1. Parcoursup : l’année de césure, mode d’emploi
Boîte à outils

Parcoursup : l’année de césure, mode d’emploi

Envoyer cet article à un ami
Faites-vous partie des bacheliers tentés par une coupure avant d'attaquer vos études supérieures ? // © plainpicture/Blend Images/Peathegee Inc
Faites-vous partie des bacheliers tentés par une coupure avant d'attaquer vos études supérieures ? // © plainpicture/Blend Images/Peathegee Inc

Vous avez le bac en poche, mais vous n’êtes pas enchanté à l’idée d’enchaîner immédiatement avec les études supérieures. L’année de césure vous permet de faire une pause dans votre parcours, tout en vous garantissant le statut d’étudiant.

Les demandes de césure se font directement sur Parcoursup au moment de faire vos vœux. Une fois que vous avez bien mûri votre projet de césure, rendez-vous sur l’onglet "Année de césure". Énoncez ­clairement ce projet et montrez votre motivation en soulignant les bénéfices que vous pourrez en tirer. Objectif : obtenir le feu vert de votre établissement. En cas de refus, vous aurez toujours la possibilité de faire appel auprès de l’instance de recours prévue par ce dernier.

Combien de temps dure l’année de césure ?

La durée d'une césure peut être soit de six mois, soit de un an. La période débute en même temps qu’un semestre universitaire (septembre ou janvier). Attention, tous les établissements n’acceptent pas des départs en janvier, il faut vérifier les modalités auprès de la formation où vous serez inscrit.

Une césure est-elle toujours acceptée ?

Lorsque vous recevez une proposition d’admission dans la formation, cela ne signifie pas que votre demande de césure est acceptée. Cette dernière sera accordée ou non par le chef d’établissement après votre inscription administrative, en fonction de la clarté de votre projet et du nombre de places disponibles.

Lire aussi : Que faire pendant une année de césure ?

Vous pourrez être convoqué à un entretien qui permettra à la formation de juger de la pertinence de votre projet avant de vous donner une réponse.

Quels liens ai-je avec ma formation d’origine ?

Même s'il s'agit d'une suspension de scolarité, l’année de césure est encadrée. Vous devrez signer une convention avec la formation où vous êtes inscrit. Ce document garantira votre statut d’étudiant pendant la césure, et le droit à réintégrer la formation à l’issue de cette période (“droit de retour”). Y figureront aussi les modalités de suivi de votre expérience (un rapport, une soutenance orale, un blog…), afin que celle-ci soit pleinement intégrée à votre parcours de licence.

Puis-je conserver ma bourse ?

Le chef d’établissement peut statuer sur le maintien du droit à la bourse pendant l’année de césure. S'agissant des frais de scolarité, tout dépend de l'établissement. Certains décident de les faire payer, d'autres pas. Renseignez-vous ! Si vous avez besoin d'une convention de stage, il vous sera utile d'avoir le statut d'étudiant.

Peut-on faire plusieurs césures ?

Vous avez le droit à une année de césure par cycle, au maximum (une postbac ou en cours de cycle licence, et une autre en cours de master).

Que faire pour valoriser cette période ?

Si votre demande de césure est acceptée, votre scolarité sera mise en pause pendant six ou douze mois. Un temps suffisamment long pour partir à l’étranger, faire un stage en entreprise, voire créer votre start-up ! Mais un projet de ce type se mûrit. Pas question de perdre une année faute d’avoir anticipé les démarches.

Partir à l’étranger est l’option qui demande le plus d’anticipation. Où partir ? Combien de temps ? Pour quoi faire ? Après avoir répondu à ces questions, vous aurez besoin de temps pour vous organiser.

Vous souhaitez vous immerger dans la vie professionnelle, par l’intermédiaire d’un stage ou en développant un projet entrepreneurial ? Pour le stage, démarchez les entreprises de votre secteur de prédilection ; cela vous aidera à conforter vos choix d’études et de spécialités.

Obtenir une césure pour créer une start-up, qu’elle soit une réussite ou un échec, est aussi une expérience que vous pourrez valoriser sur le marché du travail. Tout comme un engagement associatif ou en service civique.
De plus en plus de bacheliers recherchent l’opportunité de se rendre "utiles" socialement. Les demandes de volontariat à l’étranger dans des missions humanitaires, celles de service civique ou auprès d’associations en faveur de la santé, du sport, de l’environnement, etc., connaissent ainsi un vrai boom. Il faut dire que ces expériences sont sans conteste un atout sur un CV !