Katia, en bachelor à l’EGC de Chambéry : "Entre les élèves, mais aussi avec les profs, nous sommes comme une petite famille"

publié le 01 Decembre 2012
3 min

Katia - GrenobleKatia, 19 ans, a choisi de suivre ses études à l’EGC (école de gestion et de commerce) de Chambéry, sa ville natale. Une solution de proximité professionnalisante pour la jeune fille, qui nous explique son parcours.

Pourquoi avoir choisi l’EGC de Chambéry pour vos études ?

Après mon bac STG comptabilité, je ne savais pas exactement ce que je voulais faire. J’étais à la recherche d’une formation généraliste, plutôt dans le commerce et la gestion. Mon frère qui était passé par l’EGC de Chambéry m’a donné envie d’y aller. J’ai notamment été attirée par la possibilité d’effectuer des stages, y compris à l’étranger.

J’ai passé le concours, et je l’ai eu ! Cette option me permet aussi d’habiter sous le toit familial. Si j’avais échoué, j’aurais sans doute envisagé d’autres possibilités à Annecy ou Grenoble.

Comment se passe votre première année à l’EGC ?

Très bien. Nous sommes une promotion de 60 élèves, séparée en deux classes : 30 dans la filière "initiale", celle que j’ai choisie, et 30 dans la filière internationale. L’ambiance est très conviviale, entre les élèves, mais aussi avec les professeurs. Nous sommes comme une petite famille. On a cours en général de 8h à 12h et de 13h à 17h, et un petit peu de travail le soir à la maison.

Quels sont vos projets pour la suite ?

La scolarité en bachelor dure trois ans. Mon diplôme en poche, je compte chercher du travail. J’hésite encore entre l’immobilier et la banque.

A quoi ressemble la vie quotidienne lorsqu’on est étudiant à l’EGC de Chambéry ?

C’est un peu comme au lycée. Le week-end et après les cours, on a le temps de sortir. Chaque étudiant de 1re année de l’EGC est parrainé par un 2e année et nous organisons souvent des soirées tous ensemble. C’est l’occasion de rencontrer les autres promotions.

Chambéry compte aussi beaucoup de boîtes de nuit et il y a des soirées étudiantes tous les jeudis. Ma discothèque préférée est L’Opéra : elle offre un bon rapport qualité-prix. La scolarité en EGC est payante et si on le souhaite, en 1re année, on a même le temps de travailler. C’est ce que je vais essayer de faire après les vacances de Noël en me cherchant un petit boulot dans l’évènementiel.

Propos recueillis par Cécile Peltier

Articles les plus lus

Contenus supplémentaires

A la Une étudier en région

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !