1. Supérieur
  2. Médecine / Santé
  3. L’APES : la prépa gratuite à la PACES de Paris 13

L’APES : la prépa gratuite à la PACES de Paris 13

Envoyer cet article à un ami

Depuis la rentrée 2012, l’université Paris 13 Nord propose une année de prépa gratuite (ou presque) à la PACES (première année commune aux études de santé). Une alternative aux nombreuses prépas privées destinée à des élèves motivés, qui ne baignent pas forcément dans le milieu médical depuis l’enfance. Mais aussi une remise à niveau très encadrée, qui ne peut concerner qu’une poignée d’élus. Qui peut en profiter ? Quel est son contenu ? Pour quels résultats ? Tour d'horizon.

Un coup de pouce pour la PACES (première année commune aux études de santé). À l'université Paris 13 Nord, 30 élèves sont inscrits en APES (année préparatoire aux études de santé) en 2013-2014. Cette prépa de un an aux concours de médecine, odontologie, pharmacie et sages-femmes a été ouverte à la rentrée 2012.

“Le Conseil général de Seine-Saint-Denis – un département en manque de médecins – et l'université Paris 13 voulaient apporter une aide à l'insertion dans les études de santé à des jeunes issus non pas de milieux aisés, notamment des enfants de médecins ou de pharmaciens, mais venant de milieux plus modestes, dont les parents n'ont souvent pas fait d'études universitaires. Nos étudiants ne sont ni des cracks – qui n'ont pas besoin de prépa – ni des élèves en très grande difficulté qui ne pourraient pas suivre en PACES. Ce sont des étudiants qui n'ont pas appris à travailler”, définit Brigitte Martin-Pont, responsable pédagogique de l'APES.

Être bachelier général et venir du 93

Pour pouvoir accéder à cette remise à niveau, il faut avant tout être titulaire d'un bac général ou technologique et venir de la Seine-Saint-Denis. En 2013-2014, Brigitte Martin-Pont comptait 30 % de bacheliers S, 40 % de ST2S, 25 % de ES, 2 % de L, souvent sans mention. Il faut en outre avoir une réelle motivation pour les métiers de la santé et vouloir entrer en PACES. “Nous avons reçu plus de 1.000 dossiers à la rentrée 2013, mais beaucoup de candidats n'avaient pas le bon profil : ils venaient d'un autre département que la Seine-Saint-Denis, avaient un bac pro ou visaient les écoles d'infirmières... Finalement, nous en avons sélectionné 50 mais 30 ont commencé la prépa”, indique Brigitte Martin-Pont.

Les admis, qui s'étaient inscrits sur le site Admission-postbac, ont été sélectionnés sur la base de leurs résultats scolaires de 1re et de terminale. Ils ont écrit une lettre de motivation et présenté l'avis de leur professeur principal ou de leur proviseur. Ils ont déboursé 183 € pour l’année (frais universitaires de licence), mais 72 % d'entre eux sont boursiers et n'ont payé qu'une partie des frais.

À la découverte de l'université

Les élèves suivent plus de 20 heures de cours par semaine, 530 heures par semestre. Au programme : un renforcement dans les disciplines fondamentales (chimie, maths, physique-optique, sciences du vivant...), une initiation aux disciplines spécifiques du domaine de la santé (anatomie, biologie cellulaire, biochimie, physiologie...), de la méthodologie adaptée au milieu universitaire et du sport.

Certains modules sont communs à 3 licences de l'université : sciences de la vie, sciences sanitaires et sociales et STAPS (sciences et techniques des activités physiques et sportives). "Les élèves de l'APES suivent des cours avec les étudiants de ces licences. Ils découvrent ainsi l'université, les amphis, mais aussi les TD (40 % du temps) en petits groupes de 10-12 élèves où ils sont très encadrés. Les professeurs expérimentés sont parfois les mêmes qu'en PACES : c'est rassurant. En outre, ils apprennent à travailler ensemble, à s'entraider. En cours de sport, ils apprennent le travail d'équipe et la compétition", révèle Brigitte Martin-Pont. Un stage d'immersion en santé est également prévu.

L'APES n'est pas une année blanche. Les élèves sont évalués (contrôle continu et épreuves écrites finales comme en PACES). La validation de l'APES (plus de 30 crédits ECTS obtenus sur 60) permet d'entrer en PACES à l'université Paris 13 ou dans une autre licence. Mais elle n'est pas reconnue comme une L1.

2014 : la première promo en PACES

Brigitte Martin-Pont admet que certains élèves de l'APES décrochent vite. “Parmi les 15 élèves de 2012-2013, il n'en restait plus qu'une dizaine à la fin du premier semestre. 7 ont validé leur année et intégré la PACES. Après le concours du premier semestre qui a eu lieu en janvier 2014, 1 élève est potentiellement admissible en deuxième année, 2 ont des chances de réussir. Si 3 étudiants sur 7 réussissent, nous serons contents du résultat. Les élèves sentent que l'APES les a beaucoup aidés. Ils auraient vite décroché sans cela", assure-t-elle.

L'université Paris 13 comptait 1.079 inscrits en PACES en 2012-2013. Le numerus clausus s'élève à 138 en médecine, 16 en odontologie, 44 en pharmacie et 10 en maïeutique.

Pour aller plus loin

- S'inscrire en PACES sur APB , mode d'emploi.

- PACES : le classement des facs de médecine d’Île-de-France.


RÉUSSIR SA PACES (PREMIÈRE ANNÉE COMMUNE D'ÉTUDES DE SANTÉ)
- Test : êtes-vous fait pour des études de médecine ?
- Réussir la PACES : les secrets de ceux qui ont franchi la L1 santé
- PACES : un tour de France des tutorats.
- L'APES : la prépa gratuite à la PACES de l'université Paris 13.
- Les 9 commandements pour réussir la PACES.
- Réussir ses études de santé : 40 questions - réponses.
- Études de santé : comment rebondir après un échec en PACES.
- Blog "Passer primant, mode d'emploi" : les conseils de Tristan, étudiant en médecine.
- Chat spécial "Comment réussir sa première année de médecine - PACES" : l'Etudiant a répondu à vos questions.

APRÈS UN ÉCHEC EN PACES
- Études de santé : comment rebondir après un échec en PACES.
- Chat spécial "Échec en cours de PACES, comment réagir ?" : l'Etudiant a répondu à vos questions

FAIRE MÉDECINE SANS PASSER PAR LA PACES
- Licences santé : les 7 alternatives à la PACES.
- Faire médecine en Roumanie : bon plan ou pas ?
- Faire médecine après un diplôme paramédical : bon plan ou pas ?
- Faire dentaire ou pharmacie à Fernando-Pessoa France : bon plan ou pas ?