire ou respiratoire, par exemple). En DFGSM, le nombre d’heures de cours magistraux en amphi est réduit au profit d’activités en petit effectif.

Lire aussi : PACES : le tutorat, un gage d'égalité pour les étudiants

Des gardes dès la quatrième année

À partir du deuxième cycle, et pendant trois ans, vous devenez des étudiants "externes". Vous poursuivrez les apprentissages des manifestations cliniques, des mécanismes physiopathologiques et des démarches thérapeutiques appliquées aux pathologies de chaque discipline (cardiologie, dermatologie, ophtalmologie, etc.) et partagerez votre temps entre les cours à la fac, les stages (représentant la moitié de l’emploi du temps) et les gardes (rémunérées) à l’hôpital. C’est là que vous découvrirez vraiment les différents services.

Lire aussi : La chirurgie plastique, la spécialité la plus demandée par les internes en 2019

Du nouveau pour l'accès à l'internat

Le gouvernement va réformer l’accès à l’internat (troisième cycle, à partir de la septième année d’études). Jusqu’à présent, les étudiants en fin de sixième année choisissaient leur lieu de formation et leur spécialité (médecine générale, ophtalmologie, etc.) à l’issue des ECNi (épreuves classantes nationales informatisées), un concours organisé sur trois jours particulièrement stressants et décisifs.

Dès septembre 2020, l’accès à l’internat pour les quelque 9.000 étudiants qui intègreront le deuxième cycle se fera en trois grandes étapes :
• une épreuve nationale de contrôle des connaissances en début de sixième année (comparable au concours actuel). Il y aura de nouvelles modalités d’évaluation des compétences cliniques et relationnelles.
• la sixième année sera consacrée à des stages professionnalisants.
• enfin, la troisième et dernière étape consistera en une analyse du parcours universitaire et du projet professionnel de l'étudiant, valorisant notamment la mobilité internationale et les doubles cursus.

Rendez-vous sur les salons de L'Etudiant pour en savoir plus