Les études de kiné ou d'ostéopathe vues par deux étudiants

Par Jonathan Grelier, publié le 26 Janvier 2022
5 min

Les différences entre les formations d’ostéopathe et de masseur-kinésithérapeute ne sont pas toujours évidentes. Mathis, étudiant à l’école d’ostéopathie IdHEO à Nantes et Marine, étudiante à l’institut de formation en masso-kinésithérapie de Lyon, vous aident à y voir plus clair.

Il arrive souvent de les confondre ou du moins, d'avoir du mal à voir les différences entre ces deux métiers et pourtant, devenir kinésithérapeute ou ostéopathe ne signifie pas vraiment la même chose. Deux étudiants – l'une en études de kiné, l'autre en formation d'ostéopathie – témoignent.

Les conditions d’admission aux études d'ostéopathie ou de kiné : match nul

Mathis : "Les écoles d’ostéopathie sont privées et doivent recevoir un agrément du ministère de la Santé, valable cinq ans, pour délivrer le diplôme. L’agrément n’est pas lié à des contrôles sur place, donc je conseille de faire les journées portes ouvertes car tous les établissements ne se valent pas. Aussi, les formations ne se trouvent pas sur Parcoursup. Pour rejoindre l’IdHEO, j’ai été pris sur dossier et entretien de motivation."

Marine : "L'institut où j’étudie est public et se trouve dans les mêmes locaux que la faculté de médecine. Dans ma promotion, 80% des étudiants sont passés par la PACES (devenue PASS et L.AS depuis la rentrée 2020). Les autres viennent de licence de STAPS, biologie ou sont des soignants qui ont bénéficié de passerelles spécifiques."

Lire aussi

Les diplômes : avantage aux kinés

Mathis : "Le cursus pour obtenir le diplôme d’ostéopathe dure cinq ans. Il ne confère pas de grade de master. Pour les médecins, sages-femmes et kinés, des passerelles vers le métier d’ostéopathe existent, mais l’inverse n’est pas vrai."

Marine : "Les études de kiné durent cinq ans (dont une année universitaire puis quatre en institut) et le diplôme donne désormais le grade de master."

Le contenu des formations : balle au centre

Mathis : "Ma formation est assez dense et je n’ai pas vraiment de semaine type car l'emploi du temps varie en fonction des disponibilités des profs qui sont des ostéopathes et autres professionnels de santé. Jusqu’ici, j’ai eu des cours d’anatomie, de physiologie, de biomécanique ou encore de sémiologie, l’étude des signes cliniques des pathologies… En cinquième année, il faut effectuer 150 consultations complètes pour pouvoir valider le diplôme."

Marine : "Le début de la formation de kiné est très théorique avec par exemple des cours d’anatomie et de cinésiologie (étude du mouvement). Il y a rapidement un aspect pratique malgré tout avec l’apprentissage de techniques manuelles. Pour le moment, j'ai fait des stages en cabinet libéral, ainsi qu'à l'hôpital Femme Mère Enfant et dans une clinique privée de Lyon. Nous avons très vite la possibilité d’assister le kiné, puis de prendre en charge seul le patient sous sa surveillance en troisième année. En dernière année, je devrai faire un stage de six mois."

Lire aussi

Le coût des études : légère avance des kinés

Mathis : "Les études d’ostéopathe coûtent plutôt cher et les étudiants n'ont que très peu d'aides. Dans mon école, l’année coûte jusqu’à 9.000 euros. Sans redoublement, nous devons régler au total entre 40.000 et 50.000 euros. À l’IdHEO, les étudiants peuvent demander un logement universitaire grâce à un partenariat avec l’université de Nantes. Mais nous n’avons pas de possibilité d’avoir une bourse."

Marine : "Dans mon institut, une année coûte 2.000 euros en moyenne. Mais le coût des études varie en fonction des instituts. Certains ne font payer l’année que 170 euros (montant d'une année universitaire à l'université, ndlr), tandis que d’autres peuvent aller jusqu’à 5.000, voire 10.000 euros par an."

Lire aussi

L’insertion professionnelle : à vous de jouer

Mathis : "Globalement, pour les ostéopathes, l’insertion professionnelle se fait en libéral. Il est possible d’ouvrir son cabinet, de reprendre un cabinet existant ou de faire des remplacements d’ostéopathes déjà installés. À la différence des kinés, les ostéopathes ne peuvent pas travailler au sein des pôles de rééducation dans les hôpitaux."

Marine : "Pour les kinés, il y a deux débouchés principaux : l’hôpital et l’exercice en libéral. Il est aussi possible de travailler dans de gros cabinets déjà bien implantés."

Lire aussi

Articles les plus lus

A la Une Médecine Santé

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !