1. Supérieur
  2. PARCOURSUP - Inscriptions dans le supérieur
  3. Parcoursup : les attendus pour entrer en école de commerce
Boîte à outils

Parcoursup : les attendus pour entrer en école de commerce

Envoyer cet article à un ami
Les candidats postulant aux écoles de commerce devront s'inscrire sur Parcoursup puis se présenter aux concours. // © Adobe Stock/Monkey Business
Les candidats postulant aux écoles de commerce devront s'inscrire sur Parcoursup puis se présenter aux concours. // © Adobe Stock/Monkey Business

Depuis le 22 janvier 2020, les candidats peuvent s’inscrire et sélectionner leurs vœux sur Parcoursup. Sur la plate-forme d’admission, chaque formation affiche ses attendus nationaux et/ou locaux. Pour les écoles de commerce présentes sur Parcoursup, il n'y a pas d'attendus spécifiques mais elles ont des pré-requis concernant les profils attendus. L'Etudiant fait le point.

Les inscriptions sur Parcoursup battent leur plein. La grande majorité des écoles de commerce post-bac ont fait leur entrée sur la plateforme en 2020. Vous devez donc vous inscrire sur Parcoursup et vous présenter ensuite aux concours.

Certaines écoles, comme celles des concours Acces, Sesame ou Passerelle Bachelor ne consultent pas les dossiers Parcoursup des candidats et prennent en compte uniquement les résultats au concours. D’autres, comme l’IDRAC ou encore les écoles du concours Pass, prennent en considération les notes de première et de la terminale, ou encore la fiche Avenir. En revanche, toutes attendent un certain nombre d’aptitudes, des pré-requis académiques ou de comportements qui pourront faire la différence une fois le concours obtenu.

En raison de l’épidémie de coronavirus, les ministères de l’Education nationale et de l’Enseignement supérieur ont annoncé l’annulation de tous les concours des formations post-bac. Les écoles prendront uniquement en compte votre dossier sur Parcoursup. Renseignez-vous tout de même auprès des formations auxquelles vous avez postulé pour connaitre les modalités exactes de sélection.

Lire aussi : S'inscrire sur Parcoursup en dix étapes

Avoir un bon dossier scolaire

Pour Xavier Durand, directeur des recrutements et concours de l’ESSCA, avoir un bon dossier scolaire est une base : "Le concours est ouvert à toutes les séries du bac, même si une majorité des candidats vient des filières ES et S. Il est clair que, pour préparer le concours, on s’attend à avoir des futurs entrants plutôt bons scolairement. Je précise que les lycéens venant de bac L, STMG ou de STI2D s’autocensurent souvent à cause de la nature des épreuves, alors qu’ils ont toute leur place dans nos effectifs !"

Attention, chaque école a sa propre sélectivité. Par exemple, pour leurs programmes grande école (PGE) respectifs, l'IESEG recrute des candidats qui ont entre 15 et 16 de moyenne, l'ESSCA, entre 14 et 15 et l'IDRAC, entre 12 et 13.

Certaines matières peuvent néanmoins s’avérer essentielles pour réussir l’entrée en école. À l'ESSCA comme à l'IESEG, il faut être bon en mathématiques mais aussi en langues vivantes et obligatoirement en anglais pour réussir le concours. Ensuite, pour les autres matières tout dépend des appétences, elles offrent pour la plupart une solide culture générale.

"Les lycéens qui sont aujourd’hui en série ES seront plus à l’aise en première année dans les cours de macro-économie, ceux qui viennent de S seront meilleurs dans les cours de micro-économie. Un lycéen ne peut pas arriver avec toutes les compétences et qualités, c’est nous qui devons l’accompagner", estime Xavier Durand.

Pour Laurent Espine, directeur de l’IDRAC, la culture scientifique est importante. "Les candidats doivent avoir de bonnes bases en mathématiques, pour réussir les tests de logique notamment". Mais il précise que les maths ne sont pas l’alpha et l’omega pour réussir en école de commerce. Les sciences économiques et sociales jouent aussi un rôle primordial à l'entrée en école pour les matières fondamentales qui seront enseignées.

Lire aussi : Bulletins scolaires : quelles notes comptent sur Parcoursup ?

Être ouvert d’esprit et curieux

L’ouverture d’esprit et la curiosité sont les principales qualités qui sont attendues des candidats et futurs étudiants. "Nous n’attendons pas des élèves qu’ils sachent précisément ce qu’ils veulent faire plus tard, mais nous attendons d’eux qu’ils s’intéressent à l’actualité et qu’ils soient ouverts au monde et aux autres. Nous voulons des étudiants qui lisent, qui s’engagent dans des projets, dans du sport, etc.", estime Xavier Durand. Vous pouvez remplir votre CV dans la rubrique "Activités et centres d'intérêt" sur Parcoursup et détailler l'ensemble de vos activités extra-scolaires, qu'elles soient sportives, associatives, bénévoles… Ces informations pourront être prises en compte par certaines écoles, comme les BBA EDHEC et INSEEC ou encore l'IDRAC.

Même son de cloche à l’IDRAC où sont formés "des jeunes qui ont une bonne culture générale et qui vont avoir la capacité à explorer d’autres chemins, au-delà de leurs études, des aptitudes essentielles en entreprise", selon Laurent Espine.

S’intéresser à l’actualité figure aussi parmi les pré-requis de nombreuses écoles de commerce. "Nous recherchons des candidats qui vont nous montrer leurs connaissances de l’actualité en France et à l’international sur 24 mois. À travers le concours, nous pourrons évaluer leur ouverture d’esprit et au monde, mais aussi leur logique et la structuration de leur pensée, c’est essentiel", considère Céline Verdrière, responsable du service Recrutement France et concours à l’IESEG.

Lire aussi : Parcoursup : comment vous inscrire en école de commerce post-bac ?

Défendre ses qualités de leader à l'oral

Au-delà de ces qualités, les business schools post-bac s’intéressent aussi de près aux qualités oratoires des candidats. Toutes les écoles qui recrutent sur concours organisent une épreuve d'oral, soit sous forme d'entretien de motivation individuel, soit sous forme de projet de groupe. Cette épreuve est souvent essentielle pour intégrer une école. "L’oral permet d’évaluer l’expression du candidat mais surtout sa capacité à être leader dans une équipe. C’est pourquoi nous proposons un entretien collectif pour voir comment il se positionne", estime Xavier Durand. Attention, il ne s’agit pas de prendre le leadership de manière autoritaire, mais plutôt d’être "pertinent lors de l’oral".

Pour Laurent Espine, proposer des projets de groupe sur des thématiques d’actualité permet d'observer comment les candidats s’organisent et de détecter les "leaders positifs, qui cherchent des solutions plus qu'ils ne posent de questions."

À l’IESEG, l’oral va permettre de vérifier la cohérence du projet du candidat avec ce que l'école leur propose. "Le candidat idéal, c’est celui qui est motivé et qui s’est préparé sérieusement", estime Céline Verdrière.

Lire aussi : Concours : pour préparer les candidats aux épreuves, les écoles ouvrent leurs portes !