Nicolas, resté dans l’Orne pour son BTS : “Je ne me sentais pas mûr pour quitter la région”

Par Emmanuel Vaillant, publié le 30 Juin 2011
3 min

Faut-il préférer l’antenne universitaire proche de chez soi ou la lointaine université-mère ? Se ferme-ton des portes en optant pour une prépa de proximité ? Est-ce risqué pour la suite de choisir un BTS dans son lycée ? Contrairement aux lycéens des villes, les lycéens des champs sont confrontés à une offre de formations limitée. Ce qui les oblige à se poser la question de la mobilité. Notre enquête pour voir sur quels critères se décider.

Nicolas Pillon, 20 ans, est en 2e année de BTS (brevet de technicien supérieur) assistant PME-PMI à Flers (61). Il est resté dans le même établissement toute sa scolarité.

Si après son baccalauréat professionnel accueil relations clients et usagers, Nicolas n’avait pas d’idée vraiment précise de métier, il avait au moins une certitude : rester dans sa région natale, aux environs de Flers, en Basse Normandie, dans le département de l’Orne. “Ce qui m’intéresse, c’est de travailler dans un domaine administratif, de la gestion et de l’organisation, dans une petite entreprise”, précise cet étudiant.


Le besoin de rester dans la région

Ayant suivi toute sa scolarité au lycée Jean-Guéhenno de Flers, situé à 25 km du domicile de ses parents, il choisit alors de rester dans cet établissement, qui propose un BTS assistant de gestion de PME-PMI à référentiel commun européen en alternance. “J’ai choisi ce BTS parce que ça correspondait à ce que je voulais faire, mais surtout parce que ça me permettait de rester dans la région. Je ne me sentais pas assez mûr pour aller plus loin, prendre un logement et me gérer tout seul”, avoue ce jeune homme qui compte 45 min de trajet en voiture pour rejoindre son établissement.


Aller voir ailleurs après le BTS

Aujourd’hui en fin de 2e année de BTS, Nicolas hésite à entrer dans la vie active ou à poursuivre en licence professionnelle. Dans tous les cas, il se sent enfin “prêt à bouger” : “Je me rends bien compte que pour trouver un emploi c’est trop restreint dans la région. Même pour trouver un stage, ça n’a pas été facile.” Pour la licence pro, il envisage d’aller à Caen, et s’il postule à un emploi, ses recherches ne se limiteront pas à l’Orne ni au Calvados. “Aujourd’hui j’ai envie d’aller voir ailleurs, même si je sais que, plus tard, je reviendrais dans la région”, précise ce jeune homme résolument attaché à son fameux pays du Bocage. 

Articles les plus lus

A la Une Parcoursup

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !