1. Tout savoir sur les études de pharmacie : Formations, débouchés, métiers…
Boîte à outils

Tout savoir sur les études de pharmacie : Formations, débouchés, métiers…

Envoyer cet article à un ami
Les stages constituent une part importante des études de médecine. // © Halfpoint/iStock
Les stages constituent une part importante des études de médecine. // © Halfpoint/iStock

Les études pour devenir pharmacien durent 6 ans au minimum. Dès la quatrième année, vous aurez la possibilité de vous orienter vers l’une de ces voies : industrie, officine, recherche ou internat.

Tout d’abord, il vous faudra passer le cap de la première année, très sélective. Le décret définissant les parcours de formation qui s’offrent à vous, depuis la suppression de la PACES (première année commune aux études de santé) est paru le 5 novembre dernier.

Bye bye la PACES

Vous avez désormais le choix entre trois voies d’accès. Tout d’abord, vous pouvez opter pour une première année de l’enseignement supérieur avec une majeure santé. Ou bien, deuxième possibilité, pour une licence avec des mineures santé. Vous pourrez tenter également votre chance si vous avez un diplôme d’auxiliaire médical de trois ans, comme celui d’infirmier par exemple.

Lire aussi : Santé : quel cursus pour remplacer la PACES ?

Un mix entre théorie et TP dès le premier cycle

Les étudiants suivent ensuite quatre ans d’études correspondant aux premier et deuxième cycles. Biochimie, biologie végétale, chimie organique, galénique (préparation des médicaments pour les rendre administrables), physiologie, statistiques… le programme, varié, est réparti entre cours théoriques et enseignements dirigés.

À partir de la deuxième année, les TP sont nombreux : extraction de composés, fabrication de poudres et de pommades… Trois stages (l’un obligatoire de six semaines ou de deux fois trois semaines en officine, les deux autres optionnels) sont programmés avant la fin de ce premier cycle.

Lire aussi : Études de santé : la filière officine boudée par les étudiants en pharmacie

Industrie, officine, recherche ou internat ?

La quatrième année permet de s’orienter vers l’une de ces trois voies possibles. Puis, la cinquième année, dite "AHU" (année hospitalo-universitaire), met l’accent sur la pratique. Les étudiants appliquent (pendant un an à mi-temps ou six mois à temps plein) leur savoir à l’hôpital. Les futurs spécialistes en industrie doivent, en plus, trouver un stage au cours de l’année.

En sixième année, les étudiants peuvent se diriger vers le cycle court (spécialité officine ou industrie) pour obtenir au bout d’un an leur diplôme d’État de docteur en pharmacie. Ils devront pour cela soutenir leur thèse et effectuer un stage de six mois à temps plein. Certains réalisent ce stage final à mi-temps et font un master en parallèle.

Lire aussi : Pharmacie : de l’amphi aux officines

Stages et internat

Les étudiants peuvent aussi opter pour le cycle long. Accessible sur concours, l’internat (quatre ans après la cinquième année) débouche à la fois sur le DE et sur un DES (diplôme d’études spécialisées) dans trois filières au choix : biologie médicale (option biologie médicale spécialisée ou biologie médicale polyvalente), innovation pharmaceutique et recherche ou pharmacie (option pharmacie hospitalière-pratique et recherche ou option pharmacie industrielle et biomédicale). La formation est alors rémunérée.

Le gouvernement a engagé un lifting des études pharmaceutiques, et notamment du troisième et dernier cycle. Depuis septembre 2019, le stage d’initiation (deuxième année) est passé de six à quatre semaines. Ces deux semaines sont reportées sur les deux stages d’application qui composent la troisième et quatrième années.

La réforme n’est pas terminée. Ainsi, la sixième année du cycle court ("officine" et "industrie"), qui est aujourd’hui une année non diplômante, pourrait quant à elle être sanctionnée par un DES (diplôme d’études spécialisées).