Sarah, en prépa ATS et licence d’AES : "J'aimerais intégrer les écoles Sup de co Montpellier ou Kedge"

Par Guillaume Mollaret, publié le 31 Janvier 2014
3 min

Sarah est étudiante en CPGE (classe préparatoire aux grandes écoles) management, dite aussi prépa ATS (adaptation aux techniciens supérieurs), au lycée Jules-Guesde de Montpellier. En parallèle, elle est inscrite en licence AES (administration économique et sociale) à l’université Montpellier 3. Elle envisage d’intégrer une grande école de commerce.

Quel est votre parcours ?

"Après le bac, j'ai fait un DUT (diplôme universitaire de technologie) GEA (gestion des entreprises et des administrations). Lors d'un forum, un professeur m'a parlé de la classe préparatoire management [cette prépa, dite classe ATS pour "adaptation aux techniciens supérieurs", est accessible avec un bac+2, NDLR]. Il m'a dit qu'elle était en continuité avec mon DUT. J'aimerais intégrer les écoles Sup de co Montpellier ou Kedge à Marseille ou à Bordeaux."

Quel est le contenu de votre formation ?

"En fait, on nous prépare aux différentes épreuves des concours d'entrée aux écoles de commerce, à savoir : le Tage Mage (test d'aptitude aux études de management et de gestion), une épreuve de synthèse, une épreuve d'anglais et une épreuve d'option entre marketing, économie, contrôle de gestion... Cela nous prépare vraiment à tous les pièges qu'on peut rencontrer pendant les concours."

Vous êtes également inscrite en licence. Comment gérez-vous votre temps entre vos deux formations ?

"C'est très dur. Le rythme est assez poussé. Je sors moins qu'avant. Mais les études, c'est important. On le voit avec la crise : il faut bosser à l'école pour avoir des chances de trouver un travail. Je suis au salon de l'Etudiant pour voir les formations qui pourraient m'intéresser à l'université après ma licence, au cas où je ne réussisse pas mes concours. Je ne veux pas me retrouver sans rien et perdre une année. J'essaie d'avoir plein de plans possibles pour pouvoir continuer à avancer."

À quel métier aspirez-vous après vos études ?

"Dans l'idéal, j'aimerais travailler dans la communication ou en tout cas dans l'événementiel."

Comment se passe la vie étudiante à Montpellier ?

"Cela se passe très bien. Je suis originaire de Nîmes [à une cinquantaine de kilomètres, ndlr]. Montpellier est vraiment une ville super que ce soit pour étudier ou pour sortir !"

La vie n'est pas trop chère ?

"Non, franchement ça va. Je suis boursière. C'est vrai que le loyer est élevé, mais même avec les achats au quotidien, on s'en sort bien. Des fois, il y a des petites crises. On appelle papa-maman... Mais dans l'ensemble, il n'y a pas de souci."

Articles les plus lus

A la Une étudier en région

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !