"Comment je me suis réorienté ?" Quatre étudiants témoignent

Par Marion Allard-Latour, publié le 03 Novembre 2022
5 min

Un cours, un stage ou un job étudiant peuvent être révélateurs d’envies de réorientation. C'est ce qui est arrivé à Ornella, Sophie, Émilien et Clara, qui ont changé de voie, sans forcément repartir à zéro.

En 2022, 185.656 étudiants ont effectué une demande de réorientation sur Parcoursup. Un nombre très important, qui démontre bien que l’orientation n’est pas réservée aux élèves de terminale. En effet, le tout début des études supérieures est souvent synonyme de découvertes de nouvelles matières et d’autres apprentissages.

C’est ainsi qu’Émilien, 18 ans, a très vite pris conscience que ses études n’étaient pas faites pour lui. "J’ai fait un bac STMG option ressources humaines et communication, raconte-t-il. Sur Parcoursup, je me suis inscrit à une formation franco-allemande à Colmar (68), dans laquelle on préparait quatre diplômes en trois ans : une licence de gestion, un BUT technique de commercialisation, un Bachelor of arts en Suisse et un Bachelor of management en Allemagne."

nom image

La surprise de la première année

Avec un tel programme, "le niveau demandé était haut et j’ai donc arrêté en mars, après seulement un semestre", raconte-t-il. Pour sa réorientation, Emilien a été accepté au Cesi de Strasbourg (67), sous réserve qu’une entreprise l’accepte en alternance, en tant qu’assistant ressources humaines.

Clara, actuellement en cinquième année de médecine, n’a pas non plus suivi la voie qu’elle imaginait après le lycée, mais a pu se réorienter sans reprendre à zéro. "Au départ, j’ai pensé être vétérinaire, se souvient-elle. Cependant, je ne voulais pas faire de prépa et souhaitais directement rentrer dans le vif du sujet, après le concours de la PACES (l’ancienne Pass, NDLR). Et puis, j’étais finalement plus intéressée par l’humain que par l’animal."

En choisissant ce parcours, la jeune femme ne se ferme aucune porte. "En médecine, il y a beaucoup de spécialités, toutes différentes les unes des autres : biologie, santé publique…" En juin 2023, elle passera le concours de l’internat et optera pour une spécialité transversale.

nom image

Lire aussi

Un refus et une nouvelle idée

Ornella, elle, s’est d’abord présentée aux concours des IEP dans le but de devenir journaliste. "Je n’ai pas eu les épreuves. J’ai alors intégré une prépa littéraire et je me suis prise au jeu. Mais poursuivre dans cette voie ne m’attirait finalement pas plus que ça, même si j’aimais beaucoup les lettres modernes." C’est alors que, malgré "des a priori", l’idée de faire une école de commerce l’effleure. Bien qu’acceptée à Sciences po Aix et admissible à l’ENS Lyon, elle choisi d’intégrer emlyon après sa khâgne.

Quatre ans plus tard, Ornella vient de décrocher son premier CDI chez Interflora. "Je gère les newsletters, les SMS, les offres des partenaires… Je suis restée dans la même entreprise à l’issue de six mois de stage."

nom image

Lire aussi

Stages et jobs étudiants pour se tester

L’expérience du terrain peut aussi changer les plans des étudiants. Comme ceux de Sophie, 24 ans, qui avait pourtant cru très vite trouver sa voie : "J’ai fait une licence économie-gestion, option management. Je me suis alors rendu compte que le domaine des ressources humaines me plaisait." La suite semblait toute tracée, avec un master ressources humaines en alternance. Mais la jeune femme est finalement déçue de ses deux expériences en entreprise, qui lui ont paru éloignées de la théorie enseignée en cours. "Sur le terrain, j’ai trouvé qu’il manquait un peu d’aspect humain", poursuit-elle.

nom image

Le déclic d’un changement de voie s’amorce lorsque Sophie se souvient de son job étudiant réalisé en troisième année : "J’ai travaillé en tant qu’assistante d’éducation dans un établissement scolaire." À ce moment-là, le métier de conseillère d’éducation principale lui revient en mémoire, comme une évidence. Afin de concrétiser son rêve, elle a donc passé et réussi le concours de CPE. Elle a commencé comme stagiaire en septembre 2022, et devrait être titularisée au bout d’un an.

Articles les plus lus

Contenus supplémentaires

A la Une Parcoursup

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !