1. Bien choisir son MOOC, mode d’emploi

Bien choisir son MOOC, mode d’emploi

Envoyer cet article à un ami

Tous les jours ou presque, un MOOC est lancé par une école ou une université. Résultat : des milliers de ces cours ouverts en ligne vous sont accessibles dans le monde entier. Comment faire le tri ? Mode d’emploi en trois étapes.

Élaboration d'un Mooc dans le studio d'Udacity en Californie (États-Unis) - 2013 // ©Jim Wilson/NYT-Redux-Rea
Udacity, plate-forme non liée à une université, offre des enseignements sur les nouvelles technologies : ici, une étudiante suivant un cours de statistiques. // © Jim Wilson/The New York Times/Redux/Réa.

Ils permettent de s'inviter dans des centaines d'universités et d'écoles à travers le monde afin d'y piocher un certain nombre de savoirs jusque-là réservés à une poignée de privilégiés. Le tout en un clic et la plupart du temps gratuitement. Si les MOOC (Massive online open courses) paraissent avoir tout juste, l'offre est toutefois si foisonnante qu'il est facile de s'y perdre, voire de s'y noyer. Voici quelques conseils pour vous aider à faire vos premiers pas dans ce nouvel univers pas si virtuel que ça...

Étape #1 : vérifier qu'il s'agit bien d'un MOOC

Attention, si ces nouveaux cours jouissent d'une soudaine popularité, tout ce qui s'affiche comme tel n'est pas MOOC. "Pour mériter cette appellation, il faut remplir un certain nombre de conditions", souligne Matthieu Cisel, jeune normalien créateur du MOOC "Monter un MOOC de A à Z" et blogueur passionné par le sujet.

"Il ne s'agit pas simplement de cours en ligne, ces derniers existent depuis bien longtemps ! poursuit-il. Un MOOC doit avoir une dimension interactive, qui s'illustre notamment par des forums, des devoirs corrigés par les pairs, etc." Autre critère : le taux d'inscrits. Si le nombre de MOOC dispensés en français n'atteint pas celui des MOOC américains, "une chose est sûre, tranche Matthieu Cisel, un cours où une cinquantaine de personnes seulement échangent sur un forum n'est pas "massive", comme l'indique le "M" du sigle".

En outre, tout le monde doit pouvoir y prendre part sans qu'il soit obligatoire d'être inscrit dans l'établissement diffuseur. Dans le cas contraire, il ne s'agit pas d'un "open course", ou "cours ou­vert". À ce sujet, "ouvert" ne veut pas forcément dire gratuit. Si, pour l'instant, la plupart, voire l'intégralité des MOOC français, le sont, ce modèle économique pourrait changer. Aux États-Unis, certains MOOC proposent déjà des options payantes, comme la possibilité de voir le cursus validé par un diplôme ou un certificat.

Enfin, la durée est également déterminante. Un MOOC s'étale sur quatre à huit semaines en moyenne et non quelques heures, comme avec certains "fakes".

Étape #2 : prendre le temps de bien s'informer sur le contenu du MOOC visé


Pour se repérer dans la jungle des MOOC, une seule solution : prendre le temps de regarder les différentes plates-formes , de lire les résumés ou les évaluations des utilisateurs, etc. "N'oubliez pas de visionner les vidéos de présentation, recommande pour sa part Aurore Lafougère, consultante en développement personnel passionnée de blogs. C'est un excellent premier contact avec le ou les professeurs. Vous ressentirez tout de suite le style d'enseignement, l'aisance face à la caméra, et vous saurez si vous avez envie de suivre un cours de plusieurs semaines avec cette personne."

Étape #3 : inscriptions, devoirs à rendre... notez le calendrier à respecter

Une fois le bon MOOC identifié, il ne reste plus qu'à vous inscrire. "Rien de plus simple, cela se fait généralement en un clic ou presque", assure Matthieu Cisel. Les formulaires à remplir sont, en effet, assez simples, il suffit souvent d'indiquer son adresse mail.

En revanche, les MOOC, bien que dispensés en ligne, fonctionnent fréquemment comme des cours classiques, en vertu d'un calendrier précis. "Il y a plusieurs temps dans un MOOC, expose Catherine Mongenet, de FUN (France université numérique). Celui-ci est d'abord annoncé avec une vidéo "teaser" et une présentation du cours. Durant deux à trois mois, les inscriptions sont ouvertes à tous. Puis, à la date fixée, le MOOC débute réellement. Certains enseignants vont décider que les inscriptions sont terminées – un peu comme s'ils refusaient, dans leur classe, les retardataires –, d'autres vont accepter de le laisser ouvert. Mais quand le MOOC se termine, ce n'est plus possible de le suivre."

D'où l'intérêt de faire une veille régulière sur les plates-formes pour ne pas louper le coche. Sachant que, logiquement, les sessions démarrent souvent en septembre et se renouvellent au rythme des semestres universitaires. Cela peut valoir le coup d'anticiper son inscription afin de se dégager du temps.

Il faut bien avoir à l'esprit que si l'on souhaite aller au bout du MOOC il va falloir travailler, rendre des devoirs, parfois corriger ceux des autres élèves. Pour certains cours, les exercices sont assez simples et ressemblent à ceux des cursus universitaires : rédiger une dissertation, répondre à un QCM (questionnaire à choix multiple). Pour d'autres, tel ce MOOC ultraprisé sur l'art oratoire en anglais dispensé par l'université de Washington, il est demandé de se filmer et d'envoyer ses vidéos, ce qui peut demander plus de travail !

Les 5 commandements pour réussir son MOOC
1. Définir en amont ses propres attentes vis-à-vis du MOOC : obtenir un certificat, s'amuser, écrire une ligne de plus sur son CV, apprendre une compétence.
2. Ne suivre qu'un seul MOOC à la fois, sauf si vous êtes en vacances ou dans une période d'inactivité.
3. Choisir un MOOC qui correspond à votre niveau. Viser trop haut risque d'être vite décourageant.
4. Avoir une vision à moyen terme de votre charge de travail et de votre agenda : n'oubliez pas qu'un MOOC peut s'étaler sur plusieurs semaines et qu'il est difficile de rattraper le retard accumulé.
5. S'investir dans les forums. C'est une vraie valeur ajoutée et un bon levier de motivation. Et c'est cette dimension interactive qui fait du MOOC un dispositif de formation vraiment à part.

Sommaire du dossier
Retour au dossier 4 bonnes raisons de suivre un MOOC quand on est lycéen ou étudiant Bien choisir son MOOC, mode d’emploi Trouver son MOOC : 12 plates-formes au banc d’essai Ils ont testé le MOOC design thinking de l’EM Lyon et Centrale Lyon : ils racontent