1. Parcoursup : encore 35 % d'insatisfaits après les résultats du bac
En bref

Parcoursup : encore 35 % d'insatisfaits après les résultats du bac

Envoyer cet article à un ami
Les candidats en attente d'une formation devront-ils passer l'été rivés à leur portable ? // © plainpicture/Hero Images
Les candidats en attente d'une formation devront-ils passer l'été rivés à leur portable ? // © plainpicture/Hero Images

Les résultats du bac, tombés le 6 juillet 2018, ont permis de faire bouger un peu la procédure Parcoursup. Mais l'effet reste insuffisant : vous êtes encore plus de 90.000 à attendre une première proposition.

Parmi les trois leviers pour faire décoller la procédure Parcoursup figuraient les résultats du bac. Or, depuis le 6 juillet 2018, le tableau de bord communiqué chaque jour par le ministère de l'Enseignement supérieur ne montre pas de désengorgement important.

Au 9 juillet, vous êtes encore 90.257 à n'avoir reçu aucune proposition d'admission. Et si 408.585 d'entre vous avez déjà confirmé définitivement un "oui" à une formation (dont 10.000 depuis les résultats du bac), ce n'est pas le cas de 194.227 élèves, qui ont mis un "oui" en attente en espérant obtenir une meilleure proposition.

Lire aussi : Parcoursup : la procédure complémentaire, c'est parti !

"Oui définitif" pour un candidat sur deux

Au total, on comptabilise ainsi 50,3 % d'élèves ayant accepté définitivement une formation et 35 % d'insatisfaits, parmi les 812.058 inscrits en phase normale de Parcoursup.

Cependant, entre le 6 et le 9 juillet, quelque 21.000 candidats ont quitté Parcoursup. Cette brusque augmentation de démissionnaires est une conséquence des résultats du bac. En effet, les vœux des recalés sont automatiquement annulés (dans leur dossier Parcoursup, rubrique "admission", un message les informe qu'ils ne sont plus concernés par la procédure). Ce qui a libéré des places : près de 15.000 candidats ont enfin eu une première proposition.

Les demandes d'accompagnement ont doublé

Autre conséquence visible : le nombre de bénéficiaires de l'accompagnement par le rectorat a presque doublé, passant de 5.148 demandeurs à 10.105. Même si cette démarche a été mise en place dès le 22 mai (début des réponses des formations), elle ne concernait que les candidats ayant été refusés sur tous leurs vœux (tous sélectifs). Désormais, les commissions d'accès au supérieur vont aussi se pencher sur les cas des candidats n'ayant eu aucune proposition d'admission.

Lire aussi : Parcoursup : dans les coulisses d'une commission qui place les "sans-réponse"

Les rectorats s'attendaient à cette recrudescence de demandes après les résultats du bac. Si vous êtes concernés, sachez qu'ils proposent différentes solutions. Ainsi, dans l'académie de Lille, celles proposées sont diverses : des places laissées vacantes sur lesquelles il n’y a pas de candidats "en attente", le renvoi en phase complémentaire lorsque des places y sont disponibles, un contrat d'apprentissage, un rendez-vous dans un centre d'information et d'orientation pour revoir votre projet ou encore un suivi spécialisé.

Un été connecté ?

Si vous faites partie des 50 % de candidats encore non servis, ou non satisfaits, soyez (encore) patients. Car il reste le cas des candidats qui vont passer les oraux de rattrapage du bac dont le sort influera également sur les places en lice dans Parcoursup.

S'ajoutent les deux autres facteurs d'accélération de la procédure : le délai de raccourcissement du temps de réponse aux propositions et la création de 10.000 nouvelles places. Cela suffira-t-il à vous éviter de passer tout l'été l’œil rivé à votre smartphone ou à votre ordinateur ? La phase principale de Parcoursup se poursuit en effet, jusqu'au 5 septembre et la phase complémentaire jusqu'au 21 septembre.