1. Ndeye Daba, en 2e année de DUT GEA à Roanne « J’ai choisi cette filière parce que les possibilités de poursuites d’études sont très larges »

Ndeye Daba, en 2e année de DUT GEA à Roanne « J’ai choisi cette filière parce que les possibilités de poursuites d’études sont très larges »

Envoyer cet article à un ami

Et si c’était à refaire ? Ndeye Daba, 21 ans, en deuxième année de DUT GEA à l'IUT de Roanne, aurait-elle fait le même choix ? Réponse de l’étudiante - rencontrée samedi 19 novembre 2011 sur le Salon du Lycéen et de l’Etudiant de Saint-Etienne - qui vous donne des conseils pour suivre son parcours.

Pourquoi avoir choisi de faire vos études à Roanne ?
Après mon bac STG [aujourd’hui STT], j’ai choisi de quitter le Sénégal pour continuer mes études en France. Je me suis renseignée sur le DUT GEA (gestion des entreprises et administrations) à Paris et à Roanne. J’ai comparé le coût de la vie dans ces deux villes. Et j’ai choisi Roanne, car c’était beaucoup moins cher. Je ne regrette pas mon choix. J’ai été très bien accueillie et aidée par le pôle d’accueil international de l’université. Ils m’ont aidé à trouver un logement chez un particulier. Ils proposent aussi à chaque étudiant étranger d’entrer en contact avec une famille d’accueil. J’ai ainsi une "marraine", une dame très gentille que je peux appeler quand je veux.


Quels conseils donneriez-vous à un(e) jeune intéressé(e) par les études de finance-comptabilité ?
Le DUT GEA est une formation à taille humaine. Nous sommes une centaine dans la promo et les professeurs connaissent tous les élèves. J’ai choisi de commencer par un DUT parce que les possibilités de poursuites d’études sont très larges. Après mon diplôme, je vais continuer en licence CCA (contrôle comptabilité audit), puis en master. Pour suivre ce cursus, il faut aimer les chiffres et être très organisé, car on travaille souvent en groupes. Les autres matières importantes, à part la compta, sont l’économie, les maths et le droit.

En dehors des études, quelles sont les sorties et les loisirs des étudiants à Roanne ?
Tous les jeudis sont organisées des soirées étudiantes, principalement dans deux boîtes : le Club 50 et l’Eden. L’entrée est à 2 € seulement. Pour boire un verre, on se retrouve au Sparrow, au Pulp, qui est un pub, ou encore au Seven. L’IUT propose aussi un carnet culture, qui coûte 15 €, pour suivre des cours de danse, de théâtre, de Djembé, etc. Chaque cours donne droit à des points en plus dans la moyenne. Et puis, on va aussi souvent au ciné, principalement le Multiplexe car c’est le plus grand.

Propos recueillis par Céline Manceau

 

Le live du salon de Saint-Etienne est à suivre en direct sur les réseaux sociaux :

L'Etudiant sur FacebookL'Etudiant sur TwitterL'Etudiant sur Google+

 

Etudier à Saint-Etienne et dans sa région :

Saint-Etienne dans le classement des villes où il fait bon étudier

Les filières d'études au top à Saint-Etienne et en Rhône-Alpes

Reportage aux Mines de Saint-Etienne, avec Maxime, étudiant en 2e année

Tour de France de l'enseignement supérieur : le Centre-Est

Annuaire de l'enseignement supérieur : évaluez les établissements à Saint-Etienne et aux alentours

Annuaire des lycées : évaluez les lycées de Saint-Etienne selon vos critères

Annuaire des collèges : évaluez les collèges de Saint-Etienne selon vos critères

Sommaire du dossier
Retour au dossier Camille, 22 ans, en 3ème année de spécialisation soins du corps, après un BTS esthétique-cosmétique : « En dehors de la pratique, nous avons des cours de marketing, de gestion, de droit » Laura, 20 ans, apprentie en BTSA technico-commercial en agro-fournitures : « Il ne faut pas se lancer dans des études en apprentisssage au hasard » Constance et Pierre, en école d'ingénieurs (ENISE) : « Etre tout de suite dans le concret » Laura et Julie, en prépa economique et commerciale : « Malgré le rythme soutenu de la prépa, nous arrivons à sortir le week-end » Ndeye Daba, en 2e année de DUT GEA à Roanne « J’ai choisi cette filière parce que les possibilités de poursuites d’études sont très larges » Tristan, 19 ans, en 3e année de droit à l’Université Jean Monnet : « Je pensais qu’il fallait apprendre par cœur. C’est faux, il faut surtout comprendre » Paroles de pro – métiers de l’internet et du numérique : « Ces professions exigent une grande adaptabilité » Paroles de pro – Métiers du design : « Le designer est avant tout quelqu’un qui se pose en permanence des questions » Paroles de pro – Métiers de l’optique et de la vision : « La région Rhônes-Alpes est le deuxième pôle français d’optique » Paroles de pro - Etudes littéraires et débouchés : « Les diplômes littéraires ne sont pas périssables » Paroles de parents : « C’est plus difficile de faire de l’orientation avec ses propres enfants, qu’avec des inconnus » Paroles de parents : « Je cherche des informations sur la profession d’ophtalmo » Les trophées de l’Etudiant à Saint-Etienne : les associations et initiatives récompensées Visitez le salon de Saint-Etienne en photos