1. Étudier à Lille : les avantages selon Paul
Portrait

Étudier à Lille : les avantages selon Paul

Envoyer cet article à un ami
Paul, 22 ans, en M2 du programme grandes écoles, à l’IÉSEG à Lille. // © Aimée Thirion/Hans Lucas pour l'Etudiant
Paul, 22 ans, en M2 du programme grandes écoles, à l’IÉSEG à Lille. // © Aimée Thirion/Hans Lucas pour l'Etudiant

S'installer à Lille a été un choix réfléchi pour Paul. La ville a, en effet, séduit l'étudiant en M2 du programme grandes écoles, à l’IÉSEG, par sa situation géographique avantageuse et son dynamisme économique. Portrait.

Découvrez notre palmarès interactif des villes où il fait bon étudier

Originaire de Reims, Paul, âgé aujourd’hui de 22 ans, a toujours voulu tenir une pâtisserie. Après son bac ES, Paul opte donc pour une école de commerce, avec l’idée d’ouvrir des pâtisseries françaises à l’étranger. "Je ne voulais pas faire une prépa. Je voulais du concret de suite. J’ai été reçu au programme CESEM de Neoma à Reims, au BBA de l’ESSEC, à l’ESSCA…", mais le jeune homme choisit l’IÉSEG, "une des meilleures écoles postbac, avec une forte coloration internationale."

Lire aussi : Le palmarès des écoles de commerce postbac

L’étudiant est désormais en M2 du programme grande école. Il a déjà effectué près de deux années cumulées en échange à l’étranger. En deuxième année, il a rejoint la Western New England University, à Springfield, près de Boston, dans le Massachussetts ; ensuite, il a fait trois stages de trois mois, l’un chez Ladurée à New York, l’autre à Londres, et le dernier à Singapour. "Je n’aurais finalement effectué que la moitié de mon cursus à Lille !"

Paul apprécie la ville du Nord : "Lille a été un critère dans mon choix d’études. Je ne souhaitais pas rester à Reims. Je voulais prendre un peu d’indépendance tout en restant assez proche de Reims pour pouvoir rentrer deux fois par mois." Comme Paul a la bougeotte, Lille est un bon compromis : à une heure de Bruxelles, de Paris, de Londres. "En Europe, Lille a une situation avantageuse, d’autant que sur le plan économique, la ville est très dynamique avec notamment des incubateurs de start-up comme EuraTechnologies", estime-t-il. Si Paul n’a pas abandonné son idée de pâtisserie à l’international, il a élargi son champ de vision. "J’ai finalement choisi de faire de la finance, de travailler une dizaine d’années dans ce domaine, afin d’avoir un peu d’expérience dans la gestion d’entreprise et aussi me constituer un petit capital. Pour éventuellement exporter dans le futur la gastronomie française à l’étranger."

Ses endroits préférés

La Grand'Place ou place du Général-de-Gaulle. "Hyper centrale, c’est le symbole de Lille avec son architecture classique. Quand je donne rendez-vous quelque part, c’est ici !"
La Citadelle de Lille. "Il s’agit d’un fort à côté du centre : les joggeurs et les familles s’y retrouvent. Il y a une rivière qui l’entoure. C’est un bon 'spot' !"
Le Smile. À côté de la rue Massena, la rue des bars. "C’est une boîte très connue à Lille. L’ambiance y est très bonne, l’entrée est gratuite, comme toutes les discothèques lilloises d’ailleurs."