1. Étudier en Bretagne
Décryptage

Étudier en Bretagne

Envoyer cet article à un ami
Le quartier du Mail, dans le centre-ville de Rennes. // © Jean Claude MOSCHETTI/REA
Le quartier du Mail, dans le centre-ville de Rennes. // © Jean Claude MOSCHETTI/REA

La Bretagne ne manque pas d’atouts et attire chaque année 125.000 étudiants à Brest, Lorient, Rennes, Saint-Malo… 5 facs, plus de 20 écoles d’ingénieurs et de commerce, un institut d’études politiques… Les filières courtes et les écoles spécialisées occupent aussi des places de choix.

Trouvez la formation qui vous convient

En fonction de la filière que vous choisirez, plusieurs opportunités s'ouvrent à vous dans la région.

Dans une école

de commerce : Brest Business School, Rennes School of Business...
d'ingénieurs : Agrocampus Ouest Rennes, ECAM Rennes, EME Rennes, EN Brest, ENIB Brest, ENSCR Rennes, ENSIBS Vannes, ENSTA Brest, ESIR Rennes, INSA Rennes, ISEN Brest, IMT Atlantique à Brest...
d'art et design : EESAB Rennes, ENSAB Rennes, Esmod à Rennes, LISAA Rennes...
du secteur de la santé : EHESP Rennes, IFMK Rennes, IFSI (à Brest, Dinan, Fougères, Lorient, Saint-Malo, etc.)...
de sciences politiques : IEP de Rennes.
de mathématiques et statistiques : ENS Rennes, ENSAI à Rennes.

À l’université

Université Rennes 1 (27.000 étudiants).

Université Rennes 2 (22.000 étudiants).

Université de Bretagne-Occidentale (Brest, 19.00 étudiants).

Université de Bretagne-Sud (Lorient, 9.000 étudiants environ).

Institut catholique de Rennes (500 étudiants).

Où sont inscrits les étudiants de Bretagne ?

Voici la répartition des étudiants de Bretagne dans les principales filières de l'enseignement supérieur public et privé sous contrat.

Ils étudient en Bretagne

Eugénie19 ans, en licence 3 LLCE à l’université Rennes 2 (35)

"Ma ville". Eugénie a grandi à Vitré, une petite commune située à cinquante minutesen voiture de Rennes. La jeune femme de 19 ans n’avait jamais arpenté les rues sinueuses et piétonnes de la métropole bretonne avant d’y poser ses valises pour étudier. Le centre-ville animé, la "bonne ambiance générale", les gens qui se saluent dans la rue, la multitude de restaurants et de magasins : le coup de foudre a été immédiat, et elle ne quitterait pour rien au monde ce qu’elle appelle maintenant "[sa] ville"… et qui compte plus de 20 % d’étudiants.

Je sensibilise les jeunes aux risques liés à l’alcool, aux drogues et aux relations sexuelles non protégées

Priorité aux études. Eugénie entre en troisième année de LLCE (langues, littératures et civilisations étrangères) anglais, option russe, à l’université Rennes 2. Elle donne la priorité à ses études, mais ne rate pas une occasion de sortir. Si bien qu’elle connaît désormais la ville "comme [sa] poche". 

Prévention le week-end. "Le jeudi soir, la rue de la Soif est remplie de jeunes bien décidés à faire la fête. Si bien qu’il est quasiment impossible de la traverser à pied", s’amuse la jeune femme. Le week-end, elle court les concerts, les festivals et les rave parties. "Mais c’est pour une bonne cause : je sensibilise les jeunes aux risques liés à l’alcool, aux drogues et aux relations sexuelles non protégées !" 

Propos recueillis par Martin Rhodes

Clément, 22 ans, en licence 3 de SVT à l’université Bretagne-Sud, à Vannes (56)

Une université jeune. "L’université de Bretagne-Sud est récente et petite, mais je trouve que c’est une qualité. Cela nous permet d’être proches des enseignants et de bénéficier d’une vie associative très dynamique, grâce à une administration qui soutient beaucoup de projets étudiants. Pour ma part, j’ai eu l’occasion d’organiser une conférence avec l’aide de l’université et d’être le community manager de l’association de plongée. " 

Grâce à la proximité de la mer, à Vannes, j’ai pu m’initier aux sports nautiques

Étudier au bord de la mer. "Je suis originaire du pays de Redon (35), situé entre Nantes et Rennes. Mes goûts au lycée se tournaient vers le sport et la nature, et je me suis inscrit en licence de SVT à l’UBS, car j’étais très intéressé par les enseignements consacrés aux littoraux. Et grâce à la proximité de la mer, j’ai pu m’initier aux sports nautiques. J’ai eu l’occasion de faire du catamaran et du surf. J’ai également pu pratiquer la plongée dans le golfe du Morbihan. "

Habiter seul ou à plusieurs. "J’ai eu plusieurs logements. En première année, j’étais en chambre universitaire et l’année suivante j’ai tenté la colocation. J’ai habité avec deux camarades dans un pavillon de 140 m2 que je payais 400 € par mois. C’était vraiment une bonne expérience." 

Propos recueillis par Myriam Attaf


Être étudiant en Bretagne

Se loger

Le CROUS gère 25 résidences à Brest, Lannion, Lorient, Quimper, Rennes... Comptez entre 165 et 250 € par mois pour une chambre, de 250 à 350 € pour un T1 et environ 500 € pour un T2.

Se déplacer

 À Rennes, le réseau STAR propose plusieurs tarifs étudiant, autour de 30 € par mois, comprenant la carte jeune SNCF, l’abonnement bus-métro et vélo. star.fr.

 À Brest, le forfait FréKence-26 coûte de 6,20 à 28 € par mois. Il donne accès au réseau de tramway-bus-téléphérique.

• TER : un tarif jeune permet de se déplacer pour 8 ou 15 € par trajet, selon la distance.

Sortir

• De nombreux événements : le festival du Bout du monde à Crozon (29), les Vieilles Charrues à Carhaix (29), le Festival interceltique de Lorient (56), La Route du Rock à Saint-Malo (35), Astropolis à Brest (29) et bien d’autres encore.

Bénéficier des aides

• Le Finistère offre une aide de 200 € pour le BAFA (brevet d'aptitude aux fonctions d'animateur) et un prêt d'honneur pour les étudiants modestes.
• Le Morbihan soutient certains étudiants non boursiers avec une subvention d'études de 450 à 700 €, des bourses "mobilité internationale” de 400 à 800 € et un chèque de 100 € pour le BAFA.
• Les départements des Côtes-d'Armor et d'Ille-et-Vilaine (via la CAF) accordent des aides pour le BAFA.