Entre la PAES et PCEM2, une vraie rupture

Par Virginie Bertereau, publié le 21 May 2007
2 min

Charlotte, 20 ans, est étudiante en 2e année de médecine (PCEM2) à la faculté du Kremlin-Bicêtre (94). Elle raconte sa "première première année" et son redoublement en pleine réforme de la PAES. Deux années de dur travail qui ont bouleversé son quotidien mais lui permettent d’avancer vers son rêve : devenir médecin.

Une fois la PAES (1re année des études de santé) passée, la pression retombe pour un temps. Charlotte, étudiante en 2e année de médecine au Kremlin-Bicêtre : "On vient de commencer la PCEM2. On ne sait pas comment cela va se dérouler, mais au moins les partiels remplacent le concours. D’autre part, nous formons maintenant une promo de 130 étudiants regroupés sur le site du Kremlin-Bicêtre ; contre 1.600 l’an dernier répartis sur 2 sites. On va tous apprendre à se connaître, on va se suivre pendant 5 ans".

charlotte medecine
Après la PAES et ses amphis bondés, Charlotte, Elena et Damien se retrouvent en PCEM2 dans une promo de 130 étudiants à la faculté du Kremlin-Bicêtre.

Autre nouveauté pour l’étudiante : la découverte de l’hôpital. Le passage de l’abstrait au concret. Au Kremlin-Bicêtre, la PCEM2 débute en effet par un stage de soins infirmiers d’un mois. "J’ai été affectée au hasard au service de neuropédiatrie. Je travaille tous les jours du lundi au vendredi de 6h45 à 14h15. Je suis les infirmières. Ce matin, j’ai assisté à ma première ponction lombaire", s’enthousiasme-t-elle.

Longues études à l’horizon

Son stage terminé, Charlotte doit retrouver les bancs de l’université. Au programme : TD le matin, cours l’après-midi, puis un nouveau stage à partir d’avril tous les jeudis matins. L’étudiante a décidé de ne pas suivre l’exemple de nombreux P2 qui baissent la garde et sèchent la fac. 


"J’aimerais travailler régulièrement pour me souvenir de plus de choses pour la suite", assure-t-elle. Pour le moment, la jeune femme n’a pas de spécialité en vue, pas de plan de carrière. "À ce niveau d’études, on ne connaît encore rien". Mais elle a le temps de se décider : 5 années d’études puis de 3 à 5 ans d’internat se profilent à l’horizon.


Articles les plus lus

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !