Boris, en IUT GEA à Grenoble : "C’est en même temps une ville citadine et proche de la montagne"

publié le 01 Decembre 2012
2 min

Boris - Grenoble -IUTBoris, 19 ans, en 2e année d’IUT GEA (Gestion des entreprises et des administrations), a débuté ce cursus à Valence, avant de rejoindre le site de Grenoble en deuxième année grâce à un statut un peu particulier : sportif de haut niveau. Il nous raconte son parcours.

Pourquoi avez-vous rejoint Grenoble pour suivre votre deuxième année en IUT GEA ?

Après mon bac S à Grenoble, j’ai suivi une première année d'IUT à Valences. J’ai voulu revenir à Grenoble en 2e année ... pour le rugby. L’université [Pierre Mendès France, à laquelle est rattaché l’IUT] m’a donné le statut de sportif de haut niveau [statut dit "SHN"], ce qui m’a permis de revenir à Grenoble, où se trouve le club du FCG Rugby (Football club Grenoble rugby).

C’est d'ailleurs une ville très "rugby" de manière générale. Le club est 6e du championnat et il y un vrai engouement des grenoblois, avec des matchs qui se jouent à guichets fermés. Surtout depuis que le foot est un peu tombé dans les abîmes.

A part le rugby, la vie étudiante à Grenoble, c’est comment ?

C’est en même temps une ville citadine et proche de la montagne, ce qui est super. Elle est très étudiante. L’IUT n’est pas sur le campus mais en centre ville, ce qui est mieux je trouve. Les étudiants se mélangent de toutes façons, avec les soirées étudiantes. Les BDE (bureaux des étudiants) sont actifs, il y a plein d'établissements : les universités, une grande école de commerce, les ingénieurs, etc. Les bars sympas sont au centre. J’aime bien le London pub, où la musique est bien. Ou aussi Le Plan B, qui passe les matchs de rugby.

Quel conseil donneriez-vous à un lycéen qui va faire son choix d’études ?

Avant de choisir, je pense qu’il faut absolument bien réfléchir au type de filière qui peut le mieux lui convenir – et pas seulement au domaine de formation. BTS, IUT, fac, école… C’est important, car cela fonctionne de manière très différente à chaque fois.

Propos recueillis par Camille Stromboni

Articles les plus lus

Contenus supplémentaires

A la Une étudier en région

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !