Parcoursup 2020

En 2020, vous entrerez dans "l’aventure Parcoursup". Quelles sont les étapes à ne pas rater ? Quand s’inscrire ? Est-on obligé de passer par Parcoursup pour intégrer le supérieur ? Comment est examiné votre dossier ?

Pas d’inquiétude, l'Etudiant vous apporte toutes les réponses pour comprendre le dispositif mis en place en 2020, préparer votre inscription, identifier les attendus par filière, connaître les critères de sélection des formations, remplir votre projet de formation motivé (autrement dit, votre lettre de motivation)… Bref, passer le cap ! Une dernière chose, n’oubliez pas de vérifier régulièrement le calendrier de la session 2019-2020 pour être sûr de ne rien oublier.

Tous les articles

Calendrier des inscriptions : à noter dans vos agendas !

Le grand saut dans le supérieur ne se prépare pas quelques semaines avant le bac ! Certaines inscriptions débutent très tôt. Pour ne pas rater le coche, consultez notre calendrier et découvrez les nouveautés pour 2009.Selon la formation supérieure que vous visez, vous devez vous y prendre de plusieurs mois à un an à l’avance pour déposer votre dossier d’inscription. Pour la plupart des filières, il faut dorénavant passer par un site Internet unique : www.admission-postbac.org. Ce calendrier vous indique les principales dates à retenir. En complément, renseignez-vous auprès du bureau de la scolarité de votre établissement ou de votre professeur principal. Autre source d’information utile : les sites Web des établissements que vous visez.

Etudes/Orientation : « Allez les filles ! »

Meilleures élèves que les garçons, les filles sont pourtant nettement moins nombreuses dans les filières réputées « d’excellence ». Ainsi composent-elles les trois quarts des effectifs des filières de langues et de lettres, mais représentent à peine 20 % des inscrits en sciences et technologies. Pourtant, une grande majorité d’entre elles n’ont pas l’impression d’avoir été orientées en fonction de leur sexe. Autocensure ?Apparemment, rien de plus normal que d’être une fille parmi des centaines d’autres sur les bancs d’une fac de lettres, de sciences humaines ou dans une école d’infirmières. En effet, les filles s’estiment en général satisfaites de leur sort et, si elles admettent que leur âge, leurs moyens financiers ou leur origine sociale ont pu orienter leur choix d’études, peu avouent avoir conscience du rôle joué par le fait d’être une fille dans leurs ambitions scolaires.