1. Dentaire : de la théorie au travail manuel
Décryptage

Dentaire : de la théorie au travail manuel

Envoyer cet article à un ami
Six ans d'études au moins sont nécessaires pour exercer. // © Phovoir
Six ans d'études au moins sont nécessaires pour exercer. // © Phovoir

Pratique et professionnalisée, la formation d’odontologie dure au minimum cinq ans après la PACES. Mais ceux qui visent le diplôme d’État de docteur en chirurgie dentaire spécialiste devront s’engager pour huit à dix années d’études au total.

La PACES (première année commune aux études de santé) et les deux années suivantes constituent le premier cycle de dentaire sanctionné par le DFGSO (diplôme de formation générale en sciences odontologiques).

Le programme de deuxième année (DFGSO2) est formulé en termes de compétences et structuré autour des appareils, des maladies et de l'environnement professionnel. Les étudiants suivent des modules pluridisciplinaires. Par exemple, les sciences médicales (anatomie et physiologie générale, hématologie, radiologie clinique…), les maladies dentaires et parodontales, la physiopathologie oro-faciale, les sciences humaines et sociales ou encore, parfois, un module "équilibre personnel et professionnel" (établir une relation adaptée avec autrui), sans oublier l'anglais. Les frontières entre les disciplines sont donc ouvertes.

Dès la deuxième année, les étudiants effectuent un stage d'initiation aux soins infirmiers à l'hôpital et se retrouvent face à des patients. Comme en médecine, les cours magistraux en amphi cèdent la place à diverses méthodes d'enseignement en petit groupe (séminaires, TP, TD, ateliers…). En troisième année, la formation devient de plus en plus pratique.

Un deuxième cycle professionnalisant

Le deuxième cycle professionnalisant s’étale sur deux ans et mêle théorie, travaux pratiques et stages (plusieurs demi-journées par semaine). Le programme comprend des matières générales (physique, microbiologie…), médicales (pathologies, pharmacologie…), spécifiques (anatomie dentaire, parodontologie…) et des travaux manuels.

Troisième cycle : court ou long ?

À l’issue du deuxième cycle, l'étudiant choisit entre un troisième cycle court (un an), consacré à la préparation de l’exercice autonome de la profession, et un cycle long (de trois ou quatre ans) ou internat, accessible après un concours national. On peut tenter le concours de l’internat deux fois, en fin de cinquième et de sixième année.

Le cycle court débouche sur le DE (diplôme d’État) de docteur en chirurgie dentaire. Il comprend un stage "actif" d'une durée de deux cent cinquante heures chez un chirurgien-dentiste.

Le cycle long comprend trois filières au choix : chirurgie orale (quatre ans), médecine bucco-dentaire (trois ans) et orthopédie dento-faciale (trois ans). Celles-ci débouchent sur un diplôme d'études spécialisées en plus du DE de docteur en chirurgie dentaire spécialiste.

Dans tous les cas, les étudiants effectuent des stages hospitaliers et doivent soutenir une thèse.

Des stages rémunérés en odontologie

Les étudiants de deuxième cycle et de troisième cycle court en odontologie, externes des hôpitaux, passent la moitié de leur temps en stage. Pour ces stages, ils perçoivent annuellement 1.536,73 € en DFASO1 (diplôme de formation approfondie en sciences odontologiques première année) ; 2.980,96 € en DFASO2 (deuxième année) ; 3.330,61 € en troisième cycle court d'odontologie.

Sommaire du dossier
Retour au dossier PACES : le guide de survie en première année Médecine : prêt pour une dizaine d'années d'études ? Pharmacie : de l’amphi aux officines Dentaire : de la théorie au travail manuel Sage-femme : un cursus en quatre ans