Conseils de pro - Partir étudier à l’étranger : «Nous avons de plus en plus de ressources pour financer des stages Erasmus »

publié le 22 Janvier 2011
3 min

Sur le salon du lycéen et de l’Etudiant à Marseille, s’est tenue, samedi 22 janvier, la conférence « Partir étudier à l’étranger ». Parmi les intervenants, Cécile de Miras, chargée de la mobilité Erasmus à l’Université de Provence. Interview à la sortie de la conférence.

Que faut-il retenir de cette conférence ?
Je crois que les lycéens ont un peu du mal à faire la différence entre partir dans le cadre d’un programme d’échanges, une mobilité très encadrée, et partir de façon indépendante, ce que l’on appelle les « free movers » (étudiants qui se déplacent librement). La première formule est à privilégier car elle offre un maximum d’avantages, d’un point de vue financier, administratif, pratique et pédagogique. Par exemple avec le programme Erasmus, un jeune inscrit dans un établissement français ne paie aucun droit dans l’université étrangère qui l’accueille, et en plus, il bénéficie d’une bourse. De son côté, le « free mover » n’a aucun des avantages et doit se débrouiller entièrement tout seul.

L’autre intervenant de la conférence a insisté sur le fait de ne pas être trop fixé sur une destination et de rester ouvert à d’autres possibilités. Pourquoi ?
C’est comme dans la vie : on n’obtient pas toujours ce que l’on désire, mais on peut aussi être surpris en faisant un autre choix que celui qu’on s’était fixé. Ceci-dit, si le choix d’une destination est lié au projet d’études, il peut tout à fait se défendre. Par exemple, j’ai eu dernièrement un étudiant qui souhaitait absolument partir à Liverpool pour écrire une thèse sur les Beatles. Il n’était donc pas question de l’envoyer ailleurs… Je conseille donc aux étudiants de bien cibler leur candidature, en présentant à leur enseignant-référent un projet de séjour à l’étranger avec des arguments solides liés à leur discipline, à une spécialité ou un thème de recherche. C’est le meilleur moyen de mettre toutes ses chances de son côté.

Un dernier conseil ?
Je recommande aux étudiants qui souhaitent partir avec le programme Erasmus de postuler pour un stage. C‘est un programme que la communauté européenne souhaite fortement développer, du coup, nous avons de plus en plus d’argent pour financer des bourses de stages. Si un étudiant a un stage obligatoire à réaliser dans son cursus, il peut obtenir son financement.

Propos recueillis par Mathieu Oui

A voir :

Le palmarès des villes étudiantes où il fait bon vivre

La rubrique "International" de letudiant.fr

Ce qui s'est passé au salon de Bordeaux et au salon de l'apprentissage et de l'alternance.

Articles les plus lus

A la Une étudier en région

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !