1. Supérieur
  2. Les études par région
  3. "Adieu province, bonjour Paris" : 10 étudiants racontent
  4. Sarah, 23 ans, de Lille : "Je profitais plus de Paris comme touriste qu'en tant qu'étudiante"
Témoignage

Sarah, 23 ans, de Lille : "Je profitais plus de Paris comme touriste qu'en tant qu'étudiante"

Envoyer cet article à un ami

Julie, François, Maëlys, Thomas, Élodie, Clothilde, Sarah, Liza, Aude, Gabriel : 10 provinciaux "montés à Paris" pour leurs études. 10 jeunes qui évoquent leur installation dans la capitale, leurs galères et leurs bons plans. De quoi se sentir moins seul si cela vous arrive prochainement !

Après une licence de droit à Lille (59) et un master de droit communautaire à Louvain en Belgique, Sarah l’avoue tout net : elle a choisi de prolonger ses études à Paris pour y décrocher un master 2 de droit estampillé d’une fac de renom, en l’occurrence Paris 1. "Comme j’envisage de préparer un master of Law dans une université américaine ou anglaise, je sais que j’ai plus de chance d’être retenue avec un diplôme d’une université parisienne, notamment de la Sorbonne". En 2 ans d’études à Paris, cette jeune Lilloise n’a pas traîné : elle a décroché un master 2 en droit des affaires, elle en prépare un second en droit communautaire, spécialité droit de la concurrence, et a réussi le concours d’avocat au Barreau de Paris.

Emprunter pour vivre à Paris


Or, ce parcours d’études brillant à Paris ne s’est évidemment pas fait sans difficulté à surmonter, à commencer par le logement. "Au départ, je ne m’attendais tellement pas à ce que ma candidature en master 2 soit retenue que je n’ai pas du tout anticipé mon installation à Paris. Je ne pouvais pas me payer un studio. Un mois avant la rentrée, j’ai contacté le CROUS qui, par un coup de chance, disposait encore d’une chambre." Côté finances, elle touche une bourse de 400€ par mois. Insuffisant pour se loger (200€ la chambre en CROUS avec l’aide au logement) et vivre à Paris. "Etant donné que mon emploi du temps ne me permet pas de travailler, j’ai fait un emprunt de 7.000€ que je pourrai commencer à rembourser en étant avocat stagiaire."

Etudiante, pas touriste


Depuis 2 ans à Paris, alors qu’elle ne connaissait personne en arrivant, Sarah s’est surtout fait des amis par la fac. "En master 2, c’est d’autant plus facile de nouer des relations que nous sommes en petits effectifs d’une trentaine d’étudiants". Quant à profiter pleinement de la ville, elle n’en a pas trop l’occasion. "J’ai plutôt une vie de quartier. Faute de temps, je pense que je profitais plus de Paris quand je venais en touriste que maintenant j’y habite".

Ses conseils

> Choisir un logement le plus près possible de son université car les temps de trajets sont très fatigants.
> S'installer à Paris, c'est apprendre à être autonome, donc à gérer son budget et faire régulièrement ses comptes. Gare aux petites dépenses quotidiennes, genre un café en terrasse à 2,50€.

Pour aller plus loin : Logement étudiant : cinq solutions pour habiter à Paris / Bourses et aides : questions / réponses / Des bourses pour financer vos études

Sommaire du dossier
Retour au dossier Liza, 19 ans, de Montpellier : "Le plus difficile à Paris a été de se loger" Elodie, 24 ans, de Bordeaux : "J’aime Paris car il y a toujours quelque chose à faire" François, 22 ans, de Gannat : "Je suis monté à la capitale du cinéma" Thomas, 20 ans, de Belfort : "A Paris ou ailleurs, je suis d’abord dans mon école" Aude, 26 ans, de Toulouse : "Paris ? Une ville plus stressante, plus intense" Maëylis, 20 ans, de Lille : "J’ai opté pour une colocation en banlieue parisienne " Gabriel, 18 ans, de Montpellier : "J’ai remarqué qu’à Paris je marche plus vite !" Clotilde, 21 ans, de Pertuis : "Dans la bulle de ma promo, au cœur de la capitale" Sarah, 23 ans, de Lille : "Je profitais plus de Paris comme touriste qu'en tant qu'étudiante"