1. Supérieur
  2. Miss France 2017 : quelles études suivent les candidates ?
Décryptage

Miss France 2017 : quelles études suivent les candidates ?

Envoyer cet article à un ami
Les candidates au titre de Miss France 2017 ne sont pas seulement jolies, elles brillent aussi par leur savoir. // © Le Comité Miss France
Les candidates au titre de Miss France 2017 ne sont pas seulement jolies, elles brillent aussi par leur savoir. // © Le Comité Miss France

INFOGRAPHIE. Si certaines travaillent déjà, la plupart des 30 candidates au titre de Miss France 2017 sont encore étudiantes, notamment en filières scientifiques. L'Etudiant a scanné leur CV et vous dévoile à quels métiers les Miss se destinent.

Mens sana in corpore sano (un esprit sain dans un corps sain). Les 30 candidates au titre de Miss France 2017
– dont l'élection se déroule le 17 décembre 2016 – sont aussi douées pour les études. La plupart entreprennent de se former à un métier (27 Miss sur 30), quand elles ne travaillent pas déjà (trois d'entre elles). "Le concours Miss France est une formidable expérience de vie, mais je donnerai toujours la priorité à mes études", confie Iris Mittenaere, Miss France 2016, qui s'apprête à transmettre sa couronne à l'une des 30 postulantes. Iris, qui veut devenir chirurgien dentiste, reprendra sa 4e année d'études dentaires à la rentrée 2017.

Lire aussi sur Trendy : Les premières fois d'Iris Mittenaere, Miss France 2016

Sur les 30 candidates, les quatre plus jeunes ont fêté cette année leurs 18 ans. Romane (Miss Limousin) suit des études d'infirmière à l'IFSI (institut de formation en soins infirmiers) de la Croix-Rouge de Limoges. Andréa (Miss Nouvelle-Calédonie) s'est inscrite en première année de licence de droit, tout comme Alicia (Miss Guyane). Quant à Anaëlle (Miss Saint-Martin/Saint-Barthélémy), après un bac pro gestion-administration, elle prépare un concours pour devenir gendarme.


Paramédical, social : des métiers pour aider

Huit des Miss étudient dans les secteurs du médical, du paramédical et du social, à l'instar de Laurine (Miss Nord-Pas-de-Calais) ou d'Esther (Miss Normandie) qui suivent une formation pour devenir éducatrices de jeunes enfants. Myrtille (Miss Picardie), la plus "âgée" des candidates (elle est née en 1992), travaille déjà depuis deux ans comme infirmière dans une association d'addictologie.

Les métiers scientifiques ne font pas peur à 5 sur 30 des prétendantes à la couronne : ainsi Magdelène (Miss Poitou-Charentes), après une première année en licence de biologie, aimerait bien s'orienter vers le métier de technicienne dans la police scientifique. Ambre (Miss La Réunion), en 3e année de licence sciences de la vie, voudrait devenir responsable QHSE (qualité, hygiène, sécurité, environnement) dans des laboratoires ou des entreprises.

Luxe et tourisme les font rêver

Le luxe, la beauté ou le tourisme sont des univers plus classiques qui attirent 8 des 30 candidates. Vaea (Miss Tahiti) a ainsi obtenu une licence professionnelle de chimie en création de parfums, arômes et cosmétiques à Montpellier. Carla (Miss Pays-de-Loire) s'est inscrite dans une école privée (Moda Domani Institute) spécialisée dans l'univers du luxe. Cassandre (Miss Centre-Val-de-Loire) est inscrite en 2e année de BTS MECP (métiers de l'esthétique-cosmétique-parfumerie). "J'aimerais un jour ouvrir ma propre école d'esthétique gratuite pour les adolescents défavorisés", prévoit-elle. Quant à Meggy (Miss Île-de-France), étudiante à Sciences po Paris et actuellement en année de césure le temps de la compétition, elle reprendra bientôt ses études avec l'espoir de travailler dans le marketing du luxe. Laetitia (Miss Corse) travaille déjà comme conseillère à l'office du tourisme de Porticcio, mais elle envisage de reprendre ses études pour devenir hôtesse de l'air.

Journaliste, réalisatrice, prof : des métiers qui attirent toujours

Les métiers du journalisme et de la communication ou de l'enseignement attirent également, mais dans une moindre proportion. Maurane (Miss Bretagne) prépare une licence d'information et communication à Rennes et compte bien préparer les concours d'entrée aux écoles de journalisme. De son côté, Virginie (Miss Midi-Pyrénées) effectue une première année de master à l'IEJ de Marseille et rêve de devenir présentatrice de JT ou réalisatrice de documentaires. Camille (Miss Rhône-Alpes) suit le cursus pour devenir professeur de collège ou lycée et prépare son master 1 MEEF (métiers de l'enseignement, de l'éducation et de la formation) parcours EPS (éducation physique et sportive). Cette fondue d'athlétisme s'apprête à vivre comme ses 29 concurrentes le stress d'une autre grande compétition. Verdict le 17 décembre.