1. Fac de médecine : qu'est-ce que le tutorat ?

Fac de médecine : qu'est-ce que le tutorat ?

Envoyer cet article à un ami

Est-ce risqué d’aller en médecine sans bac S ? En quoi consiste le concours de PAES ? En cas d’échec, quelles possibilités ? En choisissant pharmacie, sage-femme ou odontologie, quels sont les débouchés ? Pour quelque 40 questions posées par des jeunes et leurs parents sur les salons de l’Etudiant, l’auteure de "Réussir ses études santé" (éditions l’Etudiant) apporte ses réponses expertes. Extraits.

S’inscrire à l’université peut être perçu comme un départ à l’aventure… Certains voient dans les études universitaires anonymat et abandon, et d’autres indépendance et autonomie. La 1ère année cumule les nouveautés : changement d’environnement, de rythme, une ambiance de concours stressante…

Pour assurer la transition entre le lycée et la fac et pour aider les étudiants à affronter les 2 premiers semestres dans les meilleures conditions, les universités de médecine offrent un service de tutorat à tous les étudiants de 1ère année. Ils y apprennent à mieux travailler chaque matière, à acquérir des méthodes de travail et à gérer leur temps. Avec l’objectif final de s’entraîner au concours (et le réussir !). Chaque fac a mis au point son propre système.

Tutorat, mode d’emploi

Les universités ont préféré soutenir leurs étudiants au cours de cette difficile 1ère année. Le succès des prépas privées leur a prouvé que leurs étudiants étaient très demandeurs d’un encadrement pour préparer le concours. Les universités ont aussi réalisé que le coût de ces prépas n’était pas anodin et que tous les étudiants n’avaient pas les moyens financiers pour y souscrire. Pour respecter le principe d’égalité des chances, elles ont choisi de mettre en place des tutorats quasi gratuits. Ces tutorats ne sont pas des cours donnés en plus de ceux de l’université : il s’agit de colles – d’examens – qui entraînent les étudiants dans un seul but : réussir le concours.

Comment devenir un étudiant futé… pour ne pas craquer !

Chaque université offre un dispositif de tutorat d’un coût souvent modique, entre 30 et 70 €. Néanmoins, certaines facs proposent des prestations plus onéreuses, qui peuvent aller jusqu’à 300 € par an. Selon l’établissement, il peut s’agir de cours de remise à niveau dans certaines matières ou tout simplement de vous faire visiter l’université à la rentrée. Gérés conjointement par différentes associations étudiantes, les tutorats sont encadrés par des étudiants bénévoles de 2ème ou 3ème année. Ils accompagnent les nouveaux dans leurs apprentissages et les aident à préparer le concours. Ils donnent ainsi toutes sortes de conseils pour adapter les révisions en fonction des matières et de leur évaluation car les exigences des professeurs ne sont pas toujours identiques. Avec le tutorat, les étudiants découvrent leurs premiers QCM (questionnaires à choix multiples)  et apprennent à s’autoévaluer.

C’est aussi l’occasion de travailler en équipe, et de ne pas rester seul face aux révisions. "Quand je suis arrivé en PCEM1 à Lyon, je ne connaissais personne. C’était dur et les tutorats m’ont permis de me créer un nouveau réseau. C’est un autre aspect de ce dispositif qui, je pense, m’a permis de réussir", précise Quentin.

Comment fonctionne le tutorat ?

Chaque université a mis au point son propre système. À Bordeaux-II, par exemple, 147 étudiants de 2ème et de 3ème année accompagnent les 3.000 inscrits en PCEM1. Ils sont répartis par filières : 116 pour la médecine, 23 pour la pharmacie, 5 pour les sages-femmes et 3 pour l’odontologie. Le coût du tutorat se monte à 50 € par an. "Nous organisons 2 colles par semaine sur 2 matières parmi les 5 UE du 1er semestre, puis parmi les 8 UE du 2ème semestre", explique le professeur Pierre Dubus, vice-doyen de la faculté de médecine. Les colles sont ici organisées sous forme de QCM.

