1. Échec en PACES : rebondir dans une école d’ingénieurs
Coaching

Échec en PACES : rebondir dans une école d’ingénieurs

Envoyer cet article à un ami

20 % : c'est le taux d'admission aux concours de fin d’année (médecine, sage-femme, odontologie ou pharmacie) de la première année commune aux études de santé. Que deviennent les 80 % de recalés ? Où se réorientent ceux qui n'ont pas réussi à entrer dans une des filières médicales ? Quelle décision prendre si vos résultats ne sont pas à la hauteur ? Quels plans B s’offrent à vous ? L'Etudiant fait le point sur les réorientations.

Quelle école (d’ingénieurs mais aussi de commerce) ne voudrait pas d’un étudiant de PACES (première année commune aux études de santé) surentraîné, bosseur, qui a probablement eu une bonne moyenne au bac ? 


fleche-rouge L’ECE Paris, par exemple, propose, une prépa intégrée accélérée. Cette "Prépac" forme en 18 semaines (de mars à juillet) des étudiants issus de PACES. A condition de valider cinq modules, ces derniers peuvent rejoindre le cursus classique de l'école d'ingénieurs postbac, en deuxième année (sur cinq). Chaque année, une soixante d'élèves franchissent les portes de cette prépa, dont les droits d'inscription s'élèvent à 5.600€.

fleche-rouge L'ISEN a mis en place sur ses trois sites (Brest, Lille, Toulon), une prépa rebond, destinée principalement aux élèves de PACES. A Brest par exemple, les élèves sont accueillis en février pour une rentrée décalée. Grâce à un programme dense, ils peuvent intégrer, au bout de six mois de formation spécifique, la deuxième année du cursus préparatoire de l'ISEN.

fleche-rouge L'EPF, sur son site de Montpellier, a créé en 2015 la passerelle Sigma. A partir du mois de mars, des étudiants déçus de PACES, sélectionnés sur dossier et entretien, rejoignent l'école pour quatre mois de formation.

fleche-rouge Le réseau Polytech, regroupant 13 écoles d'ingénieurs internes aux universités a créé en 2012 le programme Avostti, visant à diversifier le recrutement des élèves ingénieurs. A la rentrée 2015, 294 places étaient proposées aux élèves de PACES, ces derniers intégrant les Polytech en deuxième année du cycle préparatoire (PeiP). Les écoles ont tissé des partenariats étroits avec les facs de médecine. En région parisienne (UPMC et Université Paris-Sud), par exemple, le cycle Polytech a été intégré au réglement du concours PACES. Les élèves peuvent ainsi s'orienter aussi bien vers l'une des quatre voie santé (médecine, maïeutique, dentaire, pharmacie) que vers Polytech.




Devenir médecin européen
Si vous ne voulez pas changer de voie et que vous êtes prêt à vous expatrier le temps de vos études, vous pouvez toujours changer de pays. Certaines formations européennes aux professions de santé sont littéralement prises d’assaut par des étudiants français qui n’hésitent pas à aller “rebondir” ailleurs.

La Belgique francophone et frontalière arrive en tête des pays convoités. Et la Roumanie, où l’université de médecine de Cluj propose les trois premières années de médecine en français, connaît un succès croissant. Mais vous devrez débourser plusieurs dizaines de milliers d'euros pour obtenir un diplôme reconnu au niveau européen.
Sommaire du dossier
Retour au dossier Échec en PACES : les options qui s'offrent à vous Échec en PACES : rebondir dans une autre filière de l’université Échec en PACES : rebondir dans une autre filière santé Échec en PACES : rebondir dans une école d’ingénieurs Julie, en 2e année de BTS optique : "La vie ne s’arrête pas si on ne réussit pas médecine" Yann, en 1re année de licence de biologie : "Après un 1er semestre de PACES, je me suis réorienté pour ne pas gâcher une année" Ipek-Lisa, en BTS techniques physiques pour l’industrie et le laboratoire : "En PACES, je n’étais pas suffisamment encadrée"