Marjolaine, en master Coopération internationale à l'université Stendhal : "Les étudiants grenoblois ont accès à beaucoup de services"

publié le 01 Decembre 2012
3 min

Marjolaine - Grenoble - universitéAprès un BTS, puis une licence à Rennes, la bretonne Marjolaine a opté pour un master en Coopération internationale et communication multilingue à l’université Stendhal Grenoble 3. Vivant en cité U, elle partage ses impressions sur la vie étudiante sur le campus.

Comment êtes-vous arrivée en master à l’université Stendhal ?

Après mon bac L à Dinan (Côtes d’Armor), j’ai obtenu un BTS assistant secrétaire trilingue, puis une licence en LEA (langues étrangères appliquées) à Rennes. Je n’avais pas envie de m’orienter vers le commerce, mais plutôt vers l’associatif ou le travail en ONG (organisations non gouvernementales). Je me suis inscrite dans deux masters. Un premier, très ciblé environnement situé à Lille, qui me donnait la possibilité de partir au Japon, et un deuxième en humanitaire, à Grenoble. J’ai finalement opté pour le second [le master LEA Coopération internationale et communication multilingue].

Regrettez-vous ce choix aujourd’hui ?

Non, je ne connaissais pas du tout Grenoble, et je ne le regrette absolument pas. D’abord parce que mon master est très intéressant. Le M1 comporte beaucoup de TD (travaux dirigés) qui permettent de se forger une culture générale sur le monde de l’humanitaire. En 2e année, nous avons seulement 18h de cours, mais beaucoup de travail personnel, avec des travaux de groupe à rendre.

Nous devons aussi effectuer des stages. J’ai passé trois mois en 1ère année dans une ONG indienne. Cette année, je suis prise pour un stage de six mois minimum à Greenpeace Luxembourg sur des missions de communication et de gestion de projet.

J’aimerais travailler dans la protection des peuples indigènes d’Amazonie.

Après un an et demi sur place quel est votre verdict sur la vie étudiante grenobloise ?

C’est une belle ville qui bouge beaucoup. Je l’apprécie peut-être d’autant plus que je me suis fait des amis dans ma promo.

Par ailleurs, j’habite en résidence universitaire sur le campus, et je trouve que les étudiants grenoblois ont accès à beaucoup de services, comme le centre de santé entièrement gratuit où l’on peut consulter des médecins, des psychologues, des spécialistes…

L’université propose également énormément d’activités sportives et la ville comprend plein de lieux agréables où sortir. J’apprécie tout particulièrement La Bobine, un bar un peu alternatif qui propose des concerts vraiment sympas.

Propos recueillis par Cécile Peltier

Articles les plus lus

Contenus supplémentaires

A la Une étudier en région

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !