1. Toulouse, côté emploi, vue par Jérémy

Toulouse, côté emploi, vue par Jérémy

Envoyer cet article à un ami

Où vaut-il mieux habiter pendant vos études ? En collaboration avec "l’Express", la deuxième édition de notre classement des villes françaises, tente d'y répondre en analysant offre de formation et vie étudiante. Sorties, emploi, transports, culture, logement, environnement..., 36 critères passés au crible et répartis en neuf thèmes, pour voir où poser vos valises.

Consultez la version 2010 du classement des villes où il fait bon étudier.

Jérémy Cavailles, président d’ESCadrille : "Il y a beaucoup d’opportunités à saisir"

À 21 ans, Jérémy est le président de la junior-entreprise de l’ESC (école supérieure de commerce) de Toulouse, ESCadrille, au chiffre d’affaires annuel de 100 000 à 120 000 €. "C’est une association à vocation économique et pédagogique. Nous permettons aux étudiants de l’école de prolonger la théorie des cours en travaillant pour le compte de créateurs d’entreprises, de grands groupes (Urbis, Lafarge, Peugeot…) ou de collectivités. En plus, cela leur fait gagner un peu d’argent." L’association compte 25 administrateurs, 200 cotisants et rayonne bien au-delà de Toulouse. "Les clients (environ 30 à 40) viennent du Languedoc-Roussillon, de Midi-Pyrénées, d’Auvergne ou d’Aquitaine."

Jérémy consacre cinquante heures par semaine (en plus de l’école) à son mandat. "C’est une charge de travail considérable, une source de stress, mais c’est aussi très formateur. Je rencontre des professionnels tous les jours et ils me parlent comme à l’un des leurs. Les junior-entrepreneurs sont très recherchés sur le marché du travail : ce sont des créatifs, des aventuriers." Jérémy a lui-même reçu plusieurs propositions d’embauche. Après l’école, l’étudiant souhaite travailler dans la finance, peut-être à l’étranger, peut-être à Toulouse. "Je suis né à Albi, à 80 km de là. J’ai effectué ma prépa à Nice, puis je suis revenu dans la région pour intégrer l’école. J’avais le choix entre 13 ESC, mais j’ai choisi Toulouse. J’ai flashé sur la ville en venant passer les oraux. Ici, beaucoup de projets, beaucoup d’entreprises font appel aux jeunes. Les secteurs présents sont l’aéronautique, bien sûr, mais aussi le biomédical, les services à la personne et les nouvelles technologies. Il est rare de ne pas y trouver un emploi."

Les meilleurs contacts de Jérémy
L’ESC Toulouse : "Elle nous aide de plus en plus, de par sa notoriété grandissante."
La CCI de Toulouse : "Elle nous envoie beaucoup de clients qui ont besoin d’études de marché."
Le CRIJ : "Très dynamique, ce centre d’information propose de nombreuses offres d’emploi."
Airbus : "Le groupe reste un moteur pour la ville et la région. Il joue également un rôle dans l’enseignement supérieur."
La CNJE : "La Confédération nationale des junior-entreprises est basée à Paris, mais elle est très importante pour nous. Elle est là pour gérer et défendre le label JE. Le concept a bien été exporté en Europe, mais aussi au Brésil, aux États-Unis, au Mexique, etc."


Le top 5 Emploi
1 Toulouse
2 Marseille-Aix
3 Lyon
4 Paris
5 Bordeaux

villes où il fait bon étudier
Cliquez pour connaître les formations à Toulouse et dans sa région.
Découvrez le prochain salon de l'orientation à Toulouse.
Et vérifiez si une formation est disponible à Toulouse grâce à l'annuaire des formations.

Crédit photo : Philippe Guionie

Virginie Bertereau
Sommaire du dossier
Retour au dossier Le classement 2009 des villes où il fait bon étudier : notre méthodologie Où fait-il bon étudier ? : le tableau Grenoble sur la plus haute marche du podium Montpellier, la douceur de vivre Paris reste la meilleure en offre de formation Strasbourg, l’Européenne par excellence Bordeaux, une vraie cité festive du sud Poitiers, accueillante et pas chère Limoges, une ville sportive Paris côté rayonnement international, vue par Veronika Toulouse, côté emploi, vue par Jérémy Lyon, côté culture, vue par Caroline La Rochelle, côté environnement, vue par Jérémie Grenoble, côté sport, vue par Nicolas