1. APB : les conseils de Théo pour candidater en licence de STAPS
Boîte à outils

APB : les conseils de Théo pour candidater en licence de STAPS

Envoyer cet article à un ami
Théo, en STAPS : “J’ai eu une place dix jours après la rentrée universitaire.” // © Photo fournie par le témoin
Théo, en STAPS : “J’ai eu une place dix jours après la rentrée universitaire.” // © Photo fournie par le témoin

Théo, 18 ans, a intégré une licence de STAPS (sciences et techniques des activités physiques et sportives) après un bac ES spécialité économie. Il livre sa stratégie pour une inscription réussie sur Admission-postbac.

APB : anxiogène ou pas ?

Je n’étais pas spécialement inquiet. J’avais envie d’aller en STAPS [sciences et techniques des activités physiques et sportives]. Même si c’est une filière en tension, je pensais vraiment que j’allais être pris : il y a quand même trois phases d’admission ! Dans mon lycée, à Lunel (34), le prof principal a consacré une heure de cours à APB pour que tous les élèves créent leur dossier.

Ses vœux

J’ai mis trois vœux en licence STAPS, dont un vœu groupé dans mon académie, qui permettait de classer deux universités. Pour la licence libre obligatoire, nous sommes nombreux dans ma classe à avoir mis l’une des licences du domaine droit-économie-gestion de l’université de Montpellier.

Êtes-vous fait(e) pour une licence STAPS ? Pour le savoir, faites le test.

Sa stratégie

J’ai classé les licences STAPS selon le critère géographique : l’université de Montpellier, la plus proche, puis celle de Perpignan et la dernière à Toulouse.

Ses résultats

Je n’ai eu que mon dernier vœu, la licence libre. J’étais déçu : j'ai répondu “oui, mais” aux deux premières phases d’admission et je me suis inscrit en procédure complémentaire. J’ai postulé en licence AES. Un conseiller d’orientation m'a dit que la psychologie me préparerait mieux pour STAPS. Je suis donc allé à l’université de Montpellier cet été pour apporter CV et lettres de motivation à la fois en STAPS et en psychologie. J’ai vraiment insisté, j’y suis retourné deux fois pour demander des réponses. Finalement, dix jours après la rentrée universitaire, j’ai eu une place en STAPS !

Ses conseils

Ce qui est compliqué, c’est le côté incertain des phases d’admission. S’il y a un tirage aléatoire dans la formation où nous voulons aller, il faut faire attention à mettre d’autres vœux en rapport avec le domaine qui nous intéresse. Sinon, nous risquons de nous retrouver dans une filière qui ne nous plaît pas.