Étudier à Brest : des formations pointues à tous les niveaux

Par Daisy Le Corre, publié le 06 Janvier 2014
6 min

Si la filière d’excellence liée aux sciences et technologies de la mer est sans doute la plus emblématique de la ville, d’autres spécialités locales méritent le détour.

La mer est, certes, présente au cœur de nombreuses formations brestoises, mais elle n'empêche pas l'émergence de formations originales dans d'autres domaines tels que l'informatique ou la mécatronique. Voici quelques-unes d'entre elles qui permettent d'acquérir un niveau licence, master et plus.

Après le bac

Le cursus licence-master en ingénierie de l'UBO

Depuis septembre 2013, l'UBO (Université de Bretagne-Occidentale) propose un nouveau cursus en ingénierie d'une durée de cinq ans. Cette formation émane d'une initiative pilotée par le réseau FIGuRe (Formation à l'ingénierie par des universités de recherche) et mène au métier d'ingénieur expert selon un référentiel national. La L1 (licence première année) est ouverte aux bacheliers scientifiques. La sélection se fait sur dossier et entretien.

À la fin du cursus, les étudiants obtiennent un master électronique, télécommunications et réseaux, spécialité hyperfréquences et télécommunications. Ils peuvent occuper des fonctions d'ingénieurs en électronique, hyperfréquences, télécommunications, etc.

Le diplôme d'ingénieur en mécatronique de l'ENIB

Depuis plus de 13 ans, l'ENIB (École nationale d'ingénieurs de Brest) forme des ingénieurs dans cette discipline.

Qu'est-ce que la mécatronique ? Concrètement cela renvoie à l'ingénierie des systèmes automatisés qui rassemblent un maximum de technologies et de fonctionnalités dans un minimum d'espace. Il est possible d'intégrer l'école directement après un bac S ou STI2D, sur dossier et entretien, ou après deux ans d'études postbac, sur dossier et éventuellement entretien.

En fin de formation, les diplômés occupent des postes d'ingénieur en automatismes, robotique et informatique, conception mécatronique, qualité environnement, application biomédicale, etc.

Après un bac+2

Le master image et son de l'UBO

La filière image et son de l'université brestoise est l'un des rares cursus en France qui offre une formation aux métiers techniques de l'image et du son. La formation se déroule en trois ans : une L3 (licence troisième année) mention sciences pour l'ingénieur, parcours image et son, un M1 (master 1) puis un M2 (master 2) mention image et son.

Le contenu de la formation est pluridisciplinaire et réunit des matières scientifiques, artistiques et techniques. Au cours des trois ans, les étudiants réalisent plusieurs projets (courts-métrages, enregistrements) et effectuent au moins deux stages en entreprise (un mois en M1, quatre mois en M2).

À la fin du cursus, les diplômés se dirigent en général vers les métiers de l'audiovisuel et du cinéma (cadre, lumière, montage, son direct, postproduction image et son…) ainsi que vers ceux du son (studio d'enregistrement et live : direction artistique, prise de son, montage, mixage, mastering).

Après un bac+3

Le master sciences de la mer et du littoral de l'IUEM

Espace limité, convoité et au cœur d'enjeux humains fondamentaux, le littoral est un lieu riche et complexe. Ceux qui souhaitent y travailler doivent donc s'adapter pour gérer le plus sereinement possible ce milieu sensible. C'est dans cette perspective qu'est né le master sciences de la mer et du littoral, en 2004, sous l'impulsion du ministère de l'Enseignement supérieur.

Préparé à l'IUEM (Institut universitaire européen de la mer) de l'UBO, ce master, unique en France, prône d'abord l'interdisciplinarité autour des sciences de la mer et de l'internationalisation. En dispensant des enseignements de haut niveau dans le domaine de la gestion, de l'expertise de l'environnement littoral et maritime, la formation prépare les futurs diplômés à travailler aux frontières des sciences de la nature (écologue, géochimiste, biologiste et géologue) et de la société (géographe, juriste, économiste).

Le master comporte sept mentions : droit, économie, expertise et gestion de l'environnement littoral, physique marine, sciences biologiques marines, géosciences océan, sciences chimiques de l'environnement marin.

Les diplômés sont capables d'appréhender les problématiques scientifiques actuelles et d'apporter des réponses adaptées aux problèmes liés au domaine marin et aux littoraux.

Pourquoi faire ses études à Brest - Telecom Bretagne // © Jean Noel Jaffry

Telecom Bretagne propose un mastère spécialisé IADBA. // © Jean-Noël Jaffry

Après un bac+4

Le master 2 recherche environnement naval de l'IRENav (Institut de recherche de l'École navale)

Depuis cinq ans, l'École navale propose, en partenariat avec Arts et Métiers ParisTech, la spécialité environnement naval au sein du master 2 sciences et technologies, mention FISE (fluides et systèmes énergétiques).

La formation est orientée principalement sur l'acquisition des connaissances approfondies relatives à l'étude en amont des systèmes de conversion d'énergie en environnement naval.

Après un bac+5

Le mastère spécialisé IADBA de Télécom Bretagne

Lancé en 2002, par Télécom Bretagne, le mastère IADBA (informatique appliquée à la décision bancaire et actuarielle) a pour objectif de former des spécialistes en business intelligence avec une orientation banque-finance-assurance. Trois disciplines sont au cœur de la formation : business intelligence, mathématiques décisionnelles et analyse de données.

Coaccrédité par Grenoble École de management et conduit en collaboration avec l'Euria (Euro-institut d'actuariat de l'UBO), le master associe des experts universitaires et des professionnels confirmés au sein de l'équipe pédagogique.

Peuvent intégrer le cursus, les candidats ayant validé un diplôme bac+5 du type informatique et/ou mathématiques et/ou statistiques/économétrie ou ceux qui sont titulaires d'un bac+4 et ont trois années d'expérience professionnelle.

À noter que le mastère propose trois parcours différents : FD (fouille de données), IF (ingénierie financière), SID (système d'information décisionnel).

Zoom sur le master GCBio

Ouvert depuis la rentrée 2012 à l'UBO, le master GCBio (gestion et conservation de la biodiversité) est une spécialité à caractère professionnel au sein de la mention biologie-santé du master STS (sciences technologies santé).
Cette formation s'adresse en priorité aux étudiants issus de licences de biologie souhaitant se spécialiser dans le domaine de la préservation dela biodiversité. Elle répond au manque de formations d'experts en gestion et conservation de la biodiversité.
Les enseignements sont donc très centrés sur la biologie et l'écologie, complétés par des cours en droit de l'environnement, sociologie ou encore méthodes de montage de projet pour permettre aux diplômés d'adapter leurs actions au contexte et aux enjeux locaux.

Zoom sur le mastère spécialisé EMR

Unique en France, le mastère spécialisé EMR (énergies marines renouvelables), accessible après un bac+5 pour une année d'études, est dispensé, depuis 2011, par plusieurs écoles d'ingénieurs : l'École navale, l'ENSTA Bretagne, Télécom Bretagne, en partenariat avec l'ISEN, l'UBO-IUEM et des professionnels (CETMEF, DCNS, Ifremer, Météo France, Neoen, SHOM).
Son objectif est de former les chefs de projet et les directeurs de programme qui sauront concevoir et développer la filière des énergies marines renouvelables. Le cursus s'appuie sur quatre axes : quelle énergie peut-on capter ? Quels systèmes pour capter l'énergie ? Quelles interactions avec l'environnement marin et côtier ? Dans quel contexte social, économique et juridique ?

Articles les plus lus

A la Une étudier en région

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !