Julie, en 2e année de BTS optique : "La vie ne s’arrête pas si on ne réussit pas médecine"

Par Virginie Bertereau, publié le 10 Février 2016
3 min

Après un an et demi passé en PACES (première année commune aux études de santé), Julie, 20 ans, se décourage. Elle rejoint alors le BTS optique de l’ISO Lille, en rentrée décalée. Finalement sans regrets.

"Après mon bac S, obtenu en 2013 à Valenciennes, je me suis inscrite en PACES avec un objectif : faire kiné ensuite. L'aspect médical, les sciences m'attiraient. J'ai passé le concours de médecine en fin d'année. Je me suis classée environ 250e sur 500 en médecine et 20e sur 40 en kiné. Or, la fac n'offrait qu'une centaine de places en médecine et une dizaine en kiné. J'ai donc redoublé. Mais je me suis arrêtée au bout du premier semestre.
Mes difficultés sont venues du mode d'apprentissage. Je n'avais jamais appris à apprendre par cœur. Lors de ma 2e PACES, je me suis démotivée. Je travaillais un peu moins. J'avais beaucoup de mal à me remettre "dedans". Je n'étais pas forcément moi-même et je n'avais pas envie de me bousiller la santé. En fin de semestre, je me suis dit : 'Autant arrêter tout de suite et partir dans quelque chose qui me plaît plus'."

La réorientation


"J'ai découvert l'optique lors d'un forum de réorientation qui s'est tenu à la fac. J'ai beaucoup parlé de ce changement de voie avec mes parents. Cette filière me permettait de rester dans le paramédical, de continuer à faire beaucoup de sciences, notamment de la physique. D'autre part, elle ajoutait un volet communication et vente qui m'intéressait. Dans le métier d'opticien, la clientèle est plus diversifiée qu'en médecine ou en kinésithérapie. La relation de client à commerçant est également plus agréable que celle de malade à praticien. Mais on apporte aussi du mieux dans la vie des gens.
J'ai débuté les cours à l'ISO Lille en février 2015, en rentrée décalée. J'ai réalisé ma première année de BTS (brevet de technicien supérieur) en 6 mois, jusqu'en juillet. J'ai étudié le même programme qu'en un an, mais en plus condensé ! J'avais moins d'heures de TD (travaux dirigés) et pas de vacances. Je faisais ainsi partie de la promo dite "turbo" d'une quinzaine d'étudiants, dans la même situation que moi. Nous avons été sélectionnés sur dossier et entretien de motivation."

Et si c'était à refaire ?

"La PACES n'a pas été une année de perdue car elle m'a permis d'acquérir des connaissances et une certaine méthode de travail. Je repasserais donc par là, tout en m'orientant vers l'optique ensuite. Aujourd'hui, je suis très satisfaite de mes études qui allient technique, mode et commerce et sont très pratiques. Dès la fin de ma 1re année, j'ai réalisé un stage de 6 semaines en entreprise. Et cette année, je travaille en renfort chez un opticien, en parallèle de mes cours. Au programme : beaucoup de sciences à travers les matières 'analyse de la vision' et 'analyse des instruments d'optique', mais aussi du droit, du marketing, de la gestion...
Aux étudiants de PACES en difficulté, je leur dirais donc de ne pas baisser les bras. La vie ne s'arrête pas si on ne réussit pas médecine ! Il existe forcément des filières mieux adaptées à leur profil."

Articles les plus lus

A la Une Médecine Santé

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !