1. Faire médecine après un master, une grande école, un doctorat : bon plan ou pas ?
Décryptage

Faire médecine après un master, une grande école, un doctorat : bon plan ou pas ?

Envoyer cet article à un ami
Sous certaines conditions de diplôme, il est possible d'intégrer la fac de médecine directement en deuxième ou troisième année. // © Photothèque Paris-Descartes/Dominique Cartelier
Sous certaines conditions de diplôme, il est possible d'intégrer la fac de médecine directement en deuxième ou troisième année. // © Photothèque Paris-Descartes/Dominique Cartelier

Faire 15 ans d’études minimum pour devenir médecin coûte que coûte : même pas peur ? Cela tombe bien, des passerelles vers la deuxième année de médecine existent pour les titulaires d’un diplôme de grade master, voire la troisième année pour certains autres diplômés. Pour eux, la PACES n’est pas obligatoire. Comment en profiter ? Nos conseils.

Ils sont titulaires d'un diplôme d'ingénieur en biotechnologies, d'un master de philosophie, d'un master de finance et stratégie de Sciences po, du diplôme de Supélec, de l'agrégation d'histoire-géographie ou autre… Tôt ou tard, ils ont bifurqué vers des études de médecine. "J'ai d'abord eu un bac ES, j'ai fait une licence de lettres modernes à la Sorbonne, puis un master recherche en littératures françaises. J'adorais la littérature, j'étais jeune, incapable de me projeter dans l'avenir…", raconte ainsi, sur le site remede.org, une étudiante qui a intégré la deuxième année de médecine à Paris-Descartes en 2013.

Un master comme sésame

Ces expériences sont possibles grâce à une passerelle régie par un arrêté ministériel de juillet 2010, modifié en janvier 2012. Entrer en deuxième année de médecine (ou d'odontologie, de pharmacie et de maïeutique) sans passer par la PACES (première année commune aux études santé) est ainsi un rêve accessible si vous êtes titulaire d'un master, d'un diplôme d'école de commerce masterisée, d'un diplôme d'IEP (institut d'études politiques), ou tout autre titre correspondant à la validation de 300 ECTS (European Credit Transfert System).

Vous pouvez même intégrer directement la troisième année avec un diplôme d'État de docteur vétérinaire, un doctorat, un diplôme d'ingénieur (d'une école habilitée par la Commission des titres d'ingénieur), ou si vous êtes un ancien élève d'une ENS (École normale supérieure) ou enseignant-chercheur de l'enseignement supérieur et enseignez dans une unité de formation de médecine.

Une sélection sur dossier et entretien

Mais la sélection ne s'arrête pas au diplôme…

Première étape : il faut déposer un dossier dans la fac que visée au plus tard le 31 mars. Celui-ci comprend :
fleche-rouge la copie de sa pièce d'identité,
fleche-rouge un CV détaillé à partir de l'année du bac,
fleche-rouge la copie du ou des diplôme(s) obtenu(s) par le passé (s'il est en cours d'obtention, il faudra donner le justificatif au plus tard le 1er octobre),
fleche-rouge une lettre de motivation pour expliquer sa candidature et indiquer l'établissement souhaité,
fleche-rouge une attestation sur l'honneur précisant le nombre d'inscriptions en PACES,
fleche-rouge une attestation sur l'honneur indiquant le nombre de candidature déjà effectuées dans le cadre de cette procédure en précisant la ou les années et la filière visée.
Des documents supplémentaires sont demandés pour entrer en troisième année.

Dans tous les cas, votre nombre de candidatures est limité à deux, voire une seule si vous avez déjà été inscrit deux années en PACES.

Une part plus grande de reçus qu'en PACES

Seconde étape : passer un entretien avec un jury composé de directeurs de formation et d'enseignants. Mais le nombre de candidats retenu pour cet entretien est très mince : celui-ci ne doit pas dépasser le double du nombre de places offertes. Ce numerus clausus est fixé par un arrêté chaque année. Pour l'année universitaire 2014-2015, il s'élève à 260 en 2e année de médecine (58 en odontologie, 46 en pharmacie et 13 en sage-femme) au niveau national. En 3e année, il baisse à 174 en médecine (21 en odontologie, 23 en pharmacie et 8 en sage-femme).

Dans les deux cas, cela semble peu. Pourtant, le pourcentage de reçus est plus important qu'en PACES. En 2013, un rapport de l'Assemblée nationale indiquait que 215 places en deuxième année de médecine avaient été offertes en 2012 pour 372 candidats : soit 58 % d'admis contre de 15 à 20 % en fin de PACES. Une belle opportunité pour les plus courageux qui veulent se réorienter ou revenir à leur projet initial. En troisième année, 165 places étaient proposées pour 472 candidats (35 % de reçus). Entrer directement à ce niveau est forcément plus intéressant quand on a déjà un bac+5, voire davantage, mais les places sont aussi plus chères…

Médecine // © plainpicture/CulturaDécouvrez les autres voies pour contourner la PACES dans notre dossier Faire médecine sans passer par la PACES.

POUR EN SAVOIR PLUS
À découvrir aux éditions l'Etudiant :
"Réussir ses études de santé”, par Ludivine Coste.