1. Entrée à l'université : les quatre points cardinaux de la réforme
Décryptage

Entrée à l'université : les quatre points cardinaux de la réforme

Envoyer cet article à un ami
Une nouvelle procédure d'orientation voit le jour pour accéder à l'enseignement supérieur. // © plainpicture/Rupert Warren
Une nouvelle procédure d'orientation voit le jour pour accéder à l'enseignement supérieur. // © plainpicture/Rupert Warren

Le gouvernement a annoncé, lundi 30 octobre 2017, une réforme de l'entrée à l'université. Accompagnement renforcé dès la terminale, nouvelle procédure d'orientation et un APB rénové, une licence plus progressive et la fin de la Sécurité sociale étudiante... l'Etudiant vous dit tout sur ce qui va changer pour accéder à l'enseignement supérieur.

"Nous proposons un plan global car pour réussir dans l'enseignement supérieur, il faut se préparer, se sentir bien, se loger de manière convenable…" C'est ainsi que le Premier ministre Édouard Philippe a introduit les 20 mesures du Plan étudiants, lundi 30 octobre 2017.

Ce plan va de l'orientation au lycée aux conditions de vie étudiante, avec en point d'orgue une nouvelle procédure d'orientation, qui remplace APB, et la mise en place d'une licence plus progressive. Retour sur cette réforme en 4 points clés.

1. Plus de temps dédié à l'orientation en terminale

En terminale, deux profs principaux vous accompagneront désormais pour formuler vos choix d'orientation. Le conseil de classe aura un rôle plus important et devra donner son avis sur vos projets d'études. Deux semaines de l'orientation se dérouleront pendant votre année pour vous permettre d'affiner vos connaissances sur l'enseignement supérieur. Enfin, du tutorat ou des MOOC pourront vous être proposés.

Lire aussi : Entrée à l'université : deux profs principaux pour accompagner votre orientation

2. Une nouvelle procédure d'orientation

Point d'orgue de la réforme : une nouvelle procédure d'orientation qui mettra fin au tirage au sort et à APB. Désormais, vous pourrez formuler moins de 10 vœux et ils ne seront pas classés par ordre de préférence. Ensuite, pour les filières sélectives (BTS, IUT, prépa), la méthode ne change pas. Pour les licences, en revanche, chaque filière fixera des "attendus" pour pouvoir prendre en compte votre candidature. Vous pourrez recevoir trois types de réponses : "oui", "oui, si" ou "en attente". Dans le deuxième cas, vous devrez suivre un parcours de remise à niveau pour pouvoir accéder à la filière. Ces "attendus" permettront également aux filières en tension (celles pour lesquelles il y a plus de demandes que de places) d'examiner votre dossier. Mais dans tous les cas, chaque bachelier continue d'avoir un droit d'accès à l'enseignement supérieur. Le nom de la plate-forme fera, quant à lui, l'objet d'un vote des internautes parmi une liste de propositions.

Lire aussi : Entrée à l’université : tout savoir sur la nouvelle procédure d’orientation

3. Une licence sur-mesure

Suivre votre licence en deux ou quatre ans, vous réorienter en cours d'année, choisir vos cours à la carte, prendre une année de césure… La réforme annoncée veut vous donner la main sur votre premier cycle à l'université. Cette personnalisation se fera dans le cadre d'un "contrat de réussite pédagogique" signé entre vous et l'établissement.

Lire aussi : Entrée à l'université : vous pourrez créer votre licence sur-mesure

4. La fin du régime social étudiant

L'évolution de l'accès à l'université s'accompagne d'un volet "vie étudiante". Parmi les mesures annoncées, le gouvernement s'engage à verser les bourses au plus tard le 5 de chaque mois. Il promet aussi la construction de 60.000 logements d'ici 2022. À partir de 2018, la Sécurité sociale étudiante est supprimée (et la cotisation de 217 € qui va avec) : les nouveaux étudiants seront rattachés au régime général. À plus long terme, les aides aux étudiants, dispersées et donc peu lisibles, pourraient être "rapprochées" afin de former une "aide globale d’autonomie".

Lire aussi : Entrée à l'université : ce qui change pour les conditions de vie étudiante