Bastien, en master à Sup de Co Montpellier : "Ici aucune année d'études ne ressemble à une autre"

Par Étienne Gless, publié le 31 Janvier 2014
3 min

Intégrer une école de commerce après le bac revenait trop cher. Bastien a donc d'abord passé un DUT avant de réussir le concours Passerelle et d'intégrer Groupe Sup de Co Montpellier Business School. Aujourd'hui en première année de master, son rêve est de travailler dans le marketing automobile.

Quel a été votre parcours avant d’intégrer l’école de commerce montpelliéraine ?

"Après mon bac ES, j’ai fait un DUT (diplôme universitaire de technologie) techniques de commercialisation à Sarcelles, en région parisienne. À l’issue de ce DUT, j’ai passé le concours Passerelle qui m’a permis d’intégrer Groupe Sup de Co Montpellier Business School. J’ai toujours voulu acquérir un niveau de formation bac+5, mais intégrer une école de commerce juste après le bac coûte cher. Et je n’étais pas sûr de pouvoir supporter le rythme d’une prépa. Le DUT était une bonne solution pour m’orienter ensuite vers un master. Cela aurait été beaucoup plus difficile avec un BTS (brevet de technicien supérieur), qui doit amener rapidement sur le marché du travail."

Pourquoi avoir choisi cette business school en particulier ?

"Je l’ai choisie en raison de son programme original. L’école propose une expérience d’un an à l’étranger, un an de stage en entreprise et une dernière année d’études en alternance. Aucune année ne se ressemble. Chacune est différente et possède son rythme propre." 

Qu’appréciez-vous dans cette formation ?

"Cette année, la formation est assez généraliste et couvre tous les fondamentaux du commerce : macroéconomie, finance, gestion, marketing, comptabilité… C’est parfait pour moi vu que je n'ai pas encore une idée précise de ce que je ferai par la suite. J’adore le marketing. Par contre, je n’aime pas du tout la compta et je ne me vois pas en faire plus tard. L’an prochain, je pars à l’étranger. L’école a des partenariats avec 140 universités dans le monde."

Quels sont vos projets ?

"J’aimerais beaucoup travailler dans un groupe automobile comme chargé de communication et marketing. Je suis un passionné de voitures. Sup de Co Montpellier a noué des relations privilégiées avec Volkswagen France pour les stages et l’alternance. L'école a plus de cent ans d’existence et un excellent réseau d’anciens élèves dont plusieurs travaillent chez le constructeur allemand."

Les conditions de vie sont-elles agréables à Montpellier ?

"Oui, plutôt. J’ai réussi à me loger à côté de l’école au nord-ouest de la ville. Je suis à 20 minutes du centre-ville en tramway. Mais venant de la région parisienne, je m’attendais à payer moins cher en loyer en descendant dans une ville du Sud. Pour les activités, Montpellier est plus vivante au printemps et en été qu’en hiver. Mais même en cette saison, le centre-ville reste très animé avec plein de bars et de boîtes. Il y a, je crois, 90.000 étudiants sur Montpellier, donc forcément la ville bouge beaucoup ! Personnellement, je suis plutôt bars et cinés que boîtes de nuit. Et la plage aux beaux jours - elle est à 25 minutes de la ville - ou de temps en temps la Camargue, qui est à une heure de voiture."

Articles les plus lus

A la Une étudier en région

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !