1. Masters, mastères et MBA : comment faire le bon choix
Enquête

Masters, mastères et MBA : comment faire le bon choix

Envoyer cet article à un ami

Avec un niveau d'entrée dans la vie active qui ne cesse de s'élever et des entreprises de plus en plus exigeantes vis-à-vis de leurs nouvelles recrues, décrocher un bac+5 (ou plus) est devenu quasi incontournable pour occuper des fonctions à responsabilité (avec un salaire à la hauteur). Sans doute la meilleure arme pour intégrer le marché de l'emploi et optimiser sa carrière, une formation au-delà de bac+4 est une condition nécessaire, mais pas suffisante pour autant.

Choisir une formation post bac+4 n'est pas une mince affaire et demande de l'investissement personnel et du temps.

Ce choix doit être d'abord l'aboutissement d'une réflexion sur votre projet professionnel. Mais cette sélection doit aussi résulter d'une enquête minutieuse : l'offre est en effet tellement foisonnante que la première étape indispensable consiste à repérer quelques parcours qui pourraient vous convenir.

Connaître vos envies


Première condition essentielle pour ne pas vous tromper et avoir des chances d'intégrer la formation que vous avez repérée : avoir bien défini votre projet professionnel. Si, depuis votre bac, vous vous êtes laissé vivre sans véritablement réfléchir à ce que vous voulez faire plus tard, le moment est venu de prendre le temps d'y penser beaucoup plus sérieusement. Ce préalable indispensable vous permettra de faire un choix efficace et pertinent.

De plus, il vous servira au moment de la sélection : pouvoir exposer clairement un projet professionnel cohérent avec le cursus proposé sera un des critères déterminants de votre admission. Attention aux candidatures multiples. Les jurys sont soucieux de "recruter" des étudiants qui ont anticipé leur avenir professionnel et qui savent ce qu'ils veulent.

Une démarche de bilan


Les questions sont nombreuses et se rapprochent de la démarche d'un bilan de compétences : dans quel secteur ai-je envie de travailler ? Est-ce un secteur qui offre des perspectives de carrière intéressantes ? Quels sont les métiers accessibles aux débutants dans ce secteur ? Quel type d'emploi ai-je envie d'exercer ? Quelles sont les qualités qui me permettront de réussir dans telle ou telle fonction ?

Vive les stages ! 


Le fait d'avoir effectué plusieurs stages tout au long de votre parcours vous aidera sûrement à répondre à toutes ces questions. N'hésitez jamais à en faire, même lorsque cela n'est pas obligatoire, et le plus tôt possible. C'est en effet sur le terrain que vous découvrirez vraiment ce qui vous plaît et ce qui vous déplaît.

Ces expériences, les rencontres que vous ferez vous aideront à mûrir votre projet, et constitueront un atout de taille pour intégrer certains masters.

Quelle sera la valeur ajoutée de cette formation ?

 
Quels que soient vos choix, vous devrez toujours être en mesure de les justifier intelligemment. Pour un jury de sélection comme pour un chargé de recrutement, la cohérence de votre parcours est le témoin de votre maturité.

Attention donc au "diplôme pour le diplôme" : cette formation doit apporter une véritable valeur ajoutée à votre parcours, spécialisation ou nouvelle compétence. S'il ne fait qu'ajouter une ligne supplémentaire à votre CV, il risque de vous desservir, et d'être perçu comme révélateur d'une peur au seuil du monde du travail et donc d'un manque de maturité.

Identifier les formations qui correspondent à votre projet

 
Cette première étape de bilan terminée, vous pourrez vous lancer à l'assaut des milliers de programmes proposés en France ! Pour un premier tri dans le maquis des formations, vous disposez d'un formidable outil : Internet. Toutes les écoles et les universités disposent d'un site présentant leurs formations, de façon plus ou moins complète. 

Se renseigner en quelques clic... et dialoguer


L'intitulé du diplôme, mais surtout le programme des enseignements, les débouchés possibles de la formation vous donneront une idée de l'adéquation de la formation à votre projet professionnel. Vous saurez par ailleurs si votre profil vous permet de poser votre candidature.

Mais attention : Internet ne suffit pas. Pour mûrir et peaufiner votre projet, pour être sûr de ne pas vous tromper, vous avez tout intérêt à multiplier les rencontres, avec des professeurs, des professionnels, d'anciens élèves. Pensez aussi à participer aux salons et journées portes ouvertes des établissements. 

Adopter une démarche comparative

 
Pour chaque formation susceptible de vous intéresser, vous devez essayer de recueillir la même qualité d'information, afin de pouvoir dresser un tableau comparatif.

Le responsable de la formation


La qualité de l'enseignement dépend pour une part de la personnalité du responsable du programme. Est-il reconnu dans le secteur ? Disponible pour ses étudiants ? Dynamique pour faire connaître sa formation ? 

Le programme


Le programme des cours devra aussi retenir votre attention. Combien d'heures de cours sont prévues ? En dehors des cours théoriques, quels travaux personnels ou travaux de groupe sont proposés ? Les enseignements proposés répondent-ils à vos objectifs ? Quelle est l'importance accordée aux langues étrangères ?

Il faut savoir que le diplôme de master ne peut être délivré qu'après validation de l'aptitude à maîtriser au moins une langue étrangère, et les parcours proposés doivent prévoir des cours de langue.

Dans de nombreux MBA, les enseignements se déroulent en anglais. Cette tendance se développe dans certains mastères spécialisés et masters de l'université. Autre question : la formation prévoit-elle la possibilité d'effectuer une partie du cursus dans une université étrangère ?

Les liens avec les entreprises


Pour les formations à vocation professionnelle, vous devez être attentif à la nature des enseignements pratiques et des liens tissés avec les entreprises : certaines formations sont créées en partenariat avec des entreprises, qui peuvent même apporter leur soutien financier au programme, d'autres, au contraire, ont très peu de liens avec le monde professionnel.

Un bon indicateur peut être l'existence ou non d'un conseil de perfectionnement des études qui réunit des chefs d'entreprise et des enseignants et qui a pour rôle de vérifier que les enseignements proposés sont en adéquation avec l'évolution des techniques et des habitudes dans les métiers auxquels ils préparent.

Les modalités du stage


Pensez à vous renseigner, en outre, sur les modalités du stage. Sa période peut varier de deux mois à six mois, voire plus.

Voici quelques questions auxquelles vous devez trouver des réponses : est-il possible de faire un stage dans une entreprise partenaire de la formation ? L'équipe enseignante va-t-elle vous aider à trouver un bon stage ? Celui-ci sera-t-il rémunéré ? Quelle proportion d'anciens élèves ont obtenu un emploi dans l'entreprise à l'issue de leur stage ?

L'insertion professionnelle


La qualité d'une formation est d'abord fonction de la qualité des débouchés professionnels qu'elle offre. Toutes les questions qui touchent de près ou de loin à l'insertion sur le marché de l'emploi sont donc de première importance.

Comment les anciens s'insèrent-ils dans le monde professionnel ? À quels postes ? À quels salaires ? Quel est le temps moyen de recherche d'emploi ? Voici quelques-unes des questions que vous pourrez poser aux responsables des formations, aux anciens élèves ou aux bureaux d'aide à l'insertion professionnelle des universités.

Si vous éprouvez des difficultés à obtenir ces informations, dites-vous que ce n'est pas très bon signe... Quand les résultats sont bons, les responsables de formation ne se font pas prier pour les diffuser !

La notoriété du diplôme et de l'établissement


Les recruteurs ne peuvent pas se tenir au courant de toutes les nouvelles formations créées chaque année ! Plus celle que vous choisirez sera ancienne, plus le réseau des anciens sera étoffé et plus vos interlocuteurs auront une chance de la connaître.

Et, à formation similaire, mieux vaut toujours intégrer l'établissement le plus "coté" sur le marché du travail. Le nom d'une école ou d'une université prestigieuse reste en effet toujours un gage de qualité aux yeux des recruteurs.

L'avis des professionnels


La notoriété d'un programme ne se mesure pas seulement à son ancienneté et à son nombre de citations dans la presse. Parlez-en aussi à des professionnels du secteur qui peuvent vous indiquer comment la formation que vous visez est perçue dans la profession, et vers quels postes vous pourrez évoluer.

C'est la démarche qu'a adoptée Élodie, cadre dans la fonction publique territoriale, avant d'intégrer un mastère spécialisé en urbanisme à l'École des Ponts ParisTech : "Je voulais être sûre que cette formation pourrait être un tremplin pour ma carrière. J'ai donc pris contact avec des anciens, mais aussi avec des entreprises du secteur pour en quelque sorte 'tester la crédibilité' de cette formation sur le marché du travail."

Sommaire du dossier
Retour au dossier Masters, mastères et MBA : comment faire le bon choix