"Ce sont nos étudiants qui les rédigent et ils les envoient aux enseignants pour correction et validation. On ne peut pas faire en sorte que tous nos étudiants réussissent mais avec ce système nous les obligeons à maintenir un rythme de travail", poursuit-il. Tous les mardis à partir de 18h30 des salles sont mises à disposition pour 2 colles successives d’une heure environ. Pour garantir le sérieux, les tuteurs assurent les corrections dans la semaine et donnent les résultats aux primants en se répartissant les étudiants par groupes de 40 personnes sur 3 jours. Grâce à ces petits comités, des échanges peuvent avoir lieu sur les corrections distribuées. "Nous avons également un système de correction automatisé des QCM, ce qui permet de gagner du temps. Les tuteurs peuvent, au sein des groupes, faire le bilan de la correction et répondre aux questions qui peuvent se poser." Certaines universités ont même prévu un concours blanc.

Réussir ses études de santéPOUR ALLER PLUS LOIN
À découvrir aux éditions l'Etudiant :
"Réussir ses études de santé", par Ludivine Coste.

Sommaire du dossier
Retour au dossier Peut-on réussir des études de santé après un bac ES, L ou technologique ? Quels sont les objectifs de la réforme des études de santé ? Qu'est-ce qui va changer avec la réforme des études de santé ? Quels sont les effets de la réforme des études de santé ? Etudes de santé : c'est quoi le "numerus clausus" ? Comment se déroule la L1 santé (PACES, ex-PCEM1) Comment se déroulent les études de santé de la 2ème année à l'internat ? Etudes de santé : comment devenir pharmacien ? Etudes de santé : comment devenir chirurgien-dentiste ? Etudes de santé : comment devenir sage-femme ? En quoi consiste le concours de la L1 santé (PACES, ex-PCEM1)? Faut-il avoir le goût des sciences pour des études médicales ? Les études de santé sont-elles vraiment exigeantes ? Comment savoir si on est fait pour les professions médicales ? Etudes de santé : peut-on choisir son université ? Comment réussir la L1 santé (PACES, ex-PCEM1) du premier coup ? Faut-il faire une prépa pour réussir ses études de santé ? Fac de médecine : qu'est-ce que le tutorat ? 1ère année de médecine : comment les étudiants sont-ils accompagnés ? En cas d'échec en L1 santé (PACES, ex-PCEM1), faut-il redoubler ? En cas d'échec en L1 santé (PACES, ex-PCEM1), quelles sont les passerelles vers l'université ? En cas d'échec en L1 santé (PACES, ex-PCEM1), quelles études courtes ensuite ? En cas d'échec en PAES, puis-je intégrer une école d'ingénieurs ? En cas d'échec en L1 santé (PACES, ex-PCEM1), quelles sont les autres formations médicales et paramédicales ? Pour devenir sage-femme, doit-on obligatoirement passer par un bac S ? Que valent les écoles de kinésithérapeute qui recrutent sur concours ? Etudes de santé à l'étranger : comment faire ? Etudes de santé à l'étranger : pour quoi faire ? Etudes de santé à l'étranger : comment garder le niveau ? Etudes de santé à l'étranger : comment financer son séjour ? Comment profiter de l'été pour se préparer aux études de santé à la fac ? Etudes de santé : quels débouchés en pharmacie ? Etudes de santé : quels débouchés en chirurgie dentaire ? Etudes de santé : quels débouchés dans les spécialités médicales ? Etudes de santé : quels débouchés chez les sages-femmes ? Après des études de médecine suis-je certain de pouvoir exercer comme chirurgien ? Etudes de santé : quand peut-on se spécialiser en pharmacie, odontologie ou maïeutique ? Pharmacie, dentaire, médecine, sage-femme : quel coût pour les études ? Est-ce vrai que les amphis sont pleins à craquer en L1 santé (PACES, ex-PCEM1)?