1. Parcoursup : candidats en attente, quelles solutions s'offrent à vous ?
Boîte à outils

Parcoursup : candidats en attente, quelles solutions s'offrent à vous ?

Envoyer cet article à un ami
La procédure principale sur Parcoursup court jusqu’au 19 juillet. // © REA/Frederic Maigrot
La procédure principale sur Parcoursup court jusqu’au 19 juillet. // © REA/Frederic Maigrot

Au lendemain des résultats du bac, 100.000 candidats n’avaient toujours pas reçu de proposition d’admission sur Parcoursup. Si c’est votre cas, l’Etudiant vous donne quelques conseils pour ne pas baisser les bras.

Pour les candidats sans affectation sur Parcoursup, les jours défilent et le stress monte. C’est le cas de Léana, 19 ans : "Comme je rêve de devenir infirmière anesthésiste, je suis candidate aux IFSI (instituts de formation en soins infirmiers), avec cinq vœux en phase complémentaire. Malheureusement, je suis en attente partout. Mon meilleur classement étant 119e dans l'IFSI de Thouars (79). Je perds espoir. J'ai l'impression que ma vie est fichue, que je devrais faire un travail alimentaire et que je vivrais avec ces regrets toute ma vie."

Lire aussi : Parcoursup : faut-il renoncer ou patienter si vous êtes sur liste d'attente ?

Ces candidats qui baissent les bras à force d’attendre, Barth, militant à l’UNEF (Union nationale des étudiants de France) de Nanterre (92), en a beaucoup rencontrés. "Il ne faut pas hésiter à se rapprocher des syndicats étudiants, qui recensent les candidats en attente. S’ils sont refusés, il existe des possibilités pour défendre leur dossier." Le CIO (centre d’information et d’orientation) Médiacom de Paris le rappelle : être en attente n’est pas synonyme de refus. "Lorsque l’offre n’est pas suffisante pour absorber toutes les demandes, le candidat n’a pas de proposition d’admission. Il est simplement en attente de place, mais ce n’est pas sans espoir."

Votre sort n’est donc pas encore scellé ! Si vous êtes toujours sans affectation, plusieurs options s'offrent donc à vous.

1. Participez à la procédure complémentaire

La procédure principale court jusqu’au 19 juillet et des places vont encore se libérer. "Comme chaque année, des candidats vont être pris dans des formations hors Parcoursup, faire des études à l’étranger… En avril, 219.000 candidats nous ont dit qu’ils avaient d’autres projets que Parcoursup", indique le ministère de l’Enseignement supérieur.

Mais si les places ne se libèrent pas assez vite à votre goût, vous avez aussi la possibilité de vous inscrire sur la phase complémentaire, ouverte depuis le 25 juin. Vous pourrez formuler jusqu’à dix nouveaux vœux aux formations disposant encore de places.

Lire aussi : La phase complémentaire, mode d'emploi

Pour vous aider, la carte interactive de Parcoursup affiche les formations accessibles. Elle est actualisée chaque jour. En 2018, ce sont près de 80.000 candidats qui ont ainsi pu recevoir une proposition d’admission dans une formation de leur choix.

2. Rapprochez-vous des établissements

N’hésitez pas à contacter les établissements dans lesquels vous avez postulé pour savoir s’ils auraient des informations supplémentaires à vous donner. "Quand un candidat vient nous demander conseil, nous leur recommandons de solliciter la présidence de l’université. À l’université de Nanterre, avec la vice-présidence et nous-mêmes, les syndicats étudiants, nous discutons des dossiers au cas par cas. Cela ne garantit pas votre inscription, mais cela peut aider à débloquer certaines situations", explique le militant à l’UNEF.

3. Faites-vous accompagner par le CIO

Pour les candidats en attente, le CIO sera utile pour "redéfinir leur projet d’études", explique le CIO Médiacom de Paris. L’entretien doit permettre :
de faire le point sur sa situation et d’identifier les causes des réponses négatives, les freins et les leviers et trouver les solutions permettant de dépasser les difficultés ;
d’envisager d’autres formations/spécialités en lien avec votre scolarité ;
de vous guider dans la formulation d’un projet d’orientation renouvelé en prenant en considération vos besoins ;
de réfléchir aux solutions hors Parcoursup lorsqu’elles répondent à votre projet. Ces formations sont encore nombreuses à proposer des places vacantes. Vous pourrez vous y inscrire avant la rentrée.

Lire aussi : Refusé sur Parcoursup : cinq conseils pour trouver une formation

4. Tournez-vous vers le rectorat

Si vous n'avez aucune proposition d'admission au 6 juillet – et à condition d'avoir formulé au moins un vœu en phase complémentaire et avoir eu en réponse un refus – vous pourrez solliciter la CAES (commission d'accès à l'enseignement supérieur) mise en place dans les rectorats. Celle-ci est chargée d’étudier les dossiers des candidats sans place pour les aider à s’orienter. Pour rappel, en 2018, 30.000 candidats ont bénéficié de cet accompagnement.