Ichem, en 2e année à l’ITIP : « On apprend tous les métiers du port et du transport international de marchandises »

publié le 21 Janvier 2011
3 min

Et si c’était à refaire ? Ichem, 24 ans, en deuxième année à l’Institut des transports internationaux et des ports (ITIP-Cnam) aurait-il fait le même choix ? Réponse de l’étudiant rencontré au salon du lycéen et de l’Etudiant de Marseille le vendredi 21 janvier 2011.

Ce qu’il voulait faire au lycée. « J’étais en bac STT mais je ne savais pas ce que je voulais faire comme métier. Je voulais faire de l’informatique mais l’informatique de gestion ne m’a pas plu ».

Ce qu’il a fait après son bac. « Après mon bac STT, je suis allé 2 ans en fac de gestion à Marseille, et puis j’ai travaillé, sans avoir eu de diplôme universitaire, comme aiguilleur à la SNCM, comme bagagiste à l’aéroport et dans le nettoyage des climatiseurs à Eurocopter. Mon frère, chef de projet informatique au Port de Marseille, m’a parlé de l’ITIP, une école publique en partenariat entre le Port de Marseille et le Cnam. Il faut savoir qu’elle est payante (2900 euros/an) ».

Ce qu’il apprend aujourd’hui. « On apprend tous les métiers du port et du transport international de marchandises, comme transitaire, agent maritime, responsable logistique, expert maritime, manutentionnaire portuaire dans tous les modes de transport. Les matières vont de la gestion de containers, à l’anglais des affaires, au droit des transports maritimes ou du transport aérien. Nous avons un stage de 2 mois en première année que j’ai fait chez un courtier maritime pour apprendre la conduite en douane et un stage de 3 mois en deuxième année, que je n’ai pas encore trouvé ».

Et si c’était à refaire ? « Il faut avoir de bonnes notions d’anglais, ce qui permet de trouver du travail de façon certaine à 90% et de travailler à l’étranger. Si c’était à refaire, je passerais 1 ou 2 ans à l’étranger pour apprendre l’anglais après le bac. La fac m’a permis d’être plus autonome dans mon travail ».

Propos recueillis par Fabienne Guimont

A voir :

Le palmarès des villes étudiantes où il fait bon vivre

Ce qui s'est passé au salon de Bordeaux et au salon de l'apprentissage et de l'alternance.

Articles les plus lus

A la Une étudier en région

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !