1. Supérieur
  2. Après le bac, les filières anticrise : les stratégies gagnantes
  3. Les effets du bac sur… l’après-bac
Boîte à outils

Les effets du bac sur… l’après-bac

Envoyer cet article à un ami

Quel que soit leur bac d’origine, de plus en plus d’étudiants se construisent un parcours à la carte pour mieux garantir leur insertion professionnelle.

Tout le monde n’est pas égal devant la poursuite d’études. La probabilité de rallonger un bac + 2 diffère nettement selon les profils d’étudiants, notamment en fonction de leur bac d’origine et de leur niveau scolaire. En l’occurrence, si les titulaires d’un DUT poursuivent plus souvent que les BTS, c’est que ces derniers sont plus souvent issus d’un bac technologique. La probabilité de prolonger ses études est deux fois plus élevée pour les titulaires d’un bac général que pour les bacheliers technologiques.

De même, le fait d’avoir décroché une mention au bac multiplie nettement ses chances d’aller plus loin dans l’enseignement supérieur. Et plus les élèves sont issus d’un milieu social défavorisé, moins ils poursuivent, non seulement en raison du coût des études, mais aussi du fait de leur niveau scolaire. Les étudiants qui arrêtent à bac + 2 sont en effet ceux qui sont les moins à l’aise dans leurs études, alors que ceux qui s’y épanouissent se disent plus volontiers : "Et pourquoi ne pas aller plus loin ?"

Pour aller plus loin : 10 bonnes raisons de choisir les études à l’université / Quelles études pour travailler dans le secteur paramédical, avec ou sans le bac ? / Travailler dans l’immobilier : 4 métiers qui ne connaissent pas la crise / Métiers du marketing : la crise ? Connais pas ! / Les métiers de la finance : malgré la crise, des métiers porteurs

Sommaire du dossier
Retour au dossier DUT, licence pro, bac+4 : jusqu’où continuer ? Les effets du bac sur… l’après-bac De plus en plus de passerelles entre filières Questions à Alberto Lopez, directeur scientifique du Céreq