Etudes de santé : quels débouchés en pharmacie ?

publié le 21 Mai 2007
3 min

Est-ce risqué d’aller en médecine sans bac S ? En quoi consiste le concours de PAES ? En cas d’échec, quelles possibilités ? En choisissant pharmacie, sage-femme ou odontologie, quels sont les débouchés ? Pour quelque 40 questions posées par des jeunes et leurs parents sur les salons de l’Etudiant, l’auteure de "Réussir ses études santé" (éditions l’Etudiant) apporte ses réponses expertes. Extraits.

Les professions médicales ne connaissent pas la crise à proprement parler. Une fois vos études terminées, vous êtes quasi assuré de travailler dans votre domaine de spécialité. Les professionnels s’inquiètent pourtant de leur situation démographique vieillissante et de l’apparition de contrastes géographiques importants. On risque de voir d’ici quelques années des pénuries dans certaines régions mais aussi dans certaines spécialités.

Pharmacie : un secteur en mutation

Aujourd’hui la France compte 72.716 pharmaciens, dont la moyenne d’âge a tendance à augmenter ces dernières années (45 ans et 11 mois en 2008 contre 41 ans et 8 mois en 1994). La proportion de femmes dans la profession ne cesse de s’accroître : 69,8% en 2008.

Pharmacien d’officine… entre autres

Le pharmacien ne travaille pas seulement en officine. Dans les hôpitaux, il se charge de l’approvisionnement de la pharmacie de l’hôpital, de la détention et de la préparation de certains médicaments et il veille au dosage du médicament ou encore à son contrôle qualité. D’ores et déjà des besoins sont non satisfaits chez les pharmaciens hospitaliers mais également adjoints en officine. Une étude prospective sur 20 ans, réalisée par l’ordre national des pharmaciens, montre que des besoins apparaîtront pour compenser les départs à la retraite des pharmaciens enseignants ou encore des pharmaciens biologistes.

Des débouchés dans l’industrie

Les entreprises du médicament recrutent des pharmaciens industriels dans tous leurs domaines d’activité : développement galénique, pharmacovigilance, affaires réglementaires, production, qualité, marketing… "Jusqu’à présent l’industrie pharmaceutique était très demandeuse en production de médicaments. Les pharmaciens étaient recrutés en tant que responsables des chaînes de fabrication. Aujourd’hui, avec la mondialisation, ce secteur n’est pas nécessairement resté en France", constate Jean-Marie Gazengel, doyen de la faculté de Caen.

Des profils pointus

Il n’empêche que les entreprises du médicament recrutent des profils toujours de plus en plus pointus, des spécialistes (des pharmaciens mais également des médecins, des biologistes ou des techniciens) qui connaissent les avancées scientifiques et technologiques (thérapie génique, biopuce, nanotechnologies, technologies de l’information et de la communication…). D’autres besoins existent pour les métiers de la recherche et du développement et ceux du marketing. Les industries cosmétiques et de dispositifs médicaux (incluant les produits de santé autres que les médicaments – sondes urinaires, par exemple) proposent également des emplois. "La France a une faiblesse certaine en bioproduction", remarque François Locher, doyen de la faculté de pharmacie de Lyon. "Or la biotechnologie (les vaccins, par exemple) est un secteur qui, dans l’avenir, sera porteur", poursuit-il.

Réussir ses études de santéPOUR ALLER PLUS LOIN
À découvrir aux éditions l'Etudiant :
"Réussir ses études de santé", par Ludivine Coste.

Articles les plus lus

Contenus supplémentaires

A la Une Médecine Santé

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !