1. Supérieur
  2. Médecine / Santé
  3. "Ségur de la santé" : vers une augmentation "dérisoire" des externes ?
En bref

"Ségur de la santé" : vers une augmentation "dérisoire" des externes ?

Envoyer cet article à un ami
Selon l'ANEMF, le ministre de la Santé a émis des propositions de salaires mensuels "décevantes". // © Christian Schwier / Adobe Stock
Selon l'ANEMF, le ministre de la Santé a émis des propositions de salaires mensuels "décevantes". // © Christian Schwier / Adobe Stock

Selon l’Association nationale des étudiants en médecine de France (ANEMF), le ministère de la Santé envisage "une augmentation insignifiante des externes" à l'issue du "Ségur de la santé", lancé il y a un mois. Les étudiants hospitaliers effectuent des stages qui sont actuellement rétribués à hauteur de 129.60 € brut mensuel en 4e année. Cette rémunération serait portée à 200 euros brut. L'ANEMF demande un alignement à minima sur le salaire des étudiants stagiaires de l’enseignement supérieur : 390 € net mensuel.

"On tombe de haut. C’est une claque." Sébastien Villard, vice-président chargé des études médicales à l’Association nationale des étudiants en médecine de France (ANEMF), déplore que le gouvernement ne propose qu'une augmentation dérisoire des étudiants en médecine à l'issue du "Ségur de la santé".

Une revalorisation salariale attendue par les étudiants en médecine

Lancées il y a un mois, ces concertations se terminent formellement le vendredi 3 juillet. L’objectif est d’aboutir, d’ici mi-juillet, à des propositions conduisant à une "refondation du système de santé", touché par la crise depuis des années et mis à rude épreuve par le coronavirus. Les étudiants en médecine, conviés à la table des négociations, demandent une revalorisation salariale forte dès 2020.

Lors de leur externat, les étudiants hospitaliers effectuent des stages qui sont rétribués à hauteur de 129.60 € brut mensuel en 4e année (DFASM1), puis 251.40 € en 5e année (DFASM2) et 280 € en 6e année (DFASM3). Une rémunération estimée largement insuffisante par l'ANEMF, qui demande l’alignement du salaire des étudiants hospitaliers de 4ème année à minima sur celui des étudiants stagiaires de l’enseignement supérieur (390 € net mensuel) pour atteindre le SMIC horaire en fin de 6ème année.

Lire aussi : Les étudiants en médecine entendent peser dans les discussions au "Ségur de la santé"

200 € brut pour les externes de 4e année : trop peu pour l'ANEMF

Ce qui semble loin d'être gagné. Selon l'ANEMF, le ministre de la Santé, Olivier Véran, a formulé des propositions de salaires mensuels chiffrées "décevantes", mardi 30 juin. La rémunération des externes serait portée à 200 € brut en 4ème, 300 € brut en 5ème et 400 € en 6ème année. "Une insulte pour certains étudiants au regard de leurs conditions de formation, de travail, leur mobilisation qui s’est révélée à travers la crise sanitaire", s'insurge Sébastien Villard. Face au Covid-19, les étudiants en médecine étaient dès mars sur le pied de guerre partout dans les hôpitaux aux quatre coins de la France, aux urgences, dans les services de réanimation ou faisant des vacations de brancardiers, aides-soignants, infirmiers.

Lire aussi : Covid-19 : quel impact sur les étudiants en médecine ?

Prolonger le "Ségur de la santé" ?

Face à la déception des étudiants en médecine, le ministre de la Santé accepterait-il de revoir sa copie ? "Le Ségur ne peut être clôturé trois jours après une première proposition concrète", proteste l'ANEMF, dans un communiqué. L'organisation appelle à la poursuite des négociations lors de nouvelles réunions de travail la semaine prochaine.