1. Supérieur
  2. Parcoursup - Inscriptions dans le supérieur
  3. Études postbac : quitter sa campagne ou pas ?
  4. Sophie, passée par une prépa de proximité après un échec à la fac : “Ça m’a beaucoup mieux préparée à affronter l’université”
Portrait

Sophie, passée par une prépa de proximité après un échec à la fac : “Ça m’a beaucoup mieux préparée à affronter l’université”

Envoyer cet article à un ami

Faut-il préférer l’antenne universitaire proche de chez soi ou la lointaine université-mère ? Se ferme-ton des portes en optant pour une prépa de proximité ? Est-ce risqué pour la suite de choisir un BTS dans son lycée ? Contrairement aux lycéens des villes, les lycéens des champs sont confrontés à une offre de formations limitée. Ce qui les oblige à se poser la question de la mobilité. Notre enquête pour voir sur quels critères se décider.

Sophie est en master 1 de lettres à Lille 3. Un cursus qu’elle a rejoint après une hypokhâgne à Saint-Quentin (02), sa ville natale.


“La
prépa, j’y suis arrivée de façon détournée”, raconte Sophie, aujourd’hui en master 1 de lettres à l’université Lille 3, et qui prépare le concours du CAPES (certificat d’aptitude au professorat de l’enseignement secondaire) pour devenir professeur de français.
Après son bac, cette jeune fille originaire de Saint-Quentin avait d’abord opté pour une licence 1 de droit à l’université d’Amiens. "C’était la catastrophe, cela ne me convenait pas du tout.” Le semestre suivant, elle change de spécialité et passe en lettres. “À l’époque, je trouvais que c’était trop spécialisé, j’avais envie de quelque chose de plus large. Et puis, j’étais toute seule dans mon studio, dans une ville que je ne connaissais pas, et je n’ai pas réussi à me faire des amis."


En prépa après un échec à la fac

À la fin de l’année, elle abandonne la fac et retourne chez ses parents, à Saint-Quentin. Elle tente alors sa chance en 1re année de prépa littéraire à Henri-Martin. Très vite, elle se sent comme un poisson dans l’eau. “J’ai apprécié le côté multidisciplinaire, et le cadre familial. Je me suis fait tout de suite fait des amis.”
Grâce aux équivalences, elle a ensuite poursuivi ses études en lettres à l’université. “En faisant cette prépa près de chez moi, j’ai été beaucoup mieux préparée à affronter la fac. J’ai acquis une culture générale, et une maturité qui m’a permis de savoir ce que j’avais vraiment envie de faire.”

Pour aller plus loin : L’orientation des champs n’est pas celle des villes / Parité dans les études : les bastions des garçons ne cèdent toujours pas / Spécial orientation : comment conjuguer raison et passion ?

Sommaire du dossier
Retour au dossier Choisir une STS de proximité… et larguer les amarres plus tard Choisir une antenne universitaire : mini-fac, maxi-profit ? Choisir une classe prépa de proximité : de nombreux atouts Yann, de la Champagne à la Gironde : “J’ai voulu partir pour mon BTSA et gagner en indépendance” Nicolas, resté dans l’Orne pour son BTS : “Je ne me sentais pas mûr pour quitter la région” Lisa, restée dans l’Aisne pour son hypokhâgne : “J’ai choisi cette prépa car elle était près de chez moi” Sophie, passée par une prépa de proximité après un échec à la fac : “Ça m’a beaucoup mieux préparée à affronter l’université” Florence, venue faire sa licence AES à Roanne : “C’est agréable une fac où tout le monde se connaît” Tommy, resté à Roanne (42) pour son DUT et sa licence : “Un bon compromis entre mon choix d’orientation et mon envie de rester à la campagne” Vanessa, revenue de Poitiers en Charente pour son M2 : “Je reviens à Angoulême par choix”