1. Supérieur
  2. Les études par région
  3. "Adieu province, bonjour Paris" : 10 étudiants racontent
  4. Clotilde, 21 ans, de Pertuis : "Dans la bulle de ma promo, au cœur de la capitale"
Témoignage

Clotilde, 21 ans, de Pertuis : "Dans la bulle de ma promo, au cœur de la capitale"

Envoyer cet article à un ami

Julie, François, Maëlys, Thomas, Élodie, Clothilde, Sarah, Liza, Aude, Gabriel : 10 provinciaux "montés à Paris" pour leurs études. 10 jeunes qui évoquent leur installation dans la capitale, leurs galères et leurs bons plans. De quoi se sentir moins seul si cela vous arrive prochainement !

"La pollution, le stress, le mauvais temps… j’appréhendais beaucoup la vie à Paris", se souvient Clotilde, 21 ans, en 2ème année à l’Ecole des Mines ParisTech. Loin des cigales de Pertuis (84), son village d’origine, proche d’Aix-en-Provence, Clotilde n’a pas perdu son accent et son optimisme. "Ici, nous avons vraiment la belle vie, affirme-t-elle avec un grand sourire. Pas le temps d’avoir un coup de blues, on se sent tout de suite chez nous."

Logée avec les élèves de sa promo


C’est que Clotilde a découvert la vie étudiante parisienne dans des conditions idéales. L’Ecole des Mines ParisTech est située dans le 5e arrondissement, en plein centre de la capitale, près du Jardin du Luxembourg. Comme la quasi-totalité des étudiants de son école, elle loge à la Maison des Mines, à 2 pas. "Les chambres font certes 12 m2 pour 2, mais le loyer mensuel est de 250€. C’est pratique, économique et très très convivial !" Côté ambiance, "l’esprit de promo" se construit dès le 1er jour. Week-end d’intégration, dîners thématiques, tournois sportifs… "Le processus d’intégration anime la vie de l’école pendant les 3 premiers mois. Nous changeons radicalement de rythme de vie. Impossible de se coucher avant 1h du matin. Les dîners à la Maison des Mines durent des heures et il y a toujours quelqu’un qui vient toquer à la porte vers minuit pour papoter."

Entre soi, loin de Paris


Changements de vie, d’amis, d’activités. Conséquence : alors qu’elle rentrait régulièrement chez ses parents à Aix lorsqu’elle était en classe prépa MP à Marseille, Clotilde ne redescend que tous les 4 mois depuis qu’elle est à Paris. Le décalage avec la famille et ses anciens amis est même parfois difficile à gérer. "La plupart des couples ne tiennent pas plus de 3 mois. Nous vivons tellement en immersion avec notre promo que l’autre perd progressivement sa place dans notre vie." Et cette étudiante a beau vivre dans l’un des plus beaux quartiers de Paris, elle n’a pas vraiment pris le temps de s‘en imprégner. "C’est un peu le revers de la vie en communauté. Nous restons tout le temps entre nous. Je connais finalement peu Paris, mais je me sens bien dans cette bulle."

Ses conseils

> Pour expérimenter la vie en communauté, rien de mieux que d'habiter sur le campus de son école.
> Devenir membre du BDE (bureau des élèves) permet de connaître les élèves des différentes promos.

Pour aller plus loin : Logement étudiant : cinq solutions pour habiter à Paris / Bourses et aides : questions / réponses / Des bourses pour financer vos études

Sommaire du dossier
Retour au dossier Liza, 19 ans, de Montpellier : "Le plus difficile à Paris a été de se loger" Elodie, 24 ans, de Bordeaux : "J’aime Paris car il y a toujours quelque chose à faire" François, 22 ans, de Gannat : "Je suis monté à la capitale du cinéma" Thomas, 20 ans, de Belfort : "A Paris ou ailleurs, je suis d’abord dans mon école" Aude, 26 ans, de Toulouse : "Paris ? Une ville plus stressante, plus intense" Maëylis, 20 ans, de Lille : "J’ai opté pour une colocation en banlieue parisienne " Gabriel, 18 ans, de Montpellier : "J’ai remarqué qu’à Paris je marche plus vite !" Clotilde, 21 ans, de Pertuis : "Dans la bulle de ma promo, au cœur de la capitale" Sarah, 23 ans, de Lille : "Je profitais plus de Paris comme touriste qu'en tant qu'étudiante"