1. Parcoursup : faut-il renoncer ou patienter si vous êtes sur liste d'attente ?
Décryptage

Parcoursup : faut-il renoncer ou patienter si vous êtes sur liste d'attente ?

Envoyer cet article à un ami
Les futurs étudiants ont jusqu'au 19 juillet pour réaliser leur inscription administrative. // © plainpicture/Gianna Schade
Les futurs étudiants ont jusqu'au 19 juillet pour réaliser leur inscription administrative. // © plainpicture/Gianna Schade

Contrairement à 2018, Parcoursup n’affiche plus les taux de remplissage. Les taux d’accès aux formations sont toutefois disponibles. Lorsque ce taux est bas, vous pouvez vous sentir découragés si vous êtes sur liste d’attente. Faut-il renoncer pour autant ?

Vous désespérez d’être sur liste d’attente sur Parcoursup et vous commencez à vous décourager ? Vous pensez que vos chances d’entrer dans la formation de vos rêves sont réduites ? En réalité, "il est impossible de connaître à l’avance le taux de remplissage des formations", explique le centre d’information et d’orientation Médiacom, à Paris. Chaque jour, de nouvelles places se libèrent, les candidats renoncent à certains vœux et en confirment d’autres. Rien n’est donc fixé jusqu’au 19 juillet 2019, date à laquelle les futurs étudiants doivent avoir réalisé leur inscription administrative.

Le CIO appelle toutefois à la vigilance sur les délais de réponse. "Pour ne pas être considéré comme démissionnaire, respectez bien les délais !" Soyez donc réactifs aux points d'étape.

À quels indicateurs se fier sur Parcoursup ?

Pourquoi les taux de remplissage n’apparaissent-ils pas en 2019 ? "D’autres chiffres ont été ajoutés, comme la position sur la liste d’appel. Nous voulions éviter un trop plein d’informations, qui compliquent inutilement la procédure dans Parcoursup", indique une conseillère de la plate-forme. En 2019, le ministère a donc choisi d’indiquer la position du dernier appelé dans chaque formation en 2018. C’est cette position que vous pouvez comparer avec la vôtre dans la liste d’appel pour estimer vos chances d’avoir une proposition.
Autre indicateur, la carte interactive qui permet aux candidats de découvrir l'ensemble des formations proposées sur Parcoursup. Vous pourrez affiner vos recherches en saisissant des mots clés, des filières de formations et/ou en sélectionnant une zone géographique précise.

Lire aussi : La carte interactive de Parcoursup, un outil de plus pour faire son choix

L’offre des places disponibles dans les formations évolue tout au long de la phase complémentaire. Ces informations vous permettent d’ajuster vos vœux. Vous pouvez vous baser sur :
• le taux d’accès de la formation en 2018 ;
• le pourcentage des catégories de bacheliers admis dans la formation en 2018 ;
• le nombre de places en 2019 ;
• les formations similaires à celle initialement recherchée.

Si vous n’avez aucune proposition d’admission, vos vœux en attente sont maintenus automatiquement et vous n’avez rien à faire. Si, parmi ces vœux, certains ne vous intéressent plus du tout, indiquez que vous y renoncer. Vous libérerez alors des places pour les autres candidats.

Sans réponse, les recours possibles pour ne pas renoncer

"Renoncer à un vœu en attente n'apporte rien si on est intéressé par la formation. Et maintenir les vœux en attente sur les formations qui intéressent, cela n'enlève rien ! Cela n'empêche pas non plus de faire des vœux en phase complémentaire, ce qui est vivement conseillé", signale Médiacom. Vous pouvez donc formuler jusqu’à dix nouveaux vœux dans des formations disposant de places pendant la phase complémentaire du 25 juin au 14 septembre.

Si vous n'avez aucune proposition d'admission au 6 juillet – et à condition d'avoir au moins formulé un vœu en phase complémentaire et avoir eu en réponse un refus – vous pourrez solliciter la CAES (commission d'accès à l'enseignement supérieur) mise en place dans les rectorats. "Celle-ci pourra vous aider à trouver des alternatives", souligne l’association Droits des lycéens. Et d’ajouter : "Chaque élève peut solliciter son aide, notamment ceux qui décident de passer par la phase complémentaire. Ils seront alors accompagnés individuellement."

Lire aussi : Parcoursup : dans les coulisses d'une commission qui place les "sans-réponse"

Pour ce faire, une condition : avoir obtenu le baccalauréat ou un diplôme équivalent au cours de l'année scolaire ou dans les quatre années scolaires précédant la procédure Parcoursup en cours.
"Par ailleurs, il existe une sollicitation du droit au réexamen de sa candidature. C'est possible depuis le 15 mai, mais ne s'applique que dans des cas très précis : handicap, sportif de haut niveau, famille à charge etc.", résume l’association Droits des lycéens. Cette rubrique doit être activée par le candidat depuis la rubrique "contact" avec l'onglet "CAES". Tout est donc encore possible.