1. Infirmier, kiné, psychomotricien, orthophoniste... : les numerus clausus 2017-2018
Boîte à outils

Infirmier, kiné, psychomotricien, orthophoniste... : les numerus clausus 2017-2018

Envoyer cet article à un ami
Les étudiants kinés sont un peu plus nombreux chaque année. // © Meyer/Tendance Floue pour l'Etudiant
Les étudiants kinés sont un peu plus nombreux chaque année. // © Meyer/Tendance Floue pour l'Etudiant

INFOGRAPHIE. Moins d'infirmiers, plus de kinés et d'audioprothésistes... Voici le nombre de places ouvertes dans les formations paramédicales pour la rentrée 2017.

Aurez-vous plus de chances d'intégrer la filière paramédicale de vos rêves en 2017-2018 que l'année dernière ? Pas si vous visez le métier d'infirmier : après un bond de 153 places en 2016, le recrutement sera plus modeste dans les IFSI (instituts de formation en soins infirmiers). Dans un arrêté publié au "Journal officiel" le 14 avril 2017, le ministère de la Santé a fixé le nombre de places à 30.947, soit 50 places de moins.

Toujours plus de kinés. On recherche encore davantage de kinésithérapeutes, notamment à l'hôpital. La tendance des cinq dernières années se confirme : les IFMK (instituts de formation en masso-kinésithérapie) accueilleront 63 étudiants de plus, franchissant pour la première fois la barre des 2.700 places. Pour devenir kiné, rappelons qu'il faut désormais effectuer un an de fac et quatre ans de formation spécialisée.

Test : Êtes-vous fait(e) pour devenir masseur-kinésithérapeute ?

Stabilité du nombre de places en psychomotricité, orthophonie et orthoptie. Après une légère baisse (– 20 places) en 2016-2017, l'effectif d'étudiants psychomotriciens regagne 25 places en 2017-2018. Pas de mouvement du côté des orthophonistes, avec 841 places cette année encore, d'après un autre arrêté ministériel publié au JO du 4 avril 2017, et seulement 2 places supplémentaires pour les orthoptistes (409 places). 

En revanche, si vous êtes intéressés par le métier d'audioprothésiste, réjouissez-vous : la filière ouvre 22 % de places en plus par rapport à l'an dernier, soit 244 places. Un numerus clausus qui reste toutefois largement inférieur à celui des autres formations paramédicales.