1. Paroles de pro – Métiers de l’optique et de la vision : « La région Rhônes-Alpes est le deuxième pôle français d’optique »

Paroles de pro – Métiers de l’optique et de la vision : « La région Rhônes-Alpes est le deuxième pôle français d’optique »

Envoyer cet article à un ami

La conférence « métiers de l’optique et de la vision » s’est tenue, samedi 19 novembre 2011, au salon de l’Etudiant à Saint-Etienne. Laurent Mari, coordinateur emploi formation à l’UIMM (Union des industries et métiers de la métallurgie), était l’un des intervenants. En quoi consistent les métiers de l'optique, comment travailler dans ce domaine, et quelles sont les prévisions de recrutement ? Interview à la sortie de la conférence.

Que faut-il retenir de la conférence sur les métiers de l’optique et de la vision ?
Il faut bien comprendre que l’optique désigne l’œil et, la vision désigne le cerveau, plus exactement l’analyse de l’image par le cerveau. Dans ces deux domaines, les emplois se situent après un bac+2 (BTS ou DUT) et après un bac+5 (école d’ingénieurs), voire bac+8 (doctorat). Avec des débouchés au sein d’entreprises qui conçoivent des systèmes optiques (des radars au bord des routes, par exemple) comme Thalès, ou qui les utilisent au quotien, comme dans l’agro-alimentaire. Pour trier des huîtres sur une chaîne de production, par exemple, on utilise une caméra.

Quels conseils donner à quelqu'un qui veut travailler dans le domaine de l’optique ou de la vision ?
Il faut disposer d’une bonne culture scientifique. La vision est abordée en première et en terminale, en cours de maths et de sciences physiques, il faut déjà avoir un intérêt pour ce domaine. Ensuite, directement après le bac, on peut préparer un DUT mesures physiques, un DUT GEII (génie électrique et informatique industrielle) ou un BTS génie optique ou opticien lunetier. Parmi ceux qui ne poursuivent pas leur études, tous les détenteurs d’un BTS trouvent immédiatement du travail, dont 80 % en CDI (contrat à durée indéterminée). A l’université, il faut d’abord commencer par une licence de sciences avant de suivre un master spécialisé en optique.
Nous proposons aussi une formation, en apprentisssage, en école d’ingénieurs. A la rentrée de septembre 2011, nous avions 70 postes à pourvoir et nous avons eu… 24 candidats ! La région Rhônes-Alpes, après l’Essonne, est le deuxième pôle français d’optique.

Quelles sont les nouveaux débouchés dans l’optique et la vision ?
De plus en plus, l’interprétation de la vision par des caméras vient seconder l’humain. Dans les automobiles, des caméras embarquées assistent le conducteur (et peuvent signaler, par exemple, le franchissement d’une ligne blanche). Autre exemple : pour la production du vin, les grains de raisins autrefois sélectionnés par les vendangeurs, sont aujourd’hui triés par des caméras. Dans le domaine de la sécurité, les caméras de surveillance sont de plus en plus performantes. En médecine aussi, les progrès sont importants avec des outils de vision qui, à l’intérieur du corps humain, peuvent détecter les problèmes.

Propos recueillis par Céline Manceau

Le live du salon de Saint-Etienne est à suivre en direct sur les réseaux sociaux :

L'Etudiant sur FacebookL'Etudiant sur TwitterL'Etudiant sur Google+

 

Etudier à Saint-Etienne et dans sa région :

Saint-Etienne dans le classement des villes où il fait bon étudier

Les filières d'études au top à Saint-Etienne et en Rhône-Alpes

Reportage aux Mines de Saint-Etienne, avec Maxime, étudiant en 2e année

Tour de France de l'enseignement supérieur : le Centre-Est

Annuaire de l'enseignement supérieur : évaluez les établissements à Saint-Etienne et aux alentours

Annuaire des lycées : évaluez les lycées de Saint-Etienne selon vos critères

Annuaire des collèges : évaluez les collèges de Saint-Etienne selon vos critères

Sommaire du dossier
Retour au dossier Camille, 22 ans, en 3ème année de spécialisation soins du corps, après un BTS esthétique-cosmétique : « En dehors de la pratique, nous avons des cours de marketing, de gestion, de droit » Laura, 20 ans, apprentie en BTSA technico-commercial en agro-fournitures : « Il ne faut pas se lancer dans des études en apprentisssage au hasard » Constance et Pierre, en école d'ingénieurs (ENISE) : « Etre tout de suite dans le concret » Laura et Julie, en prépa economique et commerciale : « Malgré le rythme soutenu de la prépa, nous arrivons à sortir le week-end » Ndeye Daba, en 2e année de DUT GEA à Roanne « J’ai choisi cette filière parce que les possibilités de poursuites d’études sont très larges » Tristan, 19 ans, en 3e année de droit à l’Université Jean Monnet : « Je pensais qu’il fallait apprendre par cœur. C’est faux, il faut surtout comprendre » Paroles de pro – métiers de l’internet et du numérique : « Ces professions exigent une grande adaptabilité » Paroles de pro – Métiers du design : « Le designer est avant tout quelqu’un qui se pose en permanence des questions » Paroles de pro – Métiers de l’optique et de la vision : « La région Rhônes-Alpes est le deuxième pôle français d’optique » Paroles de pro - Etudes littéraires et débouchés : « Les diplômes littéraires ne sont pas périssables » Paroles de parents : « C’est plus difficile de faire de l’orientation avec ses propres enfants, qu’avec des inconnus » Paroles de parents : « Je cherche des informations sur la profession d’ophtalmo » Les trophées de l’Etudiant à Saint-Etienne : les associations et initiatives récompensées Visitez le salon de Saint-Etienne en photos