1. Supérieur
  2. Après le bac, les filières anticrise : les stratégies gagnantes
  3. DUT, licence pro, bac+4 : jusqu’où continuer ?
Boîte à outils

DUT, licence pro, bac+4 : jusqu’où continuer ?

Envoyer cet article à un ami

Quel que soit leur bac d’origine, de plus en plus d’étudiants se construisent un parcours à la carte pour mieux garantir leur insertion professionnelle.

Alors qu’ils pourraient trouver facilement à être embauchés, nombre d’étudiants sont ainsi tentés de continuer leur parcours dans l’enseignement supérieur. Car poursuivre des études, c’est une façon de laisser passer l’orage de la crise, d’attendre une meilleure opportunité et de se protéger contre la déqualification. Ainsi, le niveau bac + 2 est de plus en plus utilisé comme un marchepied permettant de rejoindre une école d’ingénieurs ou de commerce. Cette tendance se confirme chez les titulaires d’un DUT : près des trois quarts continuent leurs études. La moitié d’entre eux s’orientent vers une licence professionnelle.

Mais attention ! Plusieurs enquêtes montrent qu’une seule année supplémentaire n’est pas forcément avantageuse en termes de salaires et de responsabilités. Les bac + 3 sont deux fois plus souvent en contrat à durée déterminée ou en intérim que ceux qui occupent un emploi juste après un DUT avec des salaires équivalents… Résultat, les licences pros, pourtant conçues pour postuler directement dans des métiers spécialisés, sont utilisées, contre l’avis des responsables de ces formations, comme des tremplins vers un bac + 4 ou un bac + 5. 

Pour aller plus loin : 10 bonnes raisons de choisir les études à l’université / Quelles études pour travailler dans le secteur paramédical, avec ou sans le bac ? / Travailler dans l’immobilier : 4 métiers qui ne connaissent pas la crise / Métiers du marketing : la crise ? Connais pas ! / Les métiers de la finance : malgré la crise, des métiers porteurs

Sommaire du dossier
Retour au dossier DUT, licence pro, bac+4 : jusqu’où continuer ? Les effets du bac sur… l’après-bac De plus en plus de passerelles entre filières Questions à Alberto Lopez, directeur scientifique du Céreq