Pharmacie, dentaire, médecine, sage-femme : quel coût pour les études ?

publié le 21 May 2007
6 min

Est-ce risqué d’aller en médecine sans bac S ? En quoi consiste le concours de PAES ? En cas d’échec, quelles possibilités ? En choisissant pharmacie, sage-femme ou odontologie, quels sont les débouchés ? Pour quelque 40 questions posées par des jeunes et leurs parents sur les salons de l’Etudiant, l’auteure de "Réussir ses études santé" (éditions l’Etudiant) apporte ses réponses expertes. Extraits.

Devenir sage-femme, chirurgien-dentiste, pharmacien ou médecin prend du temps. Pour celles et ceux qui s’inquiètent pour le financement de leurs études, voici un point sur le coût des inscriptions et les aides ou bourses auxquelles vous pouvez prétendre. De plus, sachez que, grâce à ces cursus alternant stages et cours, vous pourrez percevoir une rémunération.

Les frais d’inscription

Définis chaque année par arrêté, les droits d’inscription à l’université pour les étudiants du 1er cycle des études médicales se montent à environ 170 €. Ils sont de près de 225 € pour le 2ème cycle et de 450 € pour le 3ème cycle.

Certaines universités proposent un paiement échelonné sur les 3 premiers mois de l’année. Les écoles de sages-femmes étant rattachées aux universités, les frais d’inscription s’alignent sur ceux prévus pour les autres spécialités.

À ces coûts peuvent s’ajouter des droits spécifiques à chaque université. Il faut par ailleurs ajouter le montant de la cotisation au régime étudiant de la Sécurité sociale, qui est de 198 €. Une somme qui doit être acquittée lors de l’inscription. Depuis la rentrée 2009, vous pouvez choisir de la régler en 3 versements, le 1er versement devant être effectué le jour de l’inscription et les 2 autres les 2 mois suivants.

Du matériel pour les dentistes. Pour les étudiants en odontologie, il faut ajouter l’achat de matériel nécessaire à la pratique de la profession. Comptez entre 1.000 et 1.500 € pour le matériel (sondes, miroirs, fraises, résine, etc.). À noter que certaines universités, comme Paris-V, prêtent le matériel en échange d’une caution de 250 €. Aujourd’hui, de plus en plus d’aides peuvent vous permettre de poursuivre vos études. N’en négligez aucune.

Les bourses d’État

Les étudiants dont les revenus de la famille sont inférieurs à 32.440 € par an sont éligibles aux bourses sur critères sociaux. Ces bourses varient de 1.445 à 4.140 € l’année. Les bacheliers qui ont obtenu une mention très bien au bac peuvent prétendre à l’aide au mérite, un complément de bourse pour les étudiants boursiers. Attribuée pour une durée de trois ans, sa mensualité est de 200 €. Tous les étudiants boursiers sont exonérés des droits d’inscription à l’université et de cotisation à la Sécurité sociale. Certaines régions accordent aux boursiers des aides au transport. Par exemple, en Île-de-France, elle se monte à 153 € pour l’année.

Le dossier social étudiant

Le DES (dossier social étudiant) est le dossier unique de demande de bourses et de logement en résidence universitaire. Il doit impérativement être rempli chaque année entre le 15 janvier et le 30 avril par les étudiants ou les futurs étudiants. Futur bachelier, vous devez donc remplir ce dossier avant même d’avoir le résultat de vos examens. Le DES doit être saisi sur Internet auprès du CROUS de l’académie où vous étudiez. Le CROUS renvoie en retour un dossier papier sur lequel vous vérifiez les informations, les modifiez ou les complétez si nécessaire.

Les aides d’urgence

Si les étudiants sont en grande difficulté, il existe des aides financières d’urgence, attribuées par une commission du CROUS qui se réunit régulièrement et étudie les dossiers au cas par cas. Les bourses (annuelles ou ponctuelles) peuvent aller jusqu’à 4.000 €. Elles permettent d’apporter une réponse aux situations de précarité des étudiants (rupture familiale, situation d’indépendance avérée…).

Les aides au logement

Les étudiants peuvent bénéficier de l’APL (aide personnalisée au logement) et de l’ALS (allocation logement à caractère social). Ces 2 aides sont attribuées par la CAF (Caisse des allocations familiales) sur critères sociaux (ressources, situation familiale, nature du logement…). Attention, ces aides ne sont pas cumulables avec les prestations familiales des parents pour les enfants de moins de 20 ans. Pour les étudiants boursiers qui souhaitent accéder à un logement locatif, le loca-pass est également accessible. Accordées par les organismes collecteurs du 1% logement, les aides loca-pass prennent 2 formes : soit une avance finançant le dépôt de garantie lors de l’entrée dans les lieux du locataire (avance sous forme de prêt sans intérêt et remboursable sur une durée maximale de 36 mois), soit une garantie assurant au bailleur le paiement des loyers et des charges locatives jusqu’à 18 mois.

Des études en partie rémunérées

Fonctionnant sur le principe de l’alternance entre cours et stages pratiques, les étudiants perçoivent une rémunération pour leur temps passé en service hospitalier. À l’école de sages-femmes, dès la 3ème année les étudiants perçoivent une rémunération net de 110 € pendant 10 mois. En 4ème année, cette rémunération se monte à 220 €. En fin de 4ème année et au moment où ils sont diplômés, une indemnité de remerciement pour le stage, d’un montant de 457 € brut, leur est allouée.

En pharmacie, dès la 3ème année les étudiants peuvent travailler dans une officine et délivrer des médicaments sous le contrôle d’un pharmacien titulaire. Pour cela, ils sont rémunérés 9,32 € de l’heure s’ils ont moins de 350 heures de pratique officinale et 12,16 € au-delà de 350 heures de pratique. À partir de la 5ème année, ils peuvent exercer en milieu hospitalier et touchent 2.957,26 € pour l’année.

En médecine et en odontologie, les étudiants entre la 2ème et la 4ème année de leur 2ème cycle doivent effectuer 36 mois de stages à mi-temps et 36 gardes au minimum. Leur rémunération est de 25,79 € pour une garde, qu’elle se déroule de jour, de nuit, un dimanche ou un jour férié. Pour les stages, les externes touchent annuellement 1.521 € en DCEM2 ou DCEO2, 2.957 € en DCEM3 ou DCEO3 et 3.304 € en DCEM4 ou DCEO4. À partir de l’internat, une rémunération annuelle brut est prévue pour les médecins, pharmaciens et dentistes. Pour les hôpitaux de Paris, elle est de 16.424 € en 1ère année, de 18.183 € en 2ème année et de 25.222 € de la 3ème à la 5ème année. Les gardes sont rémunérées 118,43 €, et celles de nuit ou en sus des gardes normales 129,38 € (64,69 € la demi-garde).


> Pour en savoir plus, retrouvez toutes les informations sur les bourses et le logement étudiant sur le site Internet du CNOUS

Réussir ses études de santéPOUR ALLER PLUS LOIN
À découvrir aux éditions l'Etudiant :
"Réussir ses études de santé", par Ludivine Coste.

Articles les plus lus

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !