Lucas "aime étudier et vivre" à Fort-de-France

Par Elodie Auffray, publié le 22 Septembre 2022
4 min

Lucas, qui étudie l'histoire dans la capitale martiniquaise, apprécie de pouvoir se promener sur son temps libre dans le joli centre-ville de Fort-de-France ou au bord de la mer des Caraïbes.

Originaire de Guyane, Lucas a décidé de suivre ses études supérieures en Martinique, pour "s'ouvrir à autre chose". Il rentre en master 1 d'histoire à l'université des Antilles, sur le campus de Schœlcher (972), une commune de 20.000 habitants collée à Fort-de-France, qui en compte 80.000.

"J'aime y étudier et y vivre", affirme le jeune homme de 21 ans. Schœlcher est "une petite ville agréable, à taille humaine", avec une jolie place principale au bord de la mer des Caraïbes. Un cadre sympathique pour les 5.000 étudiants que compte le campus. "Il y a trois plages à côté, facilement accessibles à pied, où on peut se baigner et passer du bon temps", indique Lucas.

Lire aussi

Fort-de-France, une belle ville au bord de l'eau

Il se rend "très souvent" à Fort-de-France, notamment pour acheter des produits frais au marché couvert, l'un de ses endroits favoris. Lucas aime aussi se balader dans le centre-ville. "Il y a de beaux monuments à voir : une magnifique bibliothèque, des vieilles maisons coloniales très jolies… On est rapidement au bord de l'eau et on y a une vue magnifique sur la baie."

Hébergé dans sa famille, Lucas n'a pas eu à chercher un logement. Mais selon lui, les loyers "sont raisonnables, comparés à Paris ou aux grandes villes de métropole". Les abords du campus comportent de nombreux studios et chambres en colocation. "Les appartements les mieux placés partent vite. Dès février-mars, c'est réservé. Il faut s'y prendre tôt", recommande-t-il.

Le coût de la vie, "seul gros bémol"

Concernant les transports, le plus efficace, "c'est la voiture", surtout pour les escapades en dehors de la ville. La marche "n'est pas le mode le plus recommandé, car il y a du relief". Mais circuler à pied suffit pour les besoins du quotidien.

Les bus "fonctionnent bien" et ne coûtent que 30 euros par mois pour les étudiants. En revanche, la ligne entre Schœlcher et le centre de Fort-de-France s'arrête à 20h30. Difficile pour ceux qui habitent près du campus de sortir le soir dans la capitale martiniquaise.

De toute façon, aller dans les bars est onéreux. Le coût de la vie est d'ailleurs "le seul gros bémol" de la vie foyalaise, pour Lucas. "Tout est plus cher qu'en métropole", prévient-il. Même chose pour les animations et événements festifs, assez peu nombreux et coûteux : selon Lucas, les étudiants préfèrent donc organiser leurs propres soirées entre amis.

Les lieux recommandés par Lucas à Fort-de-France

Place principale de Schœlcher. "C'est un endroit très convivial, accessible en dix minutes à pied depuis le campus. Les familles et les étudiants viennent s'y promener. Il y a des bancs, de l'ombre, des gens qui jouent au basket ou au volley…"

Place de la Savane. "C'est un grand parc arboré, au bord de l'eau. On peut se promener sur le front de mer. Les soirs et week-ends, elle est très animée."

Les musées. "Il y a un musée d'histoire et d'ethnographie, un autre sur l'archéologie précolombienne. Le musée du Père-Pinchon, accessible en bus, présente la collection personnelle de ce religieux : insectes, animaux empaillés, etc. On peut aussi y voir des expositions temporaires sur la biodiversité antillaise et caribéenne."

Articles les plus lus

Contenus supplémentaires

A la Une étudier en région

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !