1. Les cinq bonnes raisons de préparer médecine dès la terminale
Publi-info

Les cinq bonnes raisons de préparer médecine dès la terminale

Envoyer cet article à un ami
 // © Antemed
// © Antemed

La première année de médecine, ça s’anticipe ! Pour Lotfi Ghannem, médecin et professeur chez Antémed, se plonger dans le bain dès le lycée permet de se familiariser avec un programme dense et complexe. L’objectif ? Vous donner au plus tôt les meilleures chances de réussir l’épreuve du « Portail santé ». Toutes les bonnes raisons de vous préparer dès la terminale sont ici !

1. Pour acquérir une méthode

« En première année de médecine, la méthode de travail est complètement différente de celle du lycée. Les étudiants doivent très vite s’adapter et apprendre à travailler régulièrement car la réussite ne s’acquiert pas à la dernière minute !

En prépa Antémed, nous les incitons à étudier trente à quarante minutes tous les 2 jours, nous faisons des travaux pratiques et les corrigeons ensemble, nous multiplions les questionnaires à choix multiples (QCM)… Tout au long de l’année, nous les encourageons à se dépasser afin de sortir de leur zone de confort. »

2. Car il n’y a plus de redoublement pour les étudiants du « Portail santé »

« Il n’est plus possible de redoubler sa première année de médecine. Pour les étudiants, cela signifie une compétition accrue pour réussir. D’où l’importance de prendre de l’avance avec la prépa Antémed. »

3. Car une mention ne suffit plus

« Nombreux sont les étudiants qui décrochent une mention au bac, mais se retrouvent en bas de classement en première année. Les élèves compétiteurs aspirent à réussir, c’est très bien, mais ils doivent savoir qu’une mention ne leur garantira pas de réussir médecine. C’était vrai il y a 30 ans, plus maintenant. Aujourd’hui, le lycée et l’université n’ont plus rien à voir.

Il y a ainsi une dimension psychologique à ne pas négliger : en terminale, les élèves sont très encadrés, en première année, ils se retrouvent livrés à eux-mêmes au cœur d’une promotion de 1 000 ou 2 000 étudiants ! Personne ne s’attache à savoir s’ils sont présents ou non, s’ils suivent les cours… Ils doivent agir en totale autonomie et cela s’apprend. En sortant d’Antémed, les étudiants ont moins de surprises. »

4. Parce que le niveau de la sélectivité augmente…

« Et que celui du bac diminue ! J’enseigne en prépa médecine et j’observe que certains étudiants ont de grosses lacunes. Chez Antémed, nous dispensons l’intégralité du premier semestre de première année de médecine en terminale. Glucides, lipides, acides aminés, protéines, enzymologie sont au programme de biochimie ; membrane plasmique, mitose, cytosquelette, mitochondrie… sont vus en biologie cellulaire, etc.

Nous les faisons travailler sur des supports de cours de première année afin qu’ils prennent leurs marques, nous décortiquons les cours, nous expliquons les pièges à éviter. Nous les prévenons par exemple que dans certaines facultés le globule rouge est considéré comme une cellule, mais pas partout ! Mieux préparés, les candidats savent alors à quoi s’attendre. »

5. Pour rejoindre LA fac qui vous correspond le mieux

« Dès la terminale, il faut se mettre dans le bain du "Portail santé". En prépa, nous mettons les élèves en conditions réelles en leur faisant passer des examens blancs comportant des QCM issus des annales. Nous piochons dans les épreuves soumises par différentes facultés, puis nous notons et classons nos élèves. Grâce à l’expérience de nos professeurs et en prenant en compte les niveaux des attendus de chaque université, nous sommes en mesure de dire où l’élève a le plus de chance de réussir. »