1. Résultats Parcoursup : "J’ai mis une fac d’histoire si jamais je ne suis pas prise, mais ce n’est pas ce que je veux faire"
Témoignage

Résultats Parcoursup : "J’ai mis une fac d’histoire si jamais je ne suis pas prise, mais ce n’est pas ce que je veux faire"

Envoyer cet article à un ami
Les premiers résultats de parcoursup tombent aujourd'hui. // © Fotolia
Les premiers résultats de parcoursup tombent aujourd'hui. // © Fotolia

Le 22 mai à 18 h, les lycéens découvriront leurs résultats d’affectation sur Parcoursup. L’incertitude est au rendez-vous face aux critères de sélection de la plate-forme et aux réponses apportées aux vœux de formation.

Stress, anxiété ou parfois indifférence : comment les lycéens vivent-ils les dernières heures qui les séparent des résultats de la phase d’admission dans le supérieur ? L’Etudiant leur donne la parole.

Peur de la sélection

C’est par exemple le cas d'Adélaïde en terminale ES à Guingamp. La lycéenne a postulé dans quatre IUT et BTS, dans le domaine de la communication : "Je suis stressée par rapport aux réponses. J’ai passé plusieurs concours mais, parfois, on croit avoir réussi et finalement notre profil ne correspond pas aux attentes des écoles." Des angoisses partagées par Juliette, également en terminale ES, qui s’oriente vers le design, un domaine très sélectif : "J’ai l’impression que nos dossiers vont être moins lus. Ils n’ont pas beaucoup de temps pour cela. En plus, certains critères comme les bulletins de première ne me semblent pas adaptés. Mes notes ne sont pas mauvaises, mais en première c’était moyen, je compte sur la lettre de motivation et le CV." Les modalités de sélection mises en place par la plate-forme soulèvent également des inquiétudes chez les lycéens : "On est un peu l’année de test, le gouvernement veut voir comment ça va se passer", déplore Juliette.

Plus d'attente, plus de stress

Le stress n’est pas prêt de s’arrêter pour les lycéens puisque les phases d’admission s’étalent jusqu’au 5 septembre 2018. De quoi laisser les futurs étudiants dans l’incertitude pendant plusieurs semaines, voire plusieurs mois.

Lire aussi : Parcoursup : le calendrier 2017–2018 en un clin d’œil

Nombre d’entre-eux pensent n’être acceptés qu’en phase complémentaire, à partir du 26 juin prochain. C’est le cas pour Louise en terminale ES à Rennes, qui candidate pour une classe préparatoire littéraire très demandée : "La filière que j’ai choisie est extrêmement sélective, je ne pense pas être prise en première phase. Je n’ai inscrit que deux vœux. J’ai mis une fac d’histoire si jamais je ne suis pas prise, mais ce n’est pas ce que je veux faire."

Une inquiétude généralisée

Quelque soit leur niveau scolaire, les élèves se sentent désorientés face aux procédures de sélection de Parcoursup. Nombre d’entre eux témoignent de leur inquiétude et de celle de leur parents sur les réseaux sociaux.

Léo, en terminale S, vise une formation en mesure physique. L'angoisse est partagée dans sa famille : "Mes parents sont stressés, pour les rassurer j’ai mis une très grande liste d’IUT différents en mesure physique pour avoir une chance. Sinon, je me rabattrai sur la fac." Jean-Michel Blanquer, le ministre de l’Éducation nationale, a annoncé que la moitié des lycéens devraient recevoir une réponse positive à leurs candidatures le 22 mai.

Pour les autres, il faudra patienter jusqu’à la procédure complémentaire qui débutera le 26 juin prochain.