1. Médecine : 1.500 places supplémentaires en Angleterre
Décryptage

Médecine : 1.500 places supplémentaires en Angleterre

Envoyer cet article à un ami
Si les medical schools anglaises vous intéressent, c'est le moment de penser à tenter votre chance pour la rentrée 2018. // © Burger / Phanie
Si les medical schools anglaises vous intéressent, c'est le moment de penser à tenter votre chance pour la rentrée 2018. // © Burger / Phanie

Le nombre d’étudiants admis dans les "medical schools" anglaises va augmenter de 25 % à la rentrée 2018. Un bon plan pour les étudiants français ? Avec le Brexit, il est encore trop tôt pour le dire...

1.500, c'est le nombre de places supplémentaires ouvertes à la rentrée 2018 par les "medical schools" anglaises. Avec 6.000 étudiants admis en médecine chaque année, il s'agit d'une augmentation de 25 % des effectifs. "Une telle augmentation du nombre d'étudiants n'avait pas eu lieu depuis le début des années 2000, où sept nouvelles écoles de médecine avaient été créées", indique à L'Etudiant Katie Petty-Saphon, la présidente du Medical Schools Council, l'équivalent de la Conférence des doyens des facultés de médecine en France. L'Écosse, le Pays de Galles et l'Irlande du Nord ne sont pas concernés par cette mesure.

Lire aussi : Les bonnes raisons de partir étudier au Royaume-Uni

Plus de médecins formés sur le sol anglais

Annoncée par le ministre de la Santé britannique, Jeremy Hunt, mardi 4 octobre 2016, cette mesure est chiffrée à 100 millions de livres sterling (environ 111 millions d'euros) pour les années 2018 à 2020. L'objectif, détaillé par la Première ministre, Theresa May, à la BBC, est "de permettre au National Health System [le service public de santé britannique] de recruter des médecins formés dans le pays". Comme en France, environ un quart des médecins exerçant au Royaume-Uni a en effet été formé à l'étranger.

Un bon plan pour les étudiants français ?

Dans quelle mesure les étudiants français pourront-ils bénéficier de cette annonce ? "Il est encore trop tôt pour le dire, répond Katie Petty-Saphon. Tout dépendra de la manière dont les négociations sur le Brexit vont affecter le statut des étudiants européens dans nos écoles. Garderont-ils un statut particulier ou seront-ils considérés comme des étudiants internationaux ?"

Actuellement, les écoles de médecine britanniques n'ont "aucune restriction d'aucune sorte quant au nombre d'étudiants européens accueillis", fait savoir la présidente du Medical Schools Council. Ils payent également les mêmes frais d'inscription que les étudiants anglais. À l'inverse, "l'accès aux études médicales des étudiants internationaux, non-Européens, est restreint. Ils ne peuvent représenter plus de 7,5 % du nombre total d'étudiants et leurs droits de scolarité sont plus élevés".

Sur ce sujet, la position du Medical Schools Council est claire : opposé au Brexit, comme quasiment tous les acteurs du milieu universitaire, il souhaite peser dans les négociations pour que "les étudiants européens continuent d'accéder facilement aux études médicales en Grande-Bretagne, malgré la sortie de l'Union européenne."

Lire aussi : Brexit, ce qui va changer pour la mobilité étudiante

Comment intégrer une "medical school" ?

Comme en France, les études de médecine sont extrêmement compétitives. En 2010, par exemple, plus de 20.000 étudiants ont déposé un dossier de candidature en médecine sur le portail UCAS, l'équivalent britannique d'APB, pour seulement 8.000 places sur l'ensemble du Royaume-Uni. "Ces études nécessitent à la fois de très bonnes notes en sciences mais également un très bon niveau d'anglais", souligne la présidente du Medical Schools Council. 

Chaque université détermine par ailleurs ses conditions d'admission. Toutes exigent au minimum trois "A levels" (pour "advanced levels") dans des matières scientifiques (chimie, biologie, physique ou mathématiques).

Certaines demandent également de passer des examens complémentaires, comme le BMAT (biomedical admission test) ou le UKCAT (UK clinical aptitude test). Le BMAT est un examen de connaissances en biologie. Le UKCAT permet de tester les compétences logiques plutôt que la réussite académique : il évalue les capacités intellectuelles et comportementales. Traditionnellement exigé à Cambridge et Oxford, un nombre croissant d'universités le demandent. Par ailleurs, les étudiants ne peuvent candidater à plus de quatre écoles de médecine.

Les études de santé en Angleterre

Ces études durent entre 9 et 15 ans, selon la spécialité. Elles se décomposent de la manière suivante :