1. Parcoursup, premier bilan : un record de vœux
En bref

Parcoursup, premier bilan : un record de vœux

Envoyer cet article à un ami
Près de 7 millions de vœux et autant de demandes à traiter pour les établissements... Réponses en mai. // © plainpicture/Cultura/Alan Graf
Près de 7 millions de vœux et autant de demandes à traiter pour les établissements... Réponses en mai. // © plainpicture/Cultura/Alan Graf

Les chiffres provisoires de la première session de Parcoursup viennent d'être dévoilés par le ministère de l'Enseignement supérieur. Plus de candidats, plus de vœux au total... mais moins de vœux par candidat !

Les chiffres consolidés de la phase normale de Parcoursup ont été présentés vendredi 13 avril 2018 par Frédérique Vidal, ministre de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation.

Entre le 22 janvier et le 13 mars, date de clôture des inscriptions, vous avez été 666.000 élèves de terminale et 122.600 étudiants en réorientation à avoir formulé au moins un vœu dans votre dossier. Viennent s'ajouter 99.000 candidats inscrits à l'étranger, non scolarisés ou dans une autre situation particulière. Au total, vous êtes plus de 887.600 à avoir participé à la nouvelle procédure d'admission postbac (853.262 pour la dernière session d'APB).

Mais, après la date limite du 31 mars, près de 78.000 élèves n'ont pas confirmé leurs vœux. Vous n'êtes donc plus que 810.000 en lice pour cette première session de Parcoursup.

Lire aussi : Parcoursup : le calendrier 2017–2018 en un clin d’œil

Plus de candidats, mais moins de vœux en moyenne

Le nombre de vœux formulés avoisine les 7 millions. De quoi inquiéter quelque peu les formations qui vont devoir examiner toutes vos demandes, en progression de 6,8 % par rapport à l'année dernière.

En revanche, le nombre moyen de vœux par candidat a baissé, passant de 9,4 à 7,7. Il avait augmenté en 2017, en partie en raison de l'obligation faite aux bacheliers généraux de mettre au moins une licence "libre" (sans capacité limitée) dans leur liste. Une mesure abandonnée cette année.

Les filières sélectives attirent

Avec + 26 % de vœux en DUT, + 15,5 % en BTS, les filières sélectives (comprenant aussi les classes préparatoires, les écoles) ont le vent en poupe. Elles réunissent 68 % des vœux, contre 32 % pour les vœux en licence. La filière universitaire non sélective était, en 2017, classée en premier vœu par 38 % des candidats.

Parmi les quatre voies universitaires les plus demandées, les STAPS (sciences et techniques des activités physiques et sportives) confirment leur attractivité, avec + 17 % de candidats. Les "attendus" ne les ont donc pas découragé, mais plutôt conforté dans leur choix. Deux filières sont en légère progression, avec + 2% de vœux : psychologie et Paces (première année commune aux études de santé).

À l'université, le droit recule

A contrario, le droit perd environ 18 % de vœux : le module obligatoire permettant de valider sa candidature en a-t-il découragé certains ? Frédérique Vidal fait l'hypothèse que c'était une filière choisie "par défaut" lorsque, sous APB, les candidats devaient choisir au moins une licence libre. Pourtant, cette filière en tension n'était pas toujours en "pastille verte" mais en orange (notamment le vœu groupé "droit en Île-de-France").

Il serait intéressant de connaître les statistiques par filière de bac, le nombre de candidats ayant utilisé la totalité des dix vœux sous statut scolaire… Mais il faudra encore patienter, ces données statistiques n'ayant pas encore été communiquées par les services du ministère.

Loading...

Loading